Archives de la ville de Bordeaux

Archives de la Halle des RR
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Du 06 avril 1459 au...

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... EmptyDim 7 Aoû - 14:02



Brixius a écrit:
C'est au Quartier du Marché, au N°1, Impasse Saint Projet que Brixius décida d'installer la rédaction de son petit journal. La bâtisse ne payait pas mine mais se montrait suffisante pour le journal nouvellement créer.
Il réunit les enfants du quartier qu'il connaissait bien puis leur demanda de faire la distribution de son hebdomadaire.


[rp]L'Ami du Peuple.

Devise : " S'investir se conjugue au présent. "

Rédacteur en Chef : Sire Brixius.
Rédacteur en second : Sire Julien.


[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit Port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de pouvoir vous offrir un Merveilleux Navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

- Une croisière vous est permise à bord du Trident pour 0,00 écus. Contactez Sire .kam. , Capitaine dudit Vaisseaux pour tout renseignement concernant les conditions du voyage.

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations Sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les Jours de la Semaine.

Venez nombreux encourager, ou prêter main forte à notre équipe de Soule. Les volontaires souhaitant intégrer l'équipe ou créer un club de supporter peuvent se renseigner auprès de Dame Vivie.

Animations Littéraires et Culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la villes, rédigés de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.

Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

### Bordeaux doit-il craindre de perdre son dynamisme culturel ? ###

La Soirées Contes et Légendes, organisée par Sire Vidin et Dame Hortense, a été grandement appréciée. Suite à la mise sous tutelle de la Municipalité par les Autorités Ducales et du fait de la démission spontanée d'une grande majorité de l'équipe Municipale, nous avons de fortes raisons de croire que notre ville perdra en dynamisme.

Hormis le Bal de Printemps qui a été maintenu et qui est organisé dans le théâtre, les différentes Animations prévues par l'ancienne équipe Municipales sont, pour l'heure, à mettre aux archives ! Que dire d'une ville qui perd de son dynamisme culturelle ? On dit simplement qu'elle se meurt. Car oui, Animer c'est insuffler la Vie. A cela s'ajoute le fait que la mise en avant, par le Sport, les Rassemblements Culturels, est un des moyen de valoriser notre identité culturelle et de promouvoir notre Manière de Vivre au delà de nos Frontières...

La ville de Bordeaux est bien plus qu'un Marché, qu'une Place Forte à défendre... Bordeaux est un bastion de notre Identité. Soyons fier d'être de Guyenne et soyons digne d'être Bordelais.
[/rp]

[rp]Annonce de l'Archevêché :

Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de Baptême, les annonces de Mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire..

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le Dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les Fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les Affaires de Justice, les Services de la Prévôté vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Susannah.
Le Procureur, Dame Niwiel, étudiera votre plainte par la suite.
Le juge du Comté est Sire Montalban.

Du 06 avril 1459 au... 712271TribuneMIlice

Pour vos voyages, si un Laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.

### La Milice : Atout majeur dans la Défense d'une Province ? ###

La province de Guyenne est un carrefour incontournable dans ce qui fait la vie du royaume. L'Ost, armée du pouvoir Ducale, arrive tant bien que mal à assurer la sécurité de nos routes en plus que de vouloir assurer la défense de nos villes.

Cette attention est louable toutefois, qu'en est-il de nos Chef Maréchaux... Les villes de Guyenne ne comptent-elle pas suffisamment en habitant pour assurer, sans besoin de l'armée ducale, leurs défenses..? A plusieurs reprises, la Province a été menacée. Avec l'aide des Armées de Nobles, mais aussi d'une grande partie de la population qui défendaient la ville en intégrant des corps d'armes, l'Ost a pu poursuivre et venir à bout de nos adversaires.

Les derniers évènements nous montrent également que l'Ost, peut prendre les commandes d'une ville afin d'y établir une mise sous tutelle ou pour simplement la défendre puisque considérée, à tord ou à raison, en péril.

Quoiqu'il advienne, la crainte est que l'Armée, par un jeu d'opération militaire, fasse main basse sur un système démocratique des plus représentatifs du Peuple. De plus, la Prévôté est, depuis longtemps, presque inefficace. En effet, peu de Municipalités se préoccupent d'assurer un Service Permanent de groupes de Maréchaux. Une cité qui se veut composée de gens réfléchis et raisonnables n'a-t-elle pas d'intérêt à défendre sa terre ? Pourquoi négliger ainsi "l'Arrière Ban" au lieu de le compter comme un Allié d'importance dans ce qui fait la Sécurité de notre Province..?

N'est-il pas plus sérieux d'adopter une conduite Altruistes et représentative des Valeurs que nous défendons ?

La rédaction se garde bien de répondre à ces questions. Toutefois, rappelons-nous ce vieil adage : L'Union fait la Force. Pour que la Province de Guyenne soit bien gardée, pour que ses habitants puissent dormir sereins, inscrivez-vous dans la Milice de votre Ville, écrivez au Prévôt.
[/rp]

[rp]D'ici et d'ailleurs :

Province de Bretagne :

### L'Arsenal de Vannes : un atout pour le Ponant. ###

Le développement de la marine a entrainer un dynamisme des plus important pour l'économie des Provinces. Si nous en sommes encore à développer un École de Marine en plus que de développer quelques ports, la Province de Bretagne en est à posséder un Arsenal.

Il va de soit que cela représente, en plus d'un avantage économique important, un symbole important pour l'ensemble des Provinces du Ponant. La Construction de navires de guerre renforcera de manière considérable la puissance de Provinces qui auront prit le temps de développer leurs Flottes.

Pour l'heure, la Bretagne possède le seul Arsenal ouvert sur la façade Atlantique. En Guyenne, la priorité est de renforcer le commerce fluvial. On peut se demander si, comme son allié Breton, la Guyenne empruntera le même chemin afin de devenir la seconde puissance navale présente en Atlantique ?


Du 06 avril 1459 au... 640768enluminure


Royaume de France et Province du Ponant. :

###Dépêche de l'AAP du 01-04-2011 Le Ponant prend son indépendance.###


CHOLET (AAP) - Dans un discours commun prononcé ce matin au siège de l'alliance du Ponant, le Grand Duc Elfyn de Montfort et les régnants d'Artois, d'Anjou et de Poitou ont annoncé leur volonté de créer un état fédéré, et donc en ce qui concerne ces trois derniers, de quitter le Royaume de France. C'est, disent-ils, "une évolution logique" de leurs relations.

A l'origine, le Ponant n'était qu'un ensemble de traités diplomatiques liant entre elles plusieurs provinces de la façade atlantique, dont le Grand Duché indépendant de Bretagne. Il est pourtant devenu assez rapidement un ensemble politique doté d'institutions propres. Ainsi, c'est la Chancelière du Ponant, Izeliah Rovel, qui a signé les courriers officiels envoyés dans la journée aux provinces de France ainsi qu'à quelques Etats étrangers, notamment le Marquisat des Alpes Occidentales, allié historique de Breizh, ainsi que le Royaume d'Angleterre ou encore le Saint-Empire Germanique. Sa Majesté Béatrice de Castelmaure aurait également été prévenue, mais le Louvre n'a pour l'heure souhaité ni confirmer ni infirmer cette information.

Parmi les rares personnalités à avoir déjà réagi se trouve le duc Alcalnn Blackney, lequel a déclaré que "ce [n'était] guère étonnant au vu du peu de cas qui a été fait du traité du Mont Saint-Michel". Il avait d'ailleurs déposé une saisine à la Pairie à ce sujet, s'inquiétant que les conditions de la paix entre la France et la Bretagne ne soient pas prises au sérieux par les deux camps. Moins d'une semaine plus tard, les faits lui donnent raison.

Seul couac dans cette surprise diplomatique savamment amenée, le silence de la Guyenne. En effet, le plus récent des membres du Ponant ne s'est pas associé à cette décision, ce qui laisse planer le doute quant à son avenir au sein d'une alliance transformée en Etat fédéré.

Nicolas de Firenze, pour l'AAP

[/rp]


Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre Service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les Mots Inscrits en rouges sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en Taverne.[/hrp] mis en encart hrp par {C_c}

Pandacool a écrit:
Rhoo Brixius.... je lis avec intérêt 'L'ami du Peuple' mais..... le premier avril est passé, tu sais.. et tes nouvelles concernant le Ponant euhhhh!

Panda sourit en regardant son ami.

Brixius a écrit:
" Certes cette dépêche date du premier avril mais, cette information est encore diffusée par l'AAP et, je te rassure, ce n'est pas une blague. "

Pandacool a écrit:
Brixius, voici ce qu'en dit en gargotte Asophie qui est charge de toutes les déclarations officielles concernant l'accord du Ponant.

Citation :
Posté le: 02 Avr 2011 00:29 Sujet du message:

--------------------------------------------------------------------------------

Chacun aura apprécié l'humour de l'AAP faisant du Ponant le héros de son poisson d'avril... Ce petit billet a su faire rire ou grogner au sein de l'Assemblée de l'Alliance...


Alors, rions ou grognons...

Brixius a écrit:
" Je ne pense pas que Dame Asophie fasse partie de l'AAP et à ce que j'en sais, aucun démenti n'a été transmis par cette organisation. Je laisse donc aux lecteurs le choix d'interpréter cette nouvelle comme ils l'entendent. "

Kronembourg a écrit:
Finalement, ce bon Brixius cultivait un certain côté sympathique. Un peu comme un tonton farceur, un cousin taquin, un bon vieux blagueur de tavernes qui aime pousser les plaisanteries jusqu'au bout.
Sans un mot pour ne pas le perturber, l'homme de Dieu déposa devant les bureaux de la tribune le démenti publié par Nicolas.df en personne, au sujet de ce fameux Poisson d'Avril.

Sûr que le tribun têtu n'y croirait pas mais au moins, le Kro aurait essayé de lui transmettre l'information.
Hin hin, ce Brixius ... Sacré farceur ...

Brixius a écrit:
Brixius vit arriver Sire Kronembourg. Il éclata de rire puis annonça :

" Bon, puisque découvert, voici l'article que je souhaitais faire paraître la semaine prochaine. J'aurai apprécié plus de réaction de la part des lecteurs mais vos réactions Sires sont suffisante puisqu'en parfaite adéquation avec la question que soulevait la rédactions. "

[rp]D'ici et d'ailleurs :

Royaume de France et Province du Ponant :

### Quelle marche à suivre pour s'informer ? ###

Comme vous l'avez constaté durant la semaine passée, beaucoup se sont posé des question quand à l'article du Sire Nicolas de Firenze, Membre de l'AAP, en date du premier avril.

Pour beaucoup, cette information fût prise au sérieux et il suffit simplement des paroles de Dame Asophie pour se rassurer et apprécier le démenti. Toutefois, combien d'entre nous font la démarche de s'informer au delà des annonces éditées dans les différentes Gargotes. Peux d'entre nous fréquente de manière régulière les dépêches de l'AAP qui pourtant reste le moyen d'obtenir des informations sûres et objectives du fait qu'aucune appartenance politique n'est à sa gouverne.

Les incrédules qui ont bien vu la farce du journaliste seront à même de vous expliquer, qu'en plus d'un instinct aiguisé (la date de l'article nous le laissant penser), qu'il est toujours bon d'aller chercher l'information, où elle se trouve, par soi même, à défaut d'être manipulé par les ouïes-dire ou les informations politiquement orientées.

Conclusion : en plus de notre hebdomadaire, lisez l'AAP vous n'en serez que plus informés.
[/rp]

Repositionnant ses binocles il ajouta :

" Il ne me reste plus qu'a travailler sur un autre sujet... Vous ne me faciliter pas la tâche si à chaque fois vous me coupez l'herbe sous le pied. A force le journal va devenir un quotidien. "

Nina1964 a écrit:
Nina avait lu avec attention certains articles de ce journal.
Les sujets bien qu'intéressant tous semblaient bien tristounet, il manquait là une patte féminine afin d'égayer le tout et animer un peu cette gazette.
Après tout il ne semblait intéresser que le hommes ce journal pourquoi ne pas mettre quelques articles pour nous les dames, des choses ma fois peut être futiles, mais qui font que d'une futilité à l'autre les gens pourraient aussi s'informer dans la généralité.
Puis elle dit à Brixius.

"Messire j'ai des choses à vous proposer, si nous pouvions en parler et si cela vous intéresse, j'aimerais écrire dans votre journal afin d'intéresser non seulement vos lecteurs habituels mais en faire venir d'autres plus inhabituels. "

Puis elle attendit la réponse.

Brixius a écrit:
Brixius salut Dame Nina puis lui dit sur un ton des plus jovial :

" C'est avec plaisir que je vous attends au Domaine de Bonaventure afin que nous puissions en discuter tranquillement "

Brixius a écrit:
Content du travail accompli par la Rédaction de " l'Ami du Peuple ", Brixius se rendit en la salle d'Édition de la Rédaction pour y afficher le dernier numéro de la gazette. Certes, leur équipe avait mis quelques jours pour donner naissance à ce numéro. L'important était que la population soit informée et prenne plaisir à lire les différents articles.

[rp]L'Ami du Peuple.

Devise : " S'investir se conjugue au présent. "

Rédacteur en Chef : Sire Brixius........................... Correctrice : Dame Ralas
Rédacteur en second : Sire Julien....................... Journalistes : Sire Vidin, Dame Nina


[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit Port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de pouvoir vous offrir un Merveilleux Navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

- Une croisière vous est permise à bord du Trident pour 0,00 écus. Contactez Sire .kam. , Capitaine dudit Vaisseaux pour tout renseignement concernant les conditions du voyage.

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations Sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les Jours de la Semaine.

Venez nombreux encourager, ou prêter main forte à notre équipe de Soule. Les volontaires souhaitant intégrer l'équipe ou créer un club de supporter peuvent se renseigner auprès de Dame Vivie.

Animations Littéraires et Culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la villes, rédigés de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.

### Ier épisode de l'histoire de Bordeaux : Bordeaux de sa naissance à 1459 ###

Chronologie :
• Néolithique > -56 / Premiers habitants et fondateurs
• -56 > 4e siècle / Burdigala la gallo-romaine
• 5e siècle > 11e siècle / Premiers chrétiens et invasions
• 12e siècle > 1453 à… Sous la couronne d'Angleterre

Bordeaux ne s'appelait pas Bordeaux mais Burdigala

Du 06 avril 1459 au... 429308CrationdeBurdigalaredim
Burdigala à sa création

Burdigala fut fondée au IIIe siècle avant J.-C. par les Bituriges Vivisques, un peuple gaulois provenant de la région de Bourges dans le centre de la France. Depuis le port intérieur, ce peuple contrôlait le trafic de l’étain amené d’Armorique, nom antique de la Bretagne. L'étain était nécessaire avec le cuivre pour la fabrication du bronze.
Un petit port intérieur s'est ainsi créé progressivement au confluent de la Garonne et de 2 ruisseaux, Le Peugue et la Devèze.
En se soumettant à Rome en 56 av. J.-C., Burdigala devient un "emporium" du monde romain, l’un des comptoirs commerciaux d’un vaste empire qui s'étendra bientôt de l’Angleterre à l’Egypte.

Les navires grecs, bretons, ibères ou celtes se côtoient dans le port de la ville. On y échange toujours l’étain, mais aussi des outils, de la céramique grecque ou du cuivre d’Espagne, du blé et des produits méditerranéens. Le vin commence rapidement à être produit sur place après l’adaptation d’un cépage importé d’Albanie, la "biturica", ancêtre probable du cabernet.

Pour faire face au trafic grandissant, un port intérieur est construit : le bassin Navigère. Libre de toute enceinte, Burdigala s’étend rapidement vers les plateaux de Saint-Michel, de Sainte-Eulalie, de Saint-Seurin. Ses 125 hectares voient pousser un forum, un amphithéâtre, un temple, des thermes, des maisons parmi les plus luxueuses de Gaule. Sa population atteint 20 000 habitants.

De cet âge d'or datent des monuments illustres dont le forum, les Piliers de Tutelle.

Du 06 avril 1459 au... 755418Piliersdetutellerecti
Les Piliers de Tutelle

Et le Palais Gallien, amphithéâtre pouvant contenir 15 000 personnes sur ses gradins en bois.

Du 06 avril 1459 au... 233601PalaisGallienredimensionn
Palais Gallien

Du 06 avril 1459 au... 514303PlandeBordeauxauIIIesicleredim
Plan au IIIe siècle

à suivre…
Ralas

Citation :

Iconographie :
* Archives Municipales de Bordeaux
* Gravures trouvées sur Internet
Texte :
* tiré de divers ouvrages (liste très longue)



Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

De notre place dans le cosmos

Le simple terme de cosmos donne tout son sens à notre place, en effet, celui-ci vient du grec ancien et signifie « l'ordre ». Tout est ordonné dans notre monde simple et concret où la Terre est au centre. Autour d'elle, tournent les planètes, les astres, les étoiles, les constellations connues depuis des millénaires qui influencent nos vies. Ces lumières ne se rapprochent ni ne s'éloignent de nous, elles tournent plus ou moins, lentement, et reviennent toujours à leurs places finalement. Et il en est de même pour nous, sur la Terre, le Roi est le centre autour duquel sont placés les nobles et les puissants religieux puis les artisans, les paysans et chacun a une place claire, un rôle déterminant et déterminé. A sa naissance, l'homme a sa place dans ce grand jeu, une place évidente.

Mais est-ce si évident aujourd'hui ? Il semblerait que cet équilibre se rompt, que nous voudrions le renier. Ou alors, les règles de cette harmonie changent et il est dur de les discerner, quel est le rôle d'un mendiant, quel sens donner aux anoblissements par monnaies sonnantes. Plus que des faits, c'est tout un courant de pensée venant d'Allemagne qui remet en cause ces règles. Nicolas de Cues, évêque influent à Rome a affirmé, à travers un livre, qu'il n'existe pas de centre au cosmos car il ramène l'idée de centre à une vision particulière. En somme, nous serions au centre parce que... nous y sommes. Cela pose problème, le cosmos étant forcément fini car seul Aristote est infini, il doit bien y avoir un centre, pourquoi ne serions-nous pas ce centre ? Et si nous ne le sommes pas, imaginons juste cette possibilité, où est le centre ? Ou alors, Nicolas de Cues fait sous-entendre que le cosmos n'a pas de fin...


Citation :
Pour pousser plus loin – HRP : Quelques citations de Pascal à méditer :

« Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie »
« En voyant l'aveuglément et la misère de l'homme, en regardant tout l'univers muet et l'homme sans lumière abandonné à lui-même et comme égaré dans ce recoin de l'univers sans savoir qui l'y a mis, ce qu'il y est venu faire, ce qu'il deviendra en mourant, incapable de toute connaissance, j'entre en effroi comme un homme qu'on aurait porté endormi dans une île déserte et effroyable et qui s'éveillerait sans connaître et sans moyen d'en sortir. »

« L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature, mais c'est un roseau pensant. Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser ; une vapeur, une goutte d'eau suffit pour le tuer. Mais quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue, puisqu'il sait qu'il meurt et l'avantage que l'univers a sur lui. L'univers n'en sait rien. »
« Par l'espace l'univers me comprend et m'engloutit comme un point : par la pensée je le comprends »
Vidin [/rp]

[rp]Annonce de l'Archevêché :

Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de Baptême, les annonces de Mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire..

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le Dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les Fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les Affaires de Justice, les Services de la Prévôté vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Susannah.
Le Procureur, Dame Emi, étudiera votre plainte par la suite.
Le juge du Comté est Sire Montalban.

Du 06 avril 1459 au... 712271TribuneMIlice

Pour vos voyages, si un Laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]

[rp]D'ici et d'ailleurs :

En Guyenne :

### Municipales de Bordeaux : Sept jours avant l'élection du Maire. ###

Il y a peu, plusieurs cités de Guyenne ont vu leurs Conseils Municipaux changés voir reconduits dans leurs prérogatives. En effet, le 05-05-2011 Dame Frederine a été élu Maire de La Teste-de-Buch. Elle recueille la majorité absolue des suffrages exprimés puisque personne ne se présentait comme candidat de l’opposition.

Le 07-05-2011 fut une journée durant laquelle Sire Robin25 a été élu Maire de ville d’Agen. Il recueille la majorité des suffrages exprimés.
1. Sire Robin25 : 64.5%
2. Dame Sepho62 : 35.5%

Ce même jour, Frère Bardieu a été élu maire de Cahors. Il recueille la majorité des suffrages exprimés.
1. Sire Bardieu : 56.5%
2. Sire Smer. : 43.5%

A une semaine des élections Municipales de Bordeaux, personne ne s’est encore présenté afin d’assumer la charge de Maire. La question se pose : l’intérêt est-il de retrouver dans une tutelle de la Ville par le Duché ou dans le fait de conserver une représentation de notre Ville face le Conseil Ducal ?

Espérons que la situation va s’améliorer et souhaitons que notre Communauté se voit à jamais dans une pareille détresse électorale.

Brixius


Du 06 avril 1459 au... 640768enluminure

###Rubrique les chiens écrasés : L’accident. ###

Cette nuit au coin du bois des 3 Carpes (lieu-dit entre Bordeaux et La Teste) un accident horrible est arrivé. En effet un chauffard qui conduisait une charrette vermoulue qui roulait ma foi fort mal, ce que prétendait un témoin qui a assisté à toute la scène.

"- Dites moi mon brave ce qu’il s’est passé ?
- L’homme, non de d’la il roulait si vite dans c’te pente, que les roues de la carriole, elles fournissaient plus rien du tout, fallait voir l’truc, ça f'sait couin couin couin couique couique couique. C’te carriole elle hurlait non de non, et l’aut’y continuait à vouloir descendre bah arrivé en bas j’vous dis pas comment c’est t’y qu’il s’est retrouvé le cul en l’air et la tête sous la chariote. Mais c’est pas encore l’pire ma tite dame, écoutez donc la suite.
Bah ! Une fois c’te tête sous la chariote l’pauve gars, y a un loup qui est sorti du fourré là-bas, voyez, là sous ce chêne bien vert déjà pour la saison. Et puis s’t’animal de malheur il lui a arraché la tête et est parti avec, j’ai couru dame, j’vous jure que j’ai couru, pour ça que l’cadavre il est sans tête. Mère de diou protégez-nous.
- Et vous ne l’avez pas revu le loup ?
- Bah ! Non ma tite dame, l’ai pas revu, il a dû s’enfuir dans l’forêt et il est pas revenu. J’lai pas revu".

Nous sommes dépités de penser que cet homme dont nous ne savons rien du fait qu’il n’a plus de visage, puisse être mort aussi atrocement sur le bord d’un chemin de campagne en venant à Bordeaux pour vendre ses denrées sur le marché.

Nina sur les routes de la région à vous les tavernes

[/rp]


Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre Service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les Mots Inscrits en rouges sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en Taverne.[/hrp]

Espérant, tout comme pour le premier numéro, que les lecteurs accueillent les nouvelles avec autant de plaisir qu'il avait à les diffuser, Brixius se rendit dans son bureau pour y travailler le numéro à venir.

Rival33 a écrit:
Val vient voir Brixius car quelques jours auparavant il lui avait demandé si elle voulait faire une rubrique dans son hebdomadaire....


Elle rentra mais il n'etait pas là donc elle lui laissa un mot:

-Bonjour Brixius si vous êtes toujours intéressé par mon aide j'aimerais bien, après le départ de Nina, faire une rubrique sur "les recettes " et peut être plus tard je vous proposerez d'autres articles mais j'ai envie d'y aller lentement.

elle posa le mot sur son bureau et partit elle repassera plus tard pour le voir

Nina1964 a écrit:
ha mais tu ne sais pas Rival, je reste au journal et peut être que je reste tout simplement en ville.

Outre ce journal qui me plait et pour lequel j'écris encore, j'ai besoin du doc pour trouver une solution à ma maladie, je suis sure que lui pourra me guérir enfin de cette saleté."

Puis nina regarda sa réaction et se dit que jamais elle ne laisserait le journal ni sa place mais que peut être que Brix voudrait bien d'elle pour d'autres actualités.

Rival33 a écrit:
Elle écouta Nina et lui dit:

Citation :
- je ne veux pas prendre ta place mais comme tu n'arrete pas de dire que tu pars mais bon si tu reste c'est bien moi je proposerais d'autres articles j'ai plein de projets !!!

je suis venue ici à la demande de Brixius donc je crois que c'est à lui de décider ............

Et je t'ai déja dit que je m'appelle val et ça tu le sait très bien!!!!

Nina1964 a écrit:
je veux bien te laisser les recette val, je n'aime pas tellement faire la cuisine tu sais ^^ ce n'est pas là ma rubrique préférée.
Et puis peut être que tu pourrais te présenter aussi au concours de cuisine, comme j'y suis et que je ne suis pas spécialement douée, tu devrais gagner sans soucis et ça te donnerait un bon article pour le journal ^^

Brixius a écrit:
" Suis bien d'accord avec votre proposition, Nina. Quoiqu'il en soit, pour que nous voyons ce que nous pouvons faire, je vous demanderai de bien vouloir nous rejoindre au Domaine de Bonaventure. De cette manière nous serons plus au calme. "[/url]

Alaynia a écrit:
Mdr le crépage de chignon !! vive Bordeaux !!

Brixius a écrit:
A cause d'une urgence médicale, avec un jour de retard, Brixius afficha le troisième numéro de la Gazette. Comme à son habitude, il déposa les journaux en la rédaction puis il s'installa dans un fauteuil attendant que les passants viennent à la rédaction pour y lire cette troisième édition.

[rp]L'Ami du Peuple.

Devise : " S'investir se conjugue au présent. "

Rédacteur en Chef : Sire Brixius........................... Correctrice : Dame Ralas
Rédacteur en second : Sire Julien....................... Journalistes : Sire Vidin, Dame Nina


[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit Port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de pouvoir vous offrir un Merveilleux Navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

- Une croisière vous est permise à bord du Trident pour 0,00 écus. Contactez Sire .kam. , Capitaine dudit Vaisseaux pour tout renseignement concernant les conditions du voyage.

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations Sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les Jours de la Semaine.

Animations Littéraires et Culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la ville, rédigés de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.



### Bordeaux de sa naissance à 1459 (suite). ###

2e épisode : Les grandes invasions.


La ville reste encore de taille modeste. En 276 l'invasion d'une horde de vandales pousse les habitants de Bordeaux à se retrancher derrière les murs d'enceinte de la cité. Une vie culturelle émerge cependant grâce à ses poètes chrétiens et à ses saints (IVe et Ve siècles). La vie est douce à Bordeaux au temps de la "Pax Romana". Les vestiges monumentaux et la grande étendue de la ville sont des témoins de cette époque [cf. les écrits du grand propriétaire terrien, Ausone (310-394), professeur à l'université, poète, mais aussi consul et préfet des Gaules].

Les richesses principales de la région étaient : la vigne (implantée par les Romains), les huîtres, le bois, les céréales, le sel, et surtout la douceur de vivre. Les huîtres étaient exportées vers l'Italie à bord de charriots en bois mais comme elles devaient arrivées vivantes il y avait des haltes dans des bassins d'eau de mer implantés le long de la route. Elles provenaient d'Arcachon et des pertuis charentais (Portus Santonum), Brouage, Golfe du Poitou.

Une extension se développe hors des murs (suburbium) autour des monastères et des églises. Un des plus grands changements sera la disparition du port intérieure, l'activité commerciale se fera dorénavant à l'extérieur des murs. Burdigalia gardera son importance de par son rôle politique et ecclésiastique.
La paix fut interrompue par les invasions barbares successives. Les Vandales en 407, les Wisigoths en 414, les Francs en 498, les Arabes dans les années 730 et les Normands au Xe siècle.
Les Vandales prirent Bordeaux en 407 puis ce sont les Wisigoths qui, après avoir pillé Rome en 410 entrèrent à leur tour en Aquitaine et investissent Burdigala en 414. Ils négocient la paix avec l’empereur romain Honorius, qui leur offre, en 418, le Sud-Ouest de la Gaule, en échange de leur aide contre les Huns. En 475, Euric, roi des Wisigoths, arrache l’indépendance de son royaume à l’Empire romain moribond. Le territoire Wisigoth, s’étend alors de la Loire au sud de l’Espagne, avec Tolosa (Toulouse) comme capitale. Euric séjourne souvent à Burdigala avec sa cour.
Pour chasser les Wisigoths, les évêques aquitains en appellent au chef des Francs, Clovis, qui s’est converti au catholicisme. En 507, il fait une entrée triomphale à Burdigala avec son armée, après avoir vaincu Alaric II à Vouillé, près de Poitiers. Clovis passe l’hiver dans la ville avec son armée avant de chasser définitivement les Wisigoths au delà des Pyrénées. Il meurt en 511, laissant l’ébauche d’un royaume que ses descendants, les Mérovingiens se disputent plusieurs générations durant.


Du 06 avril 1459 au... 850195LesWisigothsdmolissentlacathdraleSaintAndrredim
Les Wisigoths démolissent la cathédrale Saint-André

Vers la fin du VIe siècle, les Vascons, originaires de l’actuelle Navarre espagnole, franchissent les Pyrénées et lancent des raids en territoire mérovingien. Ils sont tenus en respect par Charibert, tout nouveau roi d’Aquitaine. Son assassinat à Blaye en 631, marque un bref retour de son domaine dans le royaume franc en tant que duché héréditaire, car, en 673, l’Aquitaine redevient indépendante.

Dans ce chaos, l’Eglise est passée sans heurt des prélats gallo-romains aux évêques francs. A la fin du VIIe siècle, Burdigala compte au moins neuf édifices de culte. A l’intérieur de son enceinte : la cathédrale, la basilique Sainte-Marie, la basilique Saint-Pierre et l’église Saint-Rémi. A l’extérieur : l’ancienne église-cathédrale Saint-Étienne, la basilique Saint-Martin de la Montagne Judaïque, la première basilique Saint-Seurin, les monastères de Sainte-Croix et de Sainte-Eulalie.
En 721, après avoir subi un échec devant les portes de Toulouse, les Arabes ont cherché en 728 à avoir leur revanche en attaquant l'Aquitaine. Les troupes du duc Eudes d'Aquitaine essayèrent de les stopper mais subirent une terrible défaite près de Bordeaux en 731 (entre Dordogne et Garonne).
Convaincu de la supériorité militaire des Arabes et pour contenir leur avancée, le duc Eudes d'Aquitaine fut contraint de demander l'aide à son ennemi Charles Martel. Ce dernier réussit à stopper l'envahisseur à la bataille de Poitiers en 731.
La bataille de Poitiers appelée aussi "bataille du Pavé des martyrs" - en arabe : balāṭ aš-šuhadā (traduction mot à mot : la ville des martyrs) ou les Français vainquirent les Arabes.


Du 06 avril 1459 au... 347384BatailledePoitiersen732redim
Charles de Steuben, Bataille de Poitiers, en octobre 732

En 781, Charlemagne fait de l’Aquitaine un royaume qui va du Rhône à l'Atlantique. Il nomme un représentant à Bordeaux : le comte Seguin. En 844, Bordeaux voit arriver les drakkars des Vikings sur la Gironde. Ils sont repoussés une première fois, puis une seconde en 845, mais en 848 la ville est prise, incendiée et sa population est massacrée.
En 877, l'Aquitaine se scinde en deux : un duché de Gascogne au sud de la Garonne et un duché d'Aquitaine, qui s’étend à la Saintonge et au Poitou avec Bordeaux comme capitale. Les comtes d'Auvergne, de Toulouse et de Poitiers se querellent. En 973, Guillaume Fièrebrace, comte de Poitiers, se fait reconnaître le titre de duc d'Aquitaine par le roi de France, Hugues Capet. A la fin du 9e siècle, l’Aquitaine, prise en main par les familles comtales et ducales, s’éloigne du royaume.
En 1032, le duc de Gascogne Sanche-Guillaume étant mort sans héritier mâle, son héritage passe à la dynastie des comtes de Poitiers. Bordeaux devient alors la principale ville, sinon la capitale, d’une grande Aquitaine allant de la Loire aux Pyrénées.

C'est au Xe que la ville devient la principale ville du duché de Gascogne et en 1058 celle des comtes de Poitiers devenus ducs d'Aquitaine.
C'est d'ailleurs au Xe siècle, qu'Ibrahim ibn Ya'qub marchand andalous envoyé par le Calife Omeyade de Cordoue décrit la ville en ces termes :
"Burdhil, ville du côté de la France, riche en eau, en fruits et en céréales. La plupart des habitants sont chrétiens. Elle a des bâtiments élevés construits sur d'énormes colonnes. Sur son rivage, on trouve de l'ambre de bonne qualité. On raconte que lorsque l'hiver est très rigoureux et leur interdit de naviguer , les gens se rendent dans une île proche, nommée Anwâtâ (l'île du Médoc), où il y a une espèce d'arbre appelée mâdiqa (medica). En cas de famine, ils écorcent cet arbre et trouvent entre le liber et le bois une substance blanche (l'aubier) dont ils se nourrissent pendant un mois, deux mois ou même plus, jusqu'à ce que le temps s'améliore. Il y a un mont dominant la ville et l'Océan, avec une statue au sommet, comme pour dire aux gens de ne plus s'aventurer sur l'Océan, afin que ceux qui quitteraient Burdhil pour prendre la mer y renoncent".

Au cours du XIe siècle, l’Église profite d’une paix relative pour organiser le diocèse de Bordeaux. Deux tiers des églises de la ville remontent à cette période. L’abbaye de la Sauve-Majeure est édifiée à la fin de ce siècle sur le plateau de l’Entre-deux-Mers et connaît un exceptionnel rayonnement.


Du 06 avril 1459 au... 773066Bxentrelan300etlan1100redim2
Plan entre l'An 300 et l'An 1100 (Archives Municipales de Bordeaux)

à suivre…

Ralas

Citation :

Iconographie :
* Archives Municipales de Bordeaux
* Gravures trouvées sur Internet
Texte :
* Musée d'Aquitaine, Bordeaux
* tiré de divers ouvrages (liste très longue)

Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

### La modernité religieuse par la liste ducale R.$.P. ###

Parmi les très nombreuses propositions de la liste ducale R.$.P. qu'on peut qualifier de courageuses, d'ambitieuses voir d'utopies irréalisables selon les propositions et la vision-propre de chacun, il y en a deux qui retiennent notre attention parce qu'elles ont un fort potentiel polémique. Pour ne pas perdre l'essence même de celles-ci, nous n'allons pas les résumer mais les mettre dans leur intégralité :

Citation :
Mariage et sacrements.
Revendiquer le droit de tous les croyants Aristotéliciens aux sacrements, et cela sans personne pour les leur "accorder". Les hommes qui s'attribuent le droit exclusif de les dispenser sont des blasphémateurs qui devront être châtiés. Ainsi la Guyenne reconnaîtra le droit aux hommes et aux femmes de s'unir sans la bénédiction d'un prêtre. Ils n'auront qu'à témoigner leur amour et leur fidélité qu'au-devant de Dieu, qui nous fut révélé par Aristote. Un notaire, un officier d'une institution de Guyenne, ou un parrain peut éventuellement assister à l’union, pour en être le garant, devant les autres Hommes.
Contre l'idolâtrie.
Seul Dieu est vénéré. Les croix ne sont que des symboles devant lequel il est péché de s’agenouiller. On peut respecter sans blasphémer. La vénération d’images, de reliques ou d’une personne dans l'espace public est un délit, un péché capital.

Pour commencer, il nous faut rappeler plusieurs choses, tout d'abord que c'est pour l'instant la seule liste qui fait des propositions religieuses et que, pour ma part, c'est la première fois que j'en vois apparaître sur un programme ducal. Le deuxième point à rappeler et qui vient expliquer le premier, est que le meneur de ce mouvement n'est autre que Sancte, personnage controversé mais qui, surtout, s'est impliqué fortement dans le mouvement de réforme aristotélicienne dont je ne saurai donner exactement la teneur, l'important ici est son engagement religieux. Enfin, le dernier point peut paraître futile mais il assure que l'apaisement est recherché puisqu'il est aussi proposé « l'amnistie [...] à quiconque aura été impliqué dans un conflit religieux antérieur, tous ordres confondus. ». Ceci dit, on peut voir aussi la volonté de dédouaner des réformés et de permettre un meilleur ancrage sur l'ensemble du territoire.

Il y a donc, à travers ces deux propositions, une volonté de moderniser de manière ambitieuse la religion et là est peut-être le souci, l'ambition semble trop forte. Si le mariage actuel est un processus très long et fastidieux qui mérite des simplifications, faut-il aller jusqu'à la simplification extrême d'un mariage qui deviendrait profane ? Nous ne le croyons pas, les démarches religieuses permettent à la volonté profonde du mariage de s'exprimer, à travers l'investissement. De plus, se marier devant Aristote est bien plus engageant que devant un simple mortel, les mariés sont investis d'une destinée plus forte. Pour la deuxième proposition qu'on peut qualifier aisément d'iconoclaste, le même souci structurel se pose, évidemment, on ne doit pas confondre Aristote et ses images, on ne doit pas tomber dans l'idolâtrie, mais doit-on et peut-on se passer de médiation avec le divin ? Il semble là aussi que ce ne soit pas la solution car tout ce que nous savons d'Aristote est médiation, les écrits comme les représentations. Ce que nous apprenons sur Aristote, de près ou de loin, cela vient des textes. Peut-être la volonté est-elle uniquement porté sur les images et les symboles mais pouvons-nous nous en passer ? Peut-être après tout mais cela reste difficile de créer un contact sans support réel. La religion est différenciation des temps et des lieux, la religion est séparée de notre monde quotidien, le terme même de sacré signifie « séparation », les images sont une des formes de cette séparation et peuvent le rester si elles ne deviennent pas l'objet d'un culte. L'essentiel en religion est d'avoir une relation saine, équilibrée et c'est vraie, une relation directe avec le divin.


Citation :
Pour aller plus loin, quelques citations de Sancte sur ce sujet :

« Or qu'est-ce que le mariage, sinon un engagement des époux devant le Très-Haut ? C'est bien pour cette raison, qu'une union sans baptême, sans témoignage public de sa foi, en soi, est un non-sens. Et que le mariage des athées porte en soi le scel infamant de l'absurdité la plus profonde. »


« Ceux qui pensent que R.$.P. favorise un mariage dit "civil" dans le sens où il serait dénué de toute connotation religieuse se trompent lourdement car il n'est de plus lourde irresponsabilité que de propager l'athéisme et de vouer ses pairs à la damnation. Alors quand vous [Xanthipremier] dites, qu'au fond, il est souhaitable qu'une union puisse se faire et se défaire au gré de ses humeurs et de son envie du moment, permettez-moi de trouver cela insupportable. »

« Arracher le sacrement du mariage au monopole du Clergé, ce n'est pas pour autant brader la famille à la concupiscence et au libertinage le plus grotesque. »

Sancte a beau se défendre, une telle dérive semble inévitable.
Vidin [/rp]

[rp]Annonce de l'Archevêché :

Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de Baptême, les annonces de Mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire..

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le Dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les Fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les Affaires de Justice, les Services de la Prévôté vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Susannah.
Le Procureur, Dame Emi, étudiera votre plainte par la suite.
Le juge du Comté est Sire Montalban.

Du 06 avril 1459 au... 712271TribuneMIlice

Pour vos voyages, si un Laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]

[rp]D'ici et d'ailleurs :

En Guyenne :

### Municipales de Bordeaux : l'équilibre des forces. ###

selon la nouvelle de l'AAP Sire Julien. a été élu Maire de Bordeaux. Il recueille, au même titre que le Maire sortant Sire Pandacool, 50 % des suffrages exprimés. Il faut dire que cette campagne fût plus que mouvementée puisque chacun des candidats ont, à leurs manières, exprimé leurs motivations pour occuper cette importante charge le premier jour de l'ouverture des bureaux de vote.

Avec de pareils résultats, nous sommes en droit d'espérer que chacun des partis, s'il en est, travaillent de concert au Conseil Municipale malgré les différends qui les ont opposés ces derniers jours. Actuellement, l'équipe municipale est en cours de création. Espérons qu'elle soit établie le plus rapidement possible dans ses fonctions afin que les promesses électorales deviennent des projets réels et dynamiques pour la Ville. D'ores et déjà, Sire Julien. invite toutes les personnes de bonne volonté souhaitant servir Bordeaux, à lui écrire.

Que l'on soit content ou pas du résultat des urnes, là n'est pas la question. En effet, force est de constater que Bordeaux n'occupe toujours pas une place capitale en notre Province de Guyenne. Malgré plusieurs tentatives et initiatives des Bourgmestres précédents, Bordeaux occupe toujours la cinquième place sur un plan démographique. Malgré tous nos efforts, notre marché connait toujours des risques de pénuries là ou d'autres villes connaissent une régulière abondance de produits.

Aux prix de quels sacrifices devrons-nous encore faire face pour que notre cité soit prospère ?... Si la dette de Bordeaux n'existe plus, nous ne pouvons pas encore nous vanter d'être un centre névralgique culturel et économique de notre Province. Souhaitant que notre ville sorte enfin de cette situation, espérant que notre Conseil Municipal arrive à faire entendre au Conseil Ducal l'ensemble de nos idées et volontés.


Brixius


Du 06 avril 1459 au... 640768enluminure

###La bête de Guyenne. ###

Une jeune femme venait à Bordeaux porter son foin et son blé pour la vente au marché ce vendredi après midi. Elle tirait sa charrette à bras nus, ce petit matin de printemps. Il faisait chaud, le temps était sec, la récolte relativement mauvaise mais elle devait à tout prix vendre ce qu’elle pouvait pour sauver sa famille de la disette.

Elle allait dans les chemins caillouteux, se tordant parfois les pieds dans ses sabots mal faits, déjà usés, déjà fendus.
Elle imaginait en route les choses qu’elle pourrait ramener chez elle après la vente de sa production, une paire de sabots, ça allait de soit, de la farine pour le pain, du tissu pour remplacer le tablier déchiré qu’elle portait, et puis quelques graines pour faire un jardin.
Elle rêvait à des fèves bien grasses, des haricots bien longs, des topinambours, bien dorées.
Tous ces légumes qui pourraient orner son jardin.
Puis en vendant à nouveau sa récolte, et quelques légumes, peut-être pourrait-elle acheter quelques animaux, des poules pour avoir des œufs, un cochon et sa truie, une vache et son veau.
Elle souriait mais savait le prix des choses et malgré ses rêves et sa hargne au travail, elle savait aussi qu’il lui faudrait des mois, des années peut être d’un effort acharné pour en arriver là.
Puis à la croisée des chemins, elle entendit un bruit fort étrange. Elle vit dans le sous bois un animal passer rapidement.
Une bête, noire et blanche, pas bien grande mais fort trapue. Un animal qu’elle n’avait jamais vu de sa vie en cet endroit.
L’animal était leste et rapide, passait derrière les arbres à une vitesse fulgurante. Elle pensa en premier à un loup, mais trouva que la taille de celui-ci était bien trop imposante pour que s’en soit un. Puis elle pensa à un ours, et là elle eut tout à coup bien peur.
Un ours même de petite taille était un animal fort dangereux et le rencontrer dans la forêt pouvait être la pire des choses.
Elle se mit à marcher plus vite, son souffle s’accéléra aussi. Son cœur battait fort. Elle grimaçait par l’effort qui l’épuisait. Elle avançait coûte que coûte, au plus vite espérant échapper à l’animal qui la suivait.
Tout à coup, la chose, s’abattit sur elle, par l’arrière, lui ravageant le dos de ses griffes. Ses crocs fort et puissants lui transpercèrent le cou, elle tomba, cria, hurla, se débâtit pour enlever l’animal qui l’assaillait.
Mais celui-ci, était d’une force incroyable. Il tua la jeune femme, mais ne la mangea pas, il s’attaqua à sa charrette, dévastant foin et blé, qu’il avala et éparpilla sur le chemin.

Quand la jeune femme fut retrouvée par d’autres marchands une battue fut faite dans la région. L’animal recherché, était soit disant un sanglier de bonne taille.
« Un loup aurait dévoré sa victime dit un maire empressé de se débarrasser du cadavre »

Ils trouvèrent un sanglier, le cochon comme on l’appelait ici, l’animal fut tué, dépecé et présenté comme tel à la populace qui sembla content de cette affaire là.

Pourtant 3 jours plus tard sur la même route qui menait d’Arès vers Bordeaux, une autre victime fut trouvée. Même scénario, sur un jeune homme cette fois ci.
C’était le fils du boucher qui voulait s’installer en ville pour y faire son apprentissage et ensuite faire son tour de France. Sa disparition fut un grand malheur pour le village qui aimait cet enfant, bien jeune, bien frêle, bien agréable aussi avec les habitants les plus âgés qu'il approvisionnait régulièrement en viande en se rendant chez eux afin de leur éviter un déplacement.
Une nouvelle battue fut demandée, mais là aucun animal ne fut trouvé, ni tué.
Les gens se terraient, les femmes se cachaient. On avait ordonné que personne, ne prenne cette route, tout du moins seul avant qu’on ait trouvé l’animal tueur.
La bête de Guyenne était née.


Nina[/rp]


Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre Service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les Mots Inscrits en rouges sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en Taverne.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Re: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... EmptyDim 7 Aoû - 14:03

Pandacool a écrit:
Panda hésita avant de s'adresser à son ami Brixius

Pandacool a écrit:
Panda lut attentivement le Journal du peuple. Il aimait le dévouement de ceux qui informaient les bordelais de manière objective et sans arrière pensée.

Bravo, Brixius pour la parution de ce troisième numéro. Je voudrais seulement apporter une petite correction concernant les données économiques. Je comprends que tu ne sois pas au courant car tu ne t'occupais pas de l'économie de la ville ni du duché et les nouvelles ont été publiées par le duché, hier seulement.

Comme tu pourras le voir dans le communiqué qui suit: Bordeaux qui il y a 8 mois était le village qui avait le plus de dettes envers le duché, non seulement a remonté cette dette mais encore se trouve en 2ème place dans le classement des villages pouvant placer de la trésorerie dans la banque du duché. Ceci est le résultat des mandats de maire d'Aradiia et de moi-même.

J'espère que le maire actuel pourra consever cet acquit.

Voici donc le classement officiel des dépôts des villages à la Banque Centrale du duché: (citation officielle affichée au duché hier en soirée)


Citation :
Ce qui nous donne pour la liste des dépôts bancaires au 15 mai 1459 :

0 écus pour Agen
-2412.27 écus pour Bazas (ainsi que 1472.5 écus d'impôts impayés)
581.57 écus pour Blaye
1106.42 écus pour Bordeaux
0.3 écus pour Cahors
437.5 écus pour la Teste-de-Buch
128.84 écus pour Marmande
4866.61 écus pour Montauban

Hormis Montauban qui dispose de grosses réserves, Bordeaux a repris sa place de capitale et ses dépots égalisent ceux de l'ensemble des autres villages de Guyenne.

Nous pouvons être fiers d'être bordelais!

Brixius a écrit:
" Merci pour ces informations Panda mais, il ne me semble pas avoir fait d'erreurs... J'ai bien dit que la dette de Bordeaux n'existait plus il me semble... "

Brixius sourit puis ajouta :

" Quoiqu'il en soit, je transmet à l'équipe le compliment que tu nous fais. Il faut dire que l'on se donne du mal pour nos lecteurs. "

Pandacool a écrit:
Effectivement Brixius, mais il n'y a pas que la dette qui a été remboursée. Tu parles d'un marché faible... je sais que c'est un bruit qui a courru mais que les bordelais sachent que la mairie possède des réserves importantes de marchandises et que de ce fait nous sommes à l'abri de pénuries.
Nos réserves dépassent 2500 écus, avant impots qui viennent d'être lancés, et si je distillais les biens sur le marché, c'tait uniquement parce que nos prix étaient souvent inférieurs à ceux de nos voisins et que je ne tenais pas à ce que quelques MA ou spéculateurs ne le vide avant nos artisans. C'est aussi la raison pour laquelle je réapprovisionnais le marché plusieurs fois par jour.


En fait, voici les mots qui l'avaient choqué... Je sais, je suis chauvin....

Citation :
Si la dette de Bordeaux n'existe plus, nous ne pouvons pas encore nous vanter d'être un centre névralgique culturel et économique de notre Province. Souhaitant que notre ville sorte enfin de cette situation,

Vidin a écrit:
Un peu angoissé par cette première parution par ses soins, Vidin faisait un peu de zèle en proposant humblement au passant la quatrième édition de "L'Ami du Peuple"

Citation :


[rp]L'Ami du Peuple :

Devise : "S'investir se conjugue au présent"

Rédacteur en chef : Messire Vidin
Rédacteur en second : Messire Brixius, Messire Julien.
Journaliste culturel : Messire Vidin
Journaliste historique : Dame Ralas
Journaliste politique : Messire Brixius
Rubrique cuisine : Dame Val
Envoyée spéciale : Dame Nina
Correctrice : Dame Ralas


[rp]Éditorial :

Bonjour Bordelaises, Bordelais !

Messire Brixiux étant très occupé par ses activités et voulant rester avant tout un médicastre à l'écoute de ses patients, je reprends, à partir de cette 4e édition de "l'Ami du Peuple", la responsabilité de rédacteur en chef. Nous allons essayer de vous satisfaire en diversifiant nos informations et nos articles.

Dame Val vient de nous rejoindre pour vous présenter des bons petits plats de chez nous. Mais elle ne suffira pas, venez nombreux vous joindre à nous et ajouter votre grain de sel personnel à cette entreprise.

Pour le moment nous manquons de plumes pour les informations de Bordeaux et de Guyenne en général. Néanmoins, je vous informe que Messire Madfly, tavernier des "Amis de Pinte" est mort des suites d'une longue maladie. Que son âme et celle de tant d'autres reposent en paix.


Vidin[/rp]

[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de vouloir vous offrir un merveilleux navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les jours de la semaine.

Animations littéraires et culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la ville, de rédiger de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Grand Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.



Citation :

Bordeaux de sa naissance à 1459 (suite)

3e épisode – Les églises et chapelles (1)


La construction des églises s'est répandue sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle et beaucoup furent bâties à Bordeaux.

Du 06 avril 1459 au... 579982StJacquesdeCompostelleredimen
Chemins de St Jacques de Compostelle


Du 06 avril 1459 au... 68945507planresim1
Plan de Bordeaux du XIe au XIIe siècle

St Seurin

Du 06 avril 1459 au... 656253StSeurinMusedesBeauxArtsBxredim
Église St Seurin – Musée des Beaux-Arts, Bordeaux

Une communauté de religieux desservait le sanctuaire qui s’enrichit rapidement des donations des fidèles. Un bourg se développa à proximité, le bourg Saint-Seurin.

Les religieux, des chanoines, vivaient en commun dans un enclos qui comprenait : des maisons pour eux et leurs serviteurs, un cloître, des bâtiments administratifs (prévôté, trésorerie…) et utilitaires (chais, pressoir, cellier…), le cimetière. En plus de l’église consacrée à saint Seurin, il y avait une église Saint-Étienne, une chapelle Saint-Georges et plus tard une autre dédiée à tous les saints. Les chanoines se consacraient à la prière mais aussi à des activités publiques : ils desservaient une vaste paroisse qui s’étendait jusqu’au Bouscat, ils étaient seigneurs de très nombreuses terres à proximité de Bordeaux mais aussi Entre-Deux-Mers et jusqu’à l’Océan, avec des serfs ou des hommes libres dépendant d’eux. Ils possédaient des droits de justice étendus.

Des croix marquaient la limite de la "sauveté Saint-Seurin" (mentionnée après 1159) c’est-à-dire l’espace où s’exerçait la souveraineté juridique des chanoines : croix de l’épine, croix blanche, croix de Seguey.

La Chanson de Roland, composée vers 1100, cite l’église et le pèlerinage :
Carles
"vint a Burdeles, la cite de renun,
Dessus l’alter seint Sevrin le barun,
Met l’oliphant plein d’or et de manguns
Li pelerin le veient ki la vunt".

Chanson de Roland

Traduction :

Charles (Charlemagne)
"vient à Bordeaux, la fameuse cité
Sur l’autel du baron saint Seurin,
Il dépose l’olifant (défense d’éléphant) rempli d’or et de mangons (pièces de monnaie musulmane)
Les pèlerins qui vont là l’y voient".


La crypte de St Seurin serait le vestige de la première église chrétienne de Bordeaux, à l'époque romaine. Les tombeaux de deux évêques du VIe siècle y sont conservés.

Chapelle Ste Catherine
Inaugurée en 1048 par les chevaliers de l´ordre de Malte. Elle baignait dans la boue d´un Bordeaux semi-aquatique. Pour éviter que les gens ne soient crottés, on voulut paver le sol devant l´édifice mais faute de moyens pour réaliser les travaux, on vendit le mobilier du lieu.

St Siméon
Construite au VIIe siècle

St Rémi
Construite au XIIe siècle à l'emplacement d'un temple païen, le temple de Janus.

Du 06 avril 1459 au... 892996EgliseStRmiredim
Église St Rémi

Des seigneurs, au Moyen Âge, fondèrent des chapellenies perpétuelles dans l′église St Rémi, pour le salut de leur âme. Les chapelains, capérans en gascon, disaient pour eux chaque semaine des messes hautes.

St Pierre

Du 06 avril 1459 au... 57496825photoredim1
Église St Pierre

Au IVe siècle, on trouvait déjà une église St Pierre, mais plus près des Piliers de Tutelle.
Elle a été bâtie au XIVe et XVe siècle, faisant suite à un édifice du XIIe dont il ne reste rien. Elle est de style gothique flamboyant : sa façade, son chevet et son chœur remontent au XVe siècle.
Ce n’est pas un hasard si l’église Saint Pierre se trouve au cœur de la ville, sur l’emplacement même du port Gallo-Romain. Bordeaux est port avant d’être cité et elle devait honorer le patron de ceux qui vivaient du fleuve et constituaient l’essentiel de sa population.

St André

Du 06 avril 1459 au... 271077BORDEA1redim
La cathédrale St André avec la Tour Pey-Berland

Elle fut consacrée en 1096 par le pape Urbain II. Elle a été reconstruite dans le style gothique du XIIe. C'est dans cette église que fut célébré, en 1137, le mariage d'Aliénor d'Aquitaine, alors âgée de quinze ans.
A partir de 1440 commence la construction de La tour Pey-Berland, du nom de l'archevêque du même nom.
Le cloître est mentionné dès 1123, mais remonte probablement à une période antérieure. Il est ensuite repris au XIIIe siècle et largement modifié au XIVe siècle. Il reste pendant de nombreux siècles circonscrit dans une gangue de maisons, complètement invisible pour le passant.

Du 06 avril 1459 au... 997112Clotrestandreg1redim
Cloître 14e siècle

L'Archevêché est ses jardins se trouvent derrière la cathédrale.

Du 06 avril 1459 au... 820658Lhpital
Plan avec Cathédrale St André, l'Archevêché et ses jardins

Du 06 avril 1459 au... 593646ArchevchetcathdralleStAndr
Archevêché

à suivre...

Ralas

Citation :

Iconographie :
* Archives Municipales de Bordeaux
* Musée des Beaux-Arts de Bordeaux
* Gravures trouvées sur Internet
Texte :
* Musée d'Aquitaine, Bordeaux
* tiré de divers ouvrages (liste très longue)





Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

Citation :
Le temps d'aimer...

Le temps est un ennemi terrible, irrépressible qui lentement, peu à peu, réduira tout à néant et deviendra le dernier maître d'un monde qui ne sera rien. Tenter de regarder le temps dans les yeux, c'est être pris de vertige, plongé dans l'infiniment long et l'inimaginable, c'est aussi voir sa vie, la durée finalement si courte et tellement longue aussi car on a la chance de la vivre cette durée. Le temps nous détruira mais nous a créés aussi...

Le temps nous donne aussi l'occasion de tomber amoureux, de partager sa vie avec une personne que l'on considère personnellement exceptionnelle, une personne qui nous aime pour ce que l'on est. Mais on dit aussi souvent que le temps contredit l'amour et finit par le transformer en lassitude, en monotonie, en ennui. Tout semble fait pour que le plus grand amour soit au temps zéro nouvellement choisi de la rencontre des deux amants. Tout s'enchaîne rapidement, des émotions à la passion, à la fusion et finalement l'explosion à la première contrariété.

Le temps amène nécessairement des difficultés, un couple sans problème n'existe pas, de la même façon qu'un homme sans angoisse ne peut exister. Mais le couple fusionnel, enfermé dans sa relation charnel ne peut discuter librement. Le temps, pour l'amour, n'est pas un ennemi mais un allié qui permet la connaissance profonde de l'autre, l'accouchement d'un bonheur mutuel et simple, d'une confiance et d'une sécurité affective. Le temps et ses épreuves ne sont là que pour renforcer un couple par la force de l'écoute, de la discussion et du pardon jusqu'à la délivrance de la mort.




Citation :
HRP – Pour aller plus loin :

« C'est le temps qui mûrit l'amour. L'amour grandit et se solidifie dans la patience... » Simone Piuze
« Le temps de l'homme amoureux est destiné à la femme qu'il aime. C'est le seul message d'amour valable. » Jean Ethier-Blais
« L'histoire d'un amour, c'est le drame de sa lutte contre le temps. » Paul Géraldy
« Le temps, tout le consume et l'amour seul l'emploie. » Paul Claudel

Vidin

[rp]Annonce de l'Archevêché :

Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de baptême, les annonces de mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire.

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les affaires de justice, vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Susannah
Le Procureur, Dame Manonlapetite, étudiera votre plainte par la suite
Le juge du Duché est Messire Hull19
(jusqu'à la nomination des prochains conseillers - élections ducales en cours)

Du 06 avril 1459 au... 712271TribuneMIlice

Pour vos voyages, si un laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]

[rp]D'ici et d'ailleurs :

En Guyenne :

Du 06 avril 1459 au... 640768enluminure

Citation :
Le 22 mai 1457 décède Rita de Cascia.
Née en 1381 à Roccaporena près de Cascia (Italie) elle est mariée par ses parents à l'âge de16 ans puis devient mère de jumeaux.
Après la mort de son époux, assassiné dans une embuscade et le décès suite à une maladie de ses jumeaux enfants, quelques mois après leur père, Rita décide de rentrer au monastère. Elle est confrontée à plusieurs refus, le monastère n'accepte pas les veuves. Mais elle finit par devenir novice puis religieuse chez les Augustiniennes.
En 1457, sœur Rita est épuisée par une vie de souffrances et de pénitences, elle s'éteindra le 22 mai 1457. Son corps sera placé et conservé dans une châsse exposée dans la basilique de Cascia.
Elle sera canonisée, elle deviendra Sainte Rita. Sa fête sera fixée au 22 mai, jour d'anniversaire de sa mort.


Ralas

Du 06 avril 1459 au... 890693edix62edrdimens11

Citation :

A notre époque, l'alimentation est principalement composée de viandes, de pain et des dérivés de pâtisserie. Sauf pour les nobles, la cuisine médiévale est souvent une cuisine d'économie, une cuisine faite de plats en sauce, de ragoûts et de pâtés.
Viandes :
* Le porc et ses dérivés (charcuterie)
* Le lapin et lièvre, et les petits oiseaux (cailles, pigeons .....) étaient consommés par les paysans
* Le gros gibier et gibiers à plume pour les nobles

Poissons : consommés les jours de carême et encouragés par l'église

Légumes et fruits

Saindoux ou huile et le beurre est utilisé par les paysans

Verjus : jus de raisin pas mûr

Des épices comme la cannelle et le gingembre, puis le clou de girofle (en poudre), la noix de muscade, le macis, la maniguette (ou graine de paradis), le safran (pour colorer), le poivre, la cardamome, le galanga (garingal), le poivre long.


Potage au lait d'amande :
* 200 g d'amandes
* 2 litres d'eau
* 300 g d'oignon
* 3 tranches de pain

Éplucher et laver les oignons puis les faire cuire entiers dans l'eau pendant 20 minutes à feu doux.
Égoutter et réserver.
Mélanger les amandes mondées avec l'eau de cuisson des oignons. Rajouter de l'eau si besoin, selon l'évaporation.
Filtrer pour obtenir un lait d'amandes.
Hacher les oignons cuits et les faire dorer dans une poille avec le beurre. (le mot poêle ne sera utilisé qu'à partir du 17e siècle).
Faire réchauffer le lait d'amandes jusqu'à ébullition. Retirer du feu et y ajouter les oignons.
Verser dans une soupière sur les tranches de pain.


Val


Citation :

http://www.crapaudine.com/Potage-lait-amandes.asp



Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les mots inscrits en rouge sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en taverne.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Re: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... EmptyDim 7 Aoû - 14:18

Aradiia a écrit:
La jeune blayaise entre deux courses dans les couloirs du palais, prit le temps de se promener dans Bordeaux avant de s’enfermer a nouveau pour une longue soirée de travail.

Elle laissa ses yeux parcourir le journal que quelques bordelais publiaient. Elle ouvrit grand ses yeux tout en en lisant. L’ancienne maire de Bordeaux était sidérée.
La partie du journal qui l’interpella, parlait religion et histoire. La ville de Bordeaux était a peine construite il y a quelques années, qu’elle avait d’après le journal, des siècles d’histoire. Déjà elle voulait en parler à Brixius l’hors de sa deuxième édition, mais submergée par le travail en mairie, elle avait laissé tombé. Il lui aurait fallu des heures pour le convaincre, et encore, le connaissant elle savait que c’était en vain. Mais le journal prenait des tournures apocalyptiques. L’avant dernière édition avait déjà les prémices de celle-ci…


Tout en lisant, elle posa une main sur son cœur, qui s’emballait dans sa poitrine.

Un certain Roland y chantait une chanson… mais qui était cet homme visionnaire qui parlait d’une ville vers 1100 qui n’existait pas encore ?

Diia allait de surprises en surprises… Voila qu’on y parlait d’une religion dont elle n’avait jamais entendu le nom : Chrétienne que représentait la première église de Bordeaux !
Elle connaissait pourtant l'averroïsme, le schisme et aussi la religion aristotélicienne réformée. Baptisée et mariée dans la foi de la religion aristotélicienne, sa pastorale faite durant plusieurs mois chez les Cisterciens, ordre religieux tout comme les Grégoriens bien sûr puisque Mgr Aurélien en personne en faisait partie, puis aussi les Lescuriens.

Elle s’affola de plus belle en lisant la suite.
On y parlait d’une église nommée paraîtrait il, église St André. Elle lut le passage à haute voix dans un demi balbutiement.

Citation :
Elle fut consacrée en 1096 par le pape Urbain II. Elle a été reconstruite dans le style gothique du XIIe. C'est dans cette église que fut célébré, en 1137, le mariage d'Aliénor d'Aquitaine, alors âgée de quinze ans.
Diia était au bord de l’apoplexie, quand elle attrapa un des journaux a disposition des bordelais et des gens de passage. Preuve qu’elle avait besoin pour que son époux sacristain de son état, puisse croire, un seul mot qu’elle allait avancer.

Le journal à la main et les yeux dans le vide, la jeune femme s’éloigna l’esprit dans une immense confusion.
Ses pas la guidaient tel un automate, vers le chantier de leur maison de prestige.

Vidin a écrit:
Vidin vint afficher la cinquième édition du journal et la distribuer aux passants intéressés.

Citation :


[rp]L'Ami du Peuple

Devise : "S'investir se conjugue au présent"

Rédacteur en chef : Messire Vidin
Rédacteur en second : Messire Brixius, Messire Julien.
Journaliste culturel : Messire Vidin
Journaliste historique : Dame Ralas
Journaliste politique : Messire Brixius
Rubrique cuisine : Dame Val
Envoyée spéciale : Dame Nina
Correctrice : Dame Ralas


[rp]Éditorial :

Bonjour Bordelaises, Bordelais !

En ces temps politiques agités, la rédaction vous invite à réfléchir sur la communication mais cela ne s'arrête pas à la politique. Il est temps que « L'Ami du Peuple » communique, donne des nouvelles. A la venue des beaux jours, chacun voit son temps disponible pour le journal s'amoindrir si bien que le journal continuera évidemment mais il a peu de chance d'évoluer.

Néanmoins, il semble qu'à la moitié du mois de juillet, chacun puisse donner un peu plus de temps au journal et particulièrement dans un travail de réflexion sur les défis que se posent le journal, sur la vision de ce qu'est le journalisme, sur les valeurs que veut porter « L'Ami du Peuple ». A la fin de cette réflexion qui devrait s'achever en septembre, un écrit clair, une sorte de charte en sortira et sera comme un guide.

Évidemment, nous sommes toujours à la recherche de bonnes volontés en tout genre, de plumes bien sûr mais aussi de correspondants, de personnes ayant des connaissances particulières, en tout genre. Si cela vous intéresse, de près ou de loin, venez nous rejoindre.


Vidin[/rp]

[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de vouloir vous offrir un merveilleux navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

Une croisière vous est permise à bord du Trident pour 0,00 écus. Contactez Sire .kam. , Capitaine dudit vaisseau pour tous renseignements concernant les conditions du voyage.

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les jours de la semaine.

Animations littéraires et culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la ville, de rédiger de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Grand Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.

Citation :

Roman* : Bordeaux de sa naissance à 1459 (suite)

4e épisode – Les églises et chapelles (2) et Le Palais de l'Ombrière


Le développement de Bordeaux est dû à l'expansion des campagnes environnantes qui amènent marché et centre d'artisanat. A la fin du XIe se bâtit au sud le quartier de la Rousselle et encore plus au sud, on voit apparaître une sorte de demi-cercle. Enfin, il se crée, à l'extérieur du Castrum, un nouveau bourg dont le centre n'est autre que l'église Saint-Michel.

St Michel

Du 06 avril 1459 au... 822460StMichelMusedesBeauxArtsBxredim

La basilique Saint-Michel, bâtie à partir XIVe siècle , est caractéristique par son style gothique flamboyant.
L'actuel édifice succède à une ancienne église située "hors-les-murs", c'est-à-dire en dehors des remparts de la ville. La construction de la troisième enceinte urbaine, incluant l'antique sanctuaire, contribue au développement du quartier dans le courant du XIVe siècle. Ce dernier est alors le domaine des marchands et artisans. Les gabares à fond plat chargées de cargaisons de bois du Quercy, du Rouergue ou de Gascogne, jetaient l'ancre au bas de Saint-Michel, débarquaient du bois qui alimentait les ateliers des charpentiers de la rue Carpenteyre, des tonneliers de la rue de la Fusterie. Le fer était travaillé par les forgerons et les armuriers de la rue des Faures. Le sel, entreposé quai des Salinières, servait aux sècheries de poissons et de viandes établies rue de la Rousselle. Artisans, matelots de tous pays, portefaix, badauds, bourgeois se côtoyaient, se disputaient ; les regrattières, marchandes des quatre saisons, interpellaient au passage dans leur langue pleine de saveur mais redoutable. On chantait, on jouait aux cartes, on buvait dans les nombreux cabarets qui " servaient à pot et à pinte ".
Crypte avec ossuaire et momies.
Elle deviendra une étape importante sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce dont témoigne notamment la chapelle Saint-Jacques.

Ste Croix

Du 06 avril 1459 au... 339274STeCroixMusedesBeauxArtsBxredim

L'église Sainte-Croix est l'abbatiale d'un ancien monastère bénédictin.
Bien que l'abbaye fut fondée au VIIe siècle, l'église actuelle ne fut construite que vers la fin du XIe siècle et au début du XIIe siècle, avec une façade de style roman saintongeais.
Histoire de l'abbaye
Elle a été fondée à l'époque mérovingienne, sur une élévation de terrain, au milieu d'un marécage traversé par un petit cours d'eau, un "estey" nommé l'Eau Bourde, qui se jetait dans la Garonne à quelques centaines de mètres de l'église actuelle. On ne connaît pas la date exacte de sa fondation. D'après une épitaphe datant du VIIe siècle, saint Mommolin, abbé de Fleury sur Loire y est mort vers l'année 679. Les moines y suivaient la règle bénédictine.
L'abbaye originale est détruite par les Sarrazins autour de 730, puis probablement reconstruite à la fin du même siècle. Elle est de nouveau totalement détruite par les terribles raids normands de la moitié du IXe siècle, qui laissent le pays exsangue.
On attribue sa réédification à Guillaume le Bon, comte de Bordeaux, sur l'emplacement de l'oratoire dédié à saint Mommolin, peut-être en 970. Dès lors, de donations en acquisitions, le domaine s'étend peu à peu. Les ducs d'Aquitaine successifs confirment les privilèges. L'église abbatiale est bâtie à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle, en même temps que la basilique de Soulac et l'église de Macau.
Les abbés laissent peu à peu s'écrouler les "lieux réguliers", cuisines, dortoirs, réfectoires, etc.
Le XIIe siècle marque donc le véritable redéploiement de Bordeaux. Les nouveaux arrivants affluent, venus des campagnes alentours et des régions voisines. Ils s’installent dans les faubourgs de Tropeyte et Tutelle au nord, de Saint-Martin et Saint-Seurin à l’ouest, et surtout dans celui de Saint-Éloi au sud. Le port intérieur ne sert plus guère. Seul, le cours de la Devèze, allant de la porte Navigère à la Garonne, est fréquenté par de petits bateaux connus sous le nom d’anguilles de Saintonge. Les activités portuaires se reportent en bord de Garonne, sous les remparts de la ville.

St Eloi

Du 06 avril 1459 au... 982410bordeauxgrosseclocheleglisesainteloiredim

À l'origine, en 1159, on posait, à l'extérieur du mur romain, la première pierre d'une chapelle romane dédiée à Saint Eloi, Conseiller du roi Dagobert, la plaçant ainsi hors de protection. Cependant, comme un nouveau quartier s'étendait au sud de la ville, une seconde enceinte fut construite (1200 - 1227). Mais le mur, trop vite construit, s'écroula sur la chapelle. Elle fut reconstruite au début du XIIIe siècle, appuyée à la porte principale de la ville et contre le beffroi de la Grosse Cloche, dans un tout autre style et devient la première église gothique de Bordeaux.
C'est alors que l'église devient l'église de la Maison de la Ville, à l'époque où Bordeaux est possession anglaise.
La Maison de la Ville était dirigée par un maire assisté de douze jurats (ils seront cinquante plus tard) qui avait obtenu en 1214 le célèbre privilège de la libre circulation des vins. C'est ici qu'avait lieu la cérémonie de transmission des pouvoirs des jurats. Elle se tenait le 24 juillet, veille de la fête de saint Jacques et de saint Christophe. Les jurats venaient en procession jurer d'élire les "successeurs les meilleurs et les plus capables" et s’enfermaient en conclave. Une fois les élections déroulées, les jurats se rendaient en procession au son des trompettes à la cathédrale Saint-André proclamer les résultats et prêter serment. Ils assistaient ensuite à la messe du Saint-Esprit tous ensemble à Saint-Éloi, le 1er août, où ils promettaient de gouverner fidèlement la ville et de protéger les pauvres.

Ste Eulalie

Du 06 avril 1459 au... 859565SteEulalieMusedesBeauxArtxBxredim2

Est l'une des plus anciennes fondations religieuses de la ville.
Dès le VIIe siècle, l'existence d'un couvent de femmes fondé par Dagobert Ier.
Son fils, Sigebert, aurait déposé dans l'autel une relique d'un bras de sainte Eulalie, jeune martyre espagnole du IIIe siècle.

Au XIIe siècle afin d'accueillir le flot de pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle, une nouvelle église a été bâtie et consacrée en 1174 par Guillaume Ier, dit le Templier, archevêque de Bordeaux.
Des chapiteaux, dont deux remarquables situés à l'entrée du chœur, sur le pilier nord. Le plus important est sculpté de douze figures humaines, dont le nombre semble indiquer qu'il s'agit des apôtres.
Au XIIIe siècle On fait l'agrandissement de la nef. L'église se voit dotée d'une nef à trois vaisseaux, de murs gouttereaux qui accueillent, sur leur face extérieure sud des enfeus, d'un voûtement d'ogives. La clef de voûte est ornée d'un dragon et sa façade est occidentale. La petite chapelle Saint-Roch a un magnifique retable du XIVe siècle, représentant la Passion.


St Christoly

Du 06 avril 1459 au... 501191porche11
Porche

L'église Saint Christoly est composée d'un clocher, d'une nef à trois travées enfin d'un bas-côté nord plus étroit et moins long que la nef, une cour au nord large d'environ 4,80 mètres permettait les réunions de pèlerins. Cette église de style ogival fait 28,50 mètres de long sur 13 mètres de large. En ce qui concerne le clocher, il s'agissait sans doute d'une tour carrée terminée par une flèche toute semblable à celle de l'ancienne église Saint Projet.

A Bordeaux, l'hébergement des pèlerins venus du Médoc et de Tours ou par la voie fluviale, des Îles Britanniques, se faisait à l'Hôpital Saint-James, situé au début de la rue du Mirail.
C'est dans la chapelle Saint-Jacques de l'hôpital que les pèlerins faisaient leurs dévotions avant de prendre la route des Landes.


Palais de l'Ombrière

Le Palais de l'Ombrière ainsi appelé à cause des grands arbres de l'avenue est la résidence des Ducs de Guyenne.
Ce palais ducal est établi à la fin du XIe siècle à l’angle sud-est de l’enceinte gallo-romaine.
Louis VII, Aliénor d'Aquitaine et de grands personnages y séjournèrent.
Le Palais est un édifice administratif qui abrite la Cour et les bureaux du Sénéchal de Gascogne et de la connétablie, c'est-à-dire de l'administration judiciaire et financière de la province à l'époque anglaise. Il abrite les rouages essentiels de l’administration de La Guyenne.

Du 06 avril 1459 au... 867031PalaisdlOmbrire2redim
Palais de l'Ombrière vu de la Place de l'Ombrière


Du 06 avril 1459 au... 290610bordeauxgb18470169redim
Légende Plan du Palais de L'Ombrière, à Bordeaux :
1. Greffes de la Tournelle. 2. 2e chambre des enquêtes. 3. Chambre de la Tournelle. 4. Garde-manteau. 5. Salon. 6. Chambre du Conseil. 7. Buvette de la Tournelle. 8. Copur. 9. Corridor. 10. Buvette de la 2e chambre des enquêtes. 11. Chambre du Sénéchal. 12. Latrines. 13. Prison. 14. Cour des prisons. 15. Chambre du Parquet des gens du Roi. 16. Greffes du dépôt. 17. Grande chambre d'audience. 18. Chambre des Eaux et Forêts. 19. Amirauté. 20 Cour. 21. Chauffe-cire. 22. Chambre de la Chancellerie. 23. Bureau des Huissiers. 24. Passage. 25. Grande Salle.



C'est un vaste ensemble, sans régularité, accroché d'une part à la tour d'angle sud-est du "Castrum" et, de l'autre, à un donjon où les communications intérieurs ne se font que malaisément.
Le donjon rectangulaire, implanté à 40 mètres en avant du rempart est une grosse tour rectangulaire, de 18 mètres sur 14 sans escalier intérieur. On l'appelle "arbalesteyre" parce qu'il est adossé à une caserne ou logent les arbalestiers royaux.
La tour d'angle est bâtie sur la muraille. Cette masse de constructions hétérogènes ne constitue pas une résidence enviable. Si on en croit les visiteurs, l'impression est peu flatteuse.
Devant le Palais, s'étend la place en triangle dite "Place du Palais".

à suivre…

Ralas


[hrp]* Roman : définition du Dictionnaire Hachette : Récit de fiction en prose
Iconographie :
- Archives Municipales de Bordeaux
- Musée des Beaux-Arts de Bordeaux
- Gravures trouvées sur Internet
Texte :
- Musée d'Aquitaine, Bordeaux
- Tiré de divers ouvrages (liste très longue)

[/hrp]

Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

Citation :
De la communication entre le pouvoir et le peuple

Parlons de communication, je crois que cela a un sens particulier actuellement pour Bordeaux et le duché en général. La communication n'est pas chose aisée, cela est évident, et ni Bordeaux, ni le duché n'ont trouvé d'équilibre. Le duché a un bureau du porte-parole qui est, premièrement, souvent ramené à un simple lieu de doléances alors qu'il devrait aussi être le lieu de débat, de présentation des réformes et des lignes directrices. La belle souveraineté du peuple de Guyenne commence quinze jours (au mieux !) avant les élections et se terminent à leurs clôtures. Et durant un mois et demi, pas grand chose... Deuxièmement, on constate que le choix du porte-parole n'est pas toujours très avisé, soit donné par défaut ou bien à des personnalités qui n'arrondissent pas les angles mais les rendent plus obtus encore. Ces derniers sont souvent de formidables travailleurs de l'ombre, dans l'efficacité, la défense d'idée, le combat politique mais pour qui le consensus n'a pas de sens, pour qui la parole n'a pas la même valeur selon chacun. Si le consensus ne peut pas toujours être atteint et que les préjugés tendent à nous faire hiérarchiser les discours selon les personnes qui les prononcent, l'Homme de communication doit lutter contre cela.

La difficulté de communication pour Bordeaux est d'une nature différente, de présence. La défaite de Pandacool lors de la dernière élection, en dehors de la gestion pure et simple de la ville, a pour principale explication ce manque d'investissement à la vie publique, ce manque pur et simple de bilan, de projet, de programme politique affiché et sa présence tardive voir nocturne en taverne. Il y aurait bien sûr des dizaines d'autres facteurs qui rentrent en compte mais le plus déterminant semble être celui-là. Notre nouveau maire, Julien, tombe dans le même travers, un manque criant de communication sur les affaires de la ville qui donne une impression, un sentiment de détachement par rapport à ses fonctions. J'insiste sur l'impression que ça donne, on ne sait pas ce qui est fait réellement et la communication est une arme puissante, à double tranchant, qui possède un maniement des plus complexes.



[hrp]HRP – Pour aller plus loin :

« La communication requiert 25% du temps du dirigeant. » Chester Barnard
»Il ne peut y avoir de totalité de la communication. Or la communication serait la vérité si elle était totale. » Paul Ricoeur
« La communication est une science difficile. Ce n'est pas une science exacte. Ça s'apprend et ça se cultive. » Jean-Luc Lagardère
« Entre ce qu'on cherche à exprimer, ce qu'on parvient à exprimer et ce que les gens comprennent, le mode de communication tient plus du téléphone arabe que de la photocopie. » Isabelle Alonso
« Parler est le plus moche moyen de communication. L'homme ne s'exprime pleinement que par ses silences. » Frédéric Dard[/hrp]

Vidin

[rp]Annonce de l'Archevêché :

Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de baptême, les annonces de mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire.

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les affaires de justice, vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Susannah
Le Procureur, Dame Manonlapetite, étudiera votre plainte par la suite
Le juge du Duché est Messire Hull19
(jusqu'à la nomination des prochains conseillers - élections ducales en cours)

Du 06 avril 1459 au... 712271TribuneMIlice

Pour vos voyages, si un laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]

[rp]D'ici et d'ailleurs :

En Guyenne :

Du 06 avril 1459 au... 640768enluminure

Citation :

## Élections au conseil du Duché de Guyenne : Victoire de la Liste AQVITANIA ? ##

Lors des dernières élections du Conseil de Duché de Guyenne, la liste AQVITANIA est arrivée en tête, sans toutefois obtenir de majorité absolue. Elle devra donc constituer un gouvernement de coalition avec les autres listes qui ont pu se présenter.
Voici, selon l'AAP, la répartition des suffrages exprimés :

1. "AQVITANIA" (AQVI) : 31.1 %
2. "[RSP] Vers la Restauration d'une Souveraineté Populaire" (RPS) : 25.8 %
3. "La Guyenne en Teste" (GT) : 23.7 %
4. "Guyenne, Lève Toi !" (GLT) : 19.4 %

C'est lors de la journée du 24 mai que le Conseil Ducal a établi la répartition des sièges en plus que d'élire le Duc. Ainsi, voici la composition de ce nouveau Conseil qui, au vu des différentes promesses électorales, fera de la Province de Guyenne, une terre aussi riche que prospère.

Comte : Leepo (Tête de liste AQVI)

Juge : Hull19 (Second de liste AQVI)
Procureur : Smer. (Quatrième de liste AQVI)
Prévôt des maréchaux : Maylis (Troisième de liste AQVI)

Capitaine : Anne_Love (Troisième de liste RPS)
Connétable : Chlodwig_von_frayner (Second de listeGLT)

Bailli : Armenos (Troisième de liste GT)
Commissaire au commerce : Vald (Tête de liste GT)
Commissaire aux mines : .kam. (Second de liste GT)

Porte-parole : Gnia (Tête de listeGLT)

Sans Charge : Sancte (Tête de liste RPS)
Sans Charge : Asophie (Second de liste RPS)

Comme on peut le constater, il semblerait que chacune des Listes qui se sont présentées, possède un domaine de prédilection précis. Cela est-il significatif du fait que la Liste AQVITANIA ne possède pas assez d'assise ou bien simplement, qu'elle est décidée à travailler au mieux dans le respect de tous ses opposants politiques devenus à présente des partenaires ?? La Rédaction se garde bien de répondre à cette question. Quoiqu'il en soit, on ne peut qu'espérer que cela soit profitable au Conseil comme à la Province de Guyenne.

Brixius


Du 06 avril 1459 au... 890693edix62edrdimens11

Citation :

## L'art de la Table ##

Les lieux du repas :
Les repas se prennent dans la pièce principale de la maison, entre le lit et la cheminée.
Dans les châteaux, on utilise la grande salle pour les jours de festin. Si le besoin d’une grande table ne se fait pas sentir, on dîne généralement dans la chambre.
On mange souvent à l’extérieur, notamment à l’occasion d’une chasse, ou bien dans des auberges ou tavernes lors de déplacements. Les propriétaires de ces établissements offrent le gîte, mais le couvert est payant. Les clients s’assoient l’un à côté de l’autre de part et d’autre de la grande table.


Le mobilier :
Les convives sont assis d’un seul coté de la table qui est mobile.
On monte une planche étroite sur des tréteaux et la recouvre d’une nappe destinée à cacher le tout. C’est de là que vient l’expression "mettre la table". Le coté de la table laissé libre est destiné au service.


Couverts et vaisselle :
Au cours de banquets et festins, un grand récipient fait office de plat commun et il est disposé sur la table. On boit dans des gobelets (apodes) et le vin est disposé dans des bouteilles en verre à panse globulaire ou à long col.
Les convives mangent à l’aide de leur propre couteau (seuls ustensiles présents à la table à notre époque) dont la lame est, soit courte et taillée au biseau, soit longue et pointue. Objets très personnels, ils servent à piquer la viande dans les plats.
Les tranches de pains sont utilisées comme assiette sur lesquelles on peut recueillir la sauce.


La recette de la semaine

Gâteau à la broche :

Du 06 avril 1459 au... Confectiondugateaualab1

Ce gâteau étonnant est appelé bûche, et il ne faut pas moins de cinq heures pour le faire cuire, cuillerée après cuillerée, à la broche, dans la cheminée !
C'est une merveille, un goût inimitable, un véritable chef-d'œuvre paysan. Il se fait sur un moule en bois cannelé, en forme de cône.

Ingrédients :
* 1 kg de farine
* 1 kg de sucre
* 24 jaunes d'œufs et les blancs à part
* 1 kg de beurre
* de l'eau de fleur d'oranger
* de l'amande pilée
* un peu de sel

Préparation :
Il faut pétrir tout cela, et incorporer à la fin les blancs battus en neige. Cette pâte achevée, il faut huiler le papier du cône, et disposer la broche au-dessus du feu.
On aura soin de poser un plat sous les landiers pour récupérer la pâte qui ne manquera pas de tomber.
On devine comment il faut procéder: cuillère après cuillères, recouvrir le cône de cette pâte qui doit prendre très vite.
Il faut tourner très régulièrement, sans à-coup, de manière à bien étaler la pâte tout autour du cône aussi uniformément que possible.
Quelques heures plus tard, il suffit de démouler et de servir cette étrange construction conique. C'est un délice, chaque couche de pâte ayant acquis une saveur particulière de feu de bois.

Val

[hrp]http://www.crapaudine.com/Gateau-broche.asp[/hrp]



Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les mots inscrits en rouge sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en taverne.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Re: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... EmptyDim 7 Aoû - 14:29


Brixius a écrit:
Brixius était fort content de savoir la gazette appréciée par la population Bordelaise. De plus, l'équipe rédactionnelle se montrait des plus actives ce qui assurait une régularité dans l'édition de l'Ami du Peuple. Ainsi, fort de son dernier numéro, Brixius arriva en l'impasse Saint Projet et déposa la pile de sur l'un des présentoirs présent en la salle d'accueil de la rédaction.

Citation :
[rp]L'Ami du Peuple

Devise : "S'investir se conjugue au présent"

Rédacteur en chef : Messire Vidin
Rédacteur en second : Messire Brixius
Journaliste culturel : Messire Vidin
Journaliste historique : Dame Ralas
Journaliste politique : Messire Brixius
Rubrique cuisine : Dame Val
Correctrice : Dame Ralas


[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de vouloir vous offrir un merveilleux navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les jours de la semaine.

Animations littéraires et culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la ville, de rédiger de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Grand Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.

Citation :

*Roman : Bordeaux de sa naissance à 1459 (suite)

5e épisode – Aliénor d'Aquitaine


Du 06 avril 1459 au... 175428123886redim1

En 1120 ou 1122 née Aliénor d'Aquitaine, petite fille de Guillaume le Troubadour, personnage haut en couleur et fille de Guillaume X. Elle hérite à la mort de ce dernier en 1137, du Duché d’Aquitaine, de Gascogne, et du Comté du Poitou. Le domaine aquitain est vaste, riche, ouvert sur l’océan et ses ports sont prospères, il passe pour avoir un train de vie plus fastueux que celui du Roi de France.
Si le Château de l’Ombrière et les environs de Bordeaux constituent le berceau d’Aliénor, c’est cependant à Poitiers que se rattache l’histoire de sa dynastie.
Elle devient l’égérie des troubadours, du monde des Arts et des Lettres à la cour d’Aquitaine. Femme très cultivée, rayonnante de beauté, de gaité, elle se révèle également femme d’action et de pouvoir.
Elle accomplira pèlerinages et croisades (par deux fois), elle sillonnera le continent lorsque l’urgence ou la nécessité s’en feront sentir dans l’intérêt de son territoire, comme de celui de ses enfants et ce, jusqu’à la fin de sa vie.
Reine de France par son mariage le 25 juillet 1137 avec Louis de France (elle a alors 15 ans environ) qui devient très rapidement Louis VII, roi de France. Le mariage est célébré dans la cathédrale St André.
Au fil des ans les discordances entre les époux royaux ne peuvent plus être ignorées, les différends qui les opposent en matière de stratégie politique, mais aussi dans la sphère plus intime de leur vie sentimentale, les amènent à se séparer.
Leur mariage est annulé par église en mars 1152, sous le vague prétexte d’une parenté trop proche (cousins au 9ème degré) ! Leur union aura donné naissance à deux filles.
Sans attendre, Aliénor, très éprise, se remarie avec Henri Plantagenêt, beau, fougueux, fin lettré, héritier de la Normandie et de l’Anjou, mais aussi du Royaume d’Angleterre.
Le couronnement a lieu en 1154, il devient alors Henri II d’Angleterre et elle Reine d'Angleterre.
Suivent dix ans de bonheur et de fastes pour Aliénor, qui met au monde huit enfants (5 seulement survivront à leurs premières années). Les deux plus célèbres étant Richard Cœur de Lion (1157) et Jean sans Terre (1166).
En 1169, devant les infidélités de Henri II, Aliénor, malheureuse, se retire à Poitiers, où elle s’entoure d’un cercle de fidèles, et entretient à sa cour, artistes, poètes, troubadours.
Rancunière, elle soulève ses fils contre leur père, ce qui la conduit dans les geôles anglaises (couvent de Winchester) où elle séjournera une dizaine d’années. A la mort d'Henri II, elle est libérée par son fils Richard, nouveau roi d’Angleterre (1189).
Après avoir continué d’exercer son influence sur les deux royaumes par l’intermédiaire de ses enfants et petits enfants, elle se retire définitivement dans l’Abbaye de Fontevrault, a plus de 80 ans, où elle s’éteint le 31 mars 1204.

Pendant toute cette période, Bordeaux connut la prospérité grâce, justement, à son union avec l'Angleterre. L'expansion de la ville nécessita l'édification de nouvelles enceintes : en 1227 au sud, pour protéger les quartiers neufs (rue Neuve, la Rousselle etc.). En 1327, pour intégrer les nouveaux faubourgs (Sainte-Croix, Sainte-Eulalie, Saint-Michel). Les paroisses de Saint-Michel et de Saint-Pierre se peuplèrent alors d'artisans (forgerons, charpentiers ou fustiers) laissant leur nom aux rues des Faures et de la Fusterie. Ce fut le premier âge d'or, celui du vin que les bourgeois vendaient aux Anglais en même temps qu'ils se faisaient octroyer par le pouvoir — lointain — des rois-ducs des libertés communales dont la Grosse Cloche. Les magistrats de la ville sonnaient la cloche pour donner le signal des vendanges et alerter la population en cas de débuts d'incendies.


Du 06 avril 1459 au... 856724PorteStEloivers1450redim
Porte St Eloi et la Grosse Cloche

Toutefois, la tutelle de la royauté anglaise reste légère car, en définitive le souverain est peu présent. Ainsi la jurande* de la ville peut garder les privilèges qui lui ont été accordés par Henri III en 1254.

* La jurade est le nom du conseil municipal de Bordeaux. Ses membres étaient appelés jurats.
La charge de maire, introduit à Bordeaux à la fin du XIIe siècle, a rencontré une forme plus ancienne de gouvernement de la ville dont le personnage principal était le jurat, un titre que l'on retrouve dans de nombreuses villes de la Gironde aux Pyrénées.
En 1244, la corporation était composée d'un maire, dont le mandat est annuel, cinquante jurats, trente conseillers et trois-cents citoyens élus par le peuple sous le nom de défenseurs. A la fin du XIIIe siècle, le nombre de jurats est réduit à vingt-quatre, et celui des défenseurs à cent.

La cité médiévale connaît son apogée sous le règne du Prince Noir, Edouard de Woodstock. Son père le roi Edouard III d'Angleterre lui donne la Guyenne en propre (seul héritier de la Guyenne). De 1362 à 1372 Bordeaux devient brièvement capitale d'un Etat indépendant. Mais la pression fiscale imposée aux seigneurs gascons est si forte que le Prince Noir doit bientôt renoncer à son projet d'ériger la Guyenne en Etat autonome. En outre, les assauts répétés de Charles V et de son connétable Du Guesclin réduisent les possessions anglaises à une étroite bande de terres de Bordeaux à Bayonne.
En 1403 la ville est partiellement incendiée par une escadre franco-espagnole.

En 1441, à la demande de l’archevêque de Bordeaux, le pape Eugène IV crée un "studium generale" (théologie, droit, médecine et arts) sous l’autorité de Pey Berland. Après la guerre de cent ans, l’Aquitaine revient à la France et l’université passe peu à peu sous le contrôle du pouvoir royal.

à suivre…

Ralas

[hrp]
*Roman : définition du Dictionnaire Hachette : Récit de fiction en prose
Iconographie :
* Archives Municipales de Bordeaux
* Musée des Beaux-Arts de Bordeaux
* Gravures trouvées sur Internet
Texte :
* Musée d'Aquitaine, Bordeaux
* tiré de divers ouvrages (liste très longue)
[/hrp]


Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

Citation :
Forme et fond

« L'habit ne fait pas le moine » déclare la sagesse populaire, en d'autres termes, la forme ne fait pas le fond. Néanmoins, aurait-on le même respect envers le moine s'il était habillé d'une autre façon ? Le rapport entre la forme et le fond semble bien plus complexe et jouissant d'une articulation différente, d'un lien subtil. Ce qui est vrai, c'est que l'on peut maîtriser la forme mais jamais véritablement le fond. Un brigand qui se fait passer par un moine finira par se trahir, tôt ou tard. Nous devons donc rester attentifs au fond avant tout mais on ne peut pas nier que la forme a une importance majeure dans la transmission d'une information. Nous parlions dernièrement de la communication, la communication, c'est de la forme. Une mauvaise forme appelle généralement un fond tout aussi brouillon mais une obsession de la forme, une pathologie de celle-ci, peut amener à penser que le fond n'est pas forcément en accord avec la forme. Ainsi, un politique qui présente de très beaux rapports tout les deux ou trois jours peut, par cette manière, cacher un fond soit inexistant soit en désaccord avec la forme.

Du point de vue artistique, l'artiste cherche à faire coïncider le fond et la forme, à mettre la forme au service du fond, l'écrivain travaille le rythme, la longueur, la place des virgules, il déclame les phrases. Le poète pousse ce principe le plus loin possible, chaque mot, chaque virgule, chaque vers a un sens particulier dans la totalité du poème. Le comédien cherche, par son corps, à en exprimer autant, voir plus, que par ses mots, il peut même chercher à montrer la dissonance du personnage entre ce qu'il dit et ce qu'il pense. Le peintre va travailler sur les formes, les couleurs, qui vont exprimer quelque chose qui peut donner accès au fond. Dans l'art, il n'existe pas de hasard dans la forme ni dans le fond.

[hrp]HRP – Pour aller plus loin :

"Aux yeux d'un artiste le fond et la forme sont indissolubles."
Jean Dutourd
" La forme, c'est le fond qui remonte à la surface." Victor Hugo
"La distorsion de la forme sur le fond, voilà la vraie poésie !" Jacques Ferron
"Contrairement à ce que l'on imagine, l'idée de la modernité n'est pas liée au tricotage de la prose. Fond et forme sont inséparables, écrire plat, c'est écrire faux."Michel del Castillo
"Il ne peut y avoir, d'un côté, la forme, de l'autre, le fond. Un mauvais style, c'est une pensée imparfaite." Jules Renard
"Plus on manifeste un désaccord sur le fond, plus on doit être attentif à la forme." Nicolas Sarkozy
"Entre fond et forme, la forme est la compétence des incompétents !" Laurent Martinez[/hrp]

Vidin

[rp]Annonce de l'Archevêché :

Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de baptême, les annonces de mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire.

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les affaires de justice, vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Maylis
Le Procureur, Messire Smer., étudiera votre plainte par la suite
Le juge du Duché est Messire Hull19
(jusqu'à la nomination des prochains conseillers - élections ducales en cours)

Du 06 avril 1459 au... 712271TribuneMIlice

Pour vos voyages, si un laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]

[rp]D'ici et d'ailleurs :

En Guyenne :

Du 06 avril 1459 au... 640768enluminure

Citation :
D'un ballon à un autre : Fin du Tournois de Lever de Coude.

Depuis longtemps, la Soule est connue pour être le sport le plus populaire du Royaume. Toutefois, malgré plusieurs tentatives, on ne peut pas dire que la Ville de Bordeaux se distingue dans cette discipline. En effet, si l'on connait quelques personnes à même de comprendre les règles de ce sport, on remarque que peu de personnes se portent volontaires pour former une équipe. Tout porte à croire que note vie sportive est inexistante, or cela n'est pas le cas.

Depuis quelques jours, sous l'impulsion et la conduite de Sire Montalembert, il est possible d'assister, comme de participer, à un nouveau sport : le Lever de Coude. Pratique puisque facile à mettre en œuvre, conviviale de par la bonne humeur des candidat et du meneur de jeu, ce nouveau sport peut être un moyen original de faire connaître un peu notre ville et ses habitants à travers tout le Duché. N'ayons pas honte d'affirmer qu'en Guyenne nous savons également nous amuser avec des moyens aussi simples qu'efficaces.

Nous félicitons Dame Coralina pour sa victoire ô combien méritée puisque la compétition fut rondement menée. Une dernière question se pose : à quand une super finale à Bordeaux avec pour candidats, l'ensemble des candidats victorieux de ces joutes ou la Bière et l'Amitié font bon ménage ?

Brixius

Du 06 avril 1459 au... 890693edix62edrdimens11

Citation :
OBJETS SYMBOLIQUES OU DÉCORATIFS

La nef
De nos jours, l’objet symbolique le plus représenté sur les tables princières est la nef. Située au centre de la table, la nef est un récipient, souvent en or et en forme de navire, destiné à contenir les ustensiles pour les repas :
-cuillères, couteaux, cure-dents, languiers (permettant de déceler le poison), tranchoirs et hanaps.

Du 06 avril 1459 au... 666237Nefsredim
Nefs au premier plan


Utilisée pour les souverains, elle était en général fermée à clef jusqu’au moment du repas afin de protéger son propriétaire contre les risques d’empoisonnement. Elle symbolise donc le pouvoir et la protection.

La salière
C’est un objet important car elle mêle symbolisme religieux, protocole et ostentation. En effet, le sel représente l’alliance entre Dieu et les hommes. Il symbolise donc la présence divine. La salière à couvercle conique, souvent en orfèvrerie, ressemble à des pyxides. Contenant et contenu doivent être en harmonie, d’où la richesse des salières, en or émaillé constellé de pierreries et symboles religieux. La riche salière montre le prestige et désigne la place d’honneur à table.


LE SERVICE A TABLE

les serviteurs apportent les plats à table en se mettant à genoux et portent une grande serviette sur le bras. Ils sont indispensables et leur présence assure le bon déroulement des repas. Afin d’éviter toute confusion, chacun a son propre rôle :

- le sommelier est installé à côté du dressoir et se charge de transporter les liquides, de la cave jusqu’au lieu du repas.
- l’échanson a pour fonction de mélanger les vins avant de les servir au maître de maison.
- l’écuyer-tranchant découpe la viande et la volaille avant de la servir : homme de qualité, il est attaché à une personne de haut rang pendant le repas et s’agenouillait parfois sur un coussin.
La cuisine étant souvent loin de la salle de repas, on recouvrait une écuelle d’une autre écuelle renversée et on superposait les écuelles ceinturées d’une serviette.


LES COUTUMES

Le rite de l'ablution, annoncé par des coups de trompettes, l'ablution est une cérémonie qui s'appelait "sonner l'eau" ou "crier l'eau". Chacun se lavait alors les mains dans l'ordre de son rang. Deux personnes de même rang pouvaient se laver les mains ensemble. On commençait par le roi, suivi de la noblesse avant d'arriver aux dames et chevaliers.
Pour honorer quelqu'un, on lui faisait tenir les manches par une personne de qualité.
Quand tout le monde avait fini, on s'essuyait les mains sur des serviettes de toile fine puis on s'asseyait. Les dames s'asseyaient en premier sur des coussins de diaspre, posés sur des banquettes rembourrées appelées "formes".
Après le repas, on se lave de nouveau les mains puis on assiste à un spectacle animé par des jongleurs, musiciens, bateleurs et acrobates avant de se rendre au bal puis aux joutes.
Le reste du repas est donné aux pauvres. Cette coutume prend le nom de "la donnée". L'aquamanile en bronze est un récipient verseur caractéristique du Moyen Âge pour se laver les mains.

La nourriture est rare et prend un caractère sacré, étant considérée comme un don de Dieu. Des préceptes de bonne manières sont alors diffusés :
- bien se laver les mains ;
- ne pas recracher sa viande ;
- ne pas tremper celle-ci dans la salière ;
- ne pas boire la bouche pleine.

********************************************************************************
Diaspre : drap de soie à fleurs ou arabesques.
Languier : pièce d'orfèvrerie façonnée, destinée à porter ou contenir des langues de
serpents qui servaient à faire l'essai de certains aliments.
Hanaps : vase à boire à haut pied, en métal.
Pyxides : boîte à couvercle plus ou moins sphérique (ou capsule dont la partie supérieure se soulève à la manière d'un couvercle).
Aquamanile : bassin ou une petite fontaine utilisé pour le lavage des mains.



Légumes

Les courges
Soit pelée l'escorce, car c'est le meilleur : et toutesvoies qui vouldra mettre ce dedans, soient ostés les grains, jàsoit-il que l'escorce seule vault mieulx, puis convient tranchier l'escorce pelée par morceaux, puis pourboulir, puis hacher longuement, puis mettre cuire en gresse de beuf : à la parfin jaunir de saffren ou getter dessus du saffren par filés, l'un çà, l'autre là ; ce que les queux disent frangié de saffran
En français moderne :
Il faut utiliser l’écorce, ce qui est le meilleur. Pelez l’écorce, ôtez les grains, puis trancher l’écorce pelée en morceaux, faites bouillir, hachez longuement, puis mettez cuire dans de la graisse de bœuf. À la fin de la cuisson, jaunissez la préparation avec du safran, que vous jetterez en filet, les cuisiniers disent franger le safran.


Œufs

Civé d’œufs (Civet d’œufs)
Pochez œufs à l'uille, puis aiez oignons par rouelles cuis, et les friolez à l'uille, puis mettez boulir en vin, verjus et vinaigre, et faites boulir tout ensemble; puis mettez en chascune escuelle trois ou quatre œufs, et gettez vostre brouet dessus, et soit non liant.
En français moderne :
Pochez les œufs dans de l’huile, découpez les oignons en rondelles, faites-les cuire, faites frire l’ensemble, faites bouillir ensemble le vin, le verjus, le vinaigre et les œufs, mettez trois ou quatre œufs dans chacune des écuelles, recouvrez avec du brouet. (A suivre dans le prochain numéro)


Val

[hrp]
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cuisine_m%C3%A9di%C3%A9vale#Recettes_m.C3.A9di.C3.A9vales
[/hrp]

Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les mots inscrits en rouge sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en taverne.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Re: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... EmptyDim 7 Aoû - 14:31

Ralas a écrit:
Ralas, avertie par missive que les responsables de la publication du journal étaient au Monastère, elle fut obligée de quitter le couvent pour venir le distribuer comme tous les dimanches.


Citation :


[rp]L'Ami du Peuple

Devise : "S'investir se conjugue au présent"

Rédacteur en chef : Messire Vidin
Rédacteur en second : Messire Brixius
Journaliste culturel : Messire Vidin
Journaliste historique : Dame Ralas
Journaliste politique : Messire Brixius
Rubrique cuisine : Dame Val
Correctrice : Dame Ralas


[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de vouloir vous offrir un merveilleux navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les jours de la semaine.

Animations littéraires et culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la ville, de rédiger de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Grand Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.

Citation :

*Roman : Bordeaux de sa naissance à 1459 (suite)

6e épisode – La guerre de Cent Ans


La guerre de Cent Ans couvre une période de cent seize ans (1337 à 1453) pendant laquelle s’affrontent sur le sol français deux dynasties, les Plantagenêts et la Maison capétienne de Valois lors de nombreux conflits, entrecoupés de trêves plus ou moins longues.
La querelle de Guyenne
Cette querelle est encore plus importante que la question dynastique pour expliquer le déclenchement de la guerre. La Guyenne pose un problème considérable aux rois de France et d’Angleterre : Édouard III se trouve être le vassal de Philippe VI de France et doit donc reconnaitre la souveraineté du roi de France sur la Guyenne. Dans la pratique, un jugement rendu en Guyenne peut être soumis à un appel devant la cour de Paris et non pas à Londres. Le roi de France a donc le pouvoir de révoquer toutes les décisions juridiques prises par le roi d'Angleterre en Aquitaine, ce qui est bien sûr totalement inacceptable pour les Anglais. Dès lors, la souveraineté sur la Guyenne fait l'objet d'un conflit larvé entre les deux monarchies depuis plusieurs générations.
En 1323, le père de Philippe VI, Charles de Valois, en expédition pour le compte du roi Charles IV le Bel, fait saisir une bastide fortifiée construite par les Anglais à Saint-Saros, en plein territoire du duc de Guyenne, malgré les plus vives protestations et recours en justice d'Édouard II d'Angleterre et du seigneur voisin Raymond-Bernard de Montera. Ce dernier réplique par les armes le 16 octobre 1323, alors que le procureur du roi de France se trouve à Saint-Saros pour officialiser l'alliance. À la tête de sa troupe, renforcée d'éléments anglais, le seigneur de Montera attaque le château de Saint-Saros et ruine le village. Il fait passer la garnison au fil de l'épée et le représentant de Charles IV est pendu. Devant ce prétexte tout trouvé, le Parlement, arguant que le duc de Guyenne n’avait pas prêté hommage à son suzerain, confisque le duché en juillet 1324. Le roi de France envahit la quasi-totalité de l'Aquitaine mais accepte de mauvaise grâce de restituer ce territoire en 1325. Pour recouvrer son duché, le roi Édouard II d’Angleterre doit transiger : il envoie son fils, le futur Édouard III, prêter l’hommage mais le roi de France ne lui propose qu’une Guyenne amputée de l’Agenais. Les choses semblent se débloquer en 1327 à l’avènement d’Édouard III qui recouvre son duché contre la promesse d’une indemnité de guerre. Mais les Français, faisant traîner en longueur la remise des terres, forcent Édouard III à venir prêter hommage, ce qu’il fait le 6 juin 1329. Cependant, lors de cette cérémonie, Philippe VI fait consigner que l’hommage n’est pas prêté pour les terres qui ont été détachées du duché de Guyenne par Charles IV le Bel (en particulier l’Agenais). Édouard considère que son hommage n’implique pas la renonciation de la revendication des terres extorquées
La tension monte entre les deux souverains d'autant que la noblesse pousse au conflit. Elle débouche inévitablement sur une déclaration de guerre en 1337.
La réouverture du conflit aquitain et le soutien apporté par les Valois à ses adversaires écossais amènent Edouard III à faire de ses prétentions au trône de France un moyen de justifier sa cause. Par mesure de rétorsion, Philippe VI décide donc de confisquer la Guyenne pour félonie. Édouard III d’Angleterre réplique en revendiquant la couronne de France. Le 7 octobre 1337, un archevêque est envoyé à Paris pour jeter le gant à "Philippe, qui se dit roi de France". La guerre commence.
Si la guerre est déclarée en 1337, le conflit ne débute que plus tard. Les deux rois ne sont pas riches, et doivent négocier les impôts avec leur parlement respectif, voire emprunter l’argent nécessaire à la guerre.
Au début du conflit, tandis qu’Édouard III, en tant que petit-fils de Philippe le Bel, peut revendiquer la couronne de France, le roi de France, n’ayant pas de revendication sur la couronne d’Angleterre, n’a qu’un but : récupérer la Guyenne. Il lui faut donc contraindre Édouard III d’Angleterre à en accepter la confiscation et à mettre fin à ses prétentions à la couronne de France.
Les Français, avec le renfort de mercenaires génois, ont le rapport de force maritime pour eux. Ainsi, la flotte française pille régulièrement les ports anglais. Une stratégie de blocus est imaginée car le vin de Guyenne et le sel de Bretagne ou de Poitou sont vitaux pour l’Angleterre. Le commerce de la laine vers les Flandres et du vin de Bordeaux est interrompu et les finances anglaises sont au plus mal.
Le traité de Brétigny est conclu le 8 mai 1360, au château de Brétigny, (un hameau dépendant de la commune de Soursk près de Chartres), entre les plénipotentiaires du roi Édouard III d'Angleterre et ceux de Charles, fils du roi Jean II de France. Le roi d’Angleterre obtient la souveraineté sur la Guyenne et la Gascogne, Calais et le Ponthieu, le comté de Guînes, le Poitou, le Périgord, le Limousin, l’Angoumois, la Saintonge, l’Agenais, le Quercy, le Rouergue, la Bigorre et le comté de Gaure.

Du 06 avril 1459 au... 239961Carte
1429
[Rose] Territoires contrôlés par Henri V
[Violet] Territoires contrôlés par le duc de Bourgogne
[Bleu] Territoires contrôlés par le dauphin Charles
[Jaune] Principales batailles
[--- Rouge] Raid anglais de 1415
[--- Blanc] Itinéraire de Jeanne d'Arc vers Reims en 1429

Du 06 avril 1459 au... 274895Carte1430redimen
Plan vers 1450 Archives Municipales - Bordeaux

En Guyenne, les populations sont moins profrançaises (cette région exporte massivement du vin vers l'Angleterre), et malgré une campagne victorieuse en 1451 où Bordeaux et Bayonne sont prises, les Français en reperdent le contrôle car les habitants ont du mal à accepter la lourde fiscalité française. L'objectif n'est alors plus de prendre les villes mais bien de battre les Anglais dans une bataille rangée. Elle est livrée le 17 juillet 1453, à Castillon. Les Anglais qui chargent les Français retranchés sont taillés en pièces par 300 pièces d'artillerie tirant à la fois (il s'agit pour la plupart de canons à main), chargées à mitraille et disposées de manière à prendre les assaillants en enfilade. Le carnage est effrayant. Les assaillants sont pressés les uns contre les autres ne pouvant ni s'échapper ni se dissimuler. La cavalerie bretonne charge les survivants et c'est le massacre : 4000 Anglais perdent la vie. Cette écrasante victoire remportée par Jean Bureau sur John Talbot est décisive. Le 9 octobre 1453, au château de Montferrand, près de Bordeaux, était signé le nouveau traité qui donnait pour toujours la Guyenne à la France. La ville de Bordeaux perdait ses privilèges, le droit de battre monnaie, celui de voter l'impôt… Bon nombre de seigneurs gascons furent livrés au roi, ou durent s'exiler, comme Bertrand de Montferrand, seigneur de Langoiran. Sur le continent, les Anglais ne gardent que Calais, Philippe le Bon ayant souhaité que les importations de laine anglaise indispensables à l'économie des Flandres ne soient pas perturbées.
Aucune paix n’est conclue, mais ils subissent une difficile guerre civile et il n'y a plus de combats sur le continent entre les deux pays après cette date qui marque la fin du conflit.


Du 06 avril 1459 au... 751984BatailledeCastillonredim
Mort deTalbot (John), comte de Shrewsbury, célèbre capitaine anglais le 17 juillet 1453 – Bataille de Castillon

Aussi, pour anéantir toute velléité de révolte contre la monarchie, Charles VII, qui se méfiait des sentiments anglophiles de la bourgeoisie locale, décida de faire de Bordeaux une ville royale et d'y faire édifier deux forteresses : le fort du Hâ pour défendre la ville des attaques venant du sud et de l'ouest. Le 24 janvier 1456, pose de la première pierre du château du Hâ, et le château Trompette qui la protégeait du côté du fleuve. En 1450, la ville comptait plus de 30 000 habitants sur une surface de 170 ha avec enceinte.


Du 06 avril 1459 au... 375585ExtFortduHredim
Le Fort du Hâ


Du 06 avril 1459 au... 505477courchteauduHredim
Le Fort du Hâ – cour intérieure

Du 06 avril 1459 au... 927404Chteau
Le château Trompette

à suivre…

Ralas

[hrp]
*Roman : définition du Dictionnaire Hachette : Récit de fiction en prose
Iconographie :
* Archives Municipales de Bordeaux
* Musée des Beaux-Arts de Bordeaux
* Gravures trouvées sur Internet
Texte :
* Musée d'Aquitaine, Bordeaux
* tiré de divers ouvrages (liste très longue)
[/hrp]


Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

Citation :
Tout simplement...

La simplicité est un concept ambivalent, qu'on peut réfuter ou rechercher, qui, paradoxalement, peut être atteint par les plus grandes complications. L'homme simple, l'homme sain se bat en permanence contre lui-même pour le rester, être capable de modestie, d'authenticité, de gentillesse n'est pas normal, la normalité de l'homme, c'est la pathologie, c'est l'instinct primaire d'égoïsme, de calcul et d'agressivité. La simplicité humaine, en amour, c'est le bonheur, c'est considérer l'autre comme un être à rendre heureux et non comme un moyen qui vient combler un vide.

Tout les hommes ne sont pas simples, malheureusement, car, comme on l'a vu, la simplicité s'acquiert avec beaucoup de difficultés. Ainsi, il est dur de se servir du miroir de la simplicité pour expliquer les évènements. La simplicité se relève inexacte, parfois partielle, au pire, fausse. Combien de procès ont été bâclés par simplification des faits ? Combien de vies brisées parce que l'on n'a pas su aller plus loin ? Un nombre incalculable et de tout temps...

La simplicité en science est un choix. Dans l'étude d'une roue qui tourne, on ne prend pas en compte l'effet du vent qui est considéré comme négligeable. Mais qu'est ce qui est négligeable ? Et quand le devient-il ? Il semble que le contexte, que la raison de l'étude influence ce qui devient un choix. Imaginons cette roue qui dévale une pente, dans un cas, dans une rue de Bordeaux où une douce brise arpente les rues et, dans un autre cas, dans une haute vallée du nord de l'Irlande où les vents sont d'une violence rare. Dans le deuxième cas, l'action du vent est importante...

Enfin, en art, la simplicité est elle aussi recherchée, même activement recherchée. Les techniques de peinture qui cherchent à dépeindre la simple réalité, ce que nous voyons dans la vie quotidienne, ne sont pas au point. Parce que la simplicité n'existe pas, ou plutôt que la simplicité que nous voyons est extraordinaire comme pour toutes nos histoires. Beaucoup croient avoir une vie simple, comme les autres, creusez un peu dedans, vous en ferez des romans, des tragédies, des légendes, des maximes, des poèmes. Saisissez toute l'essence de ce que vous êtes, vous avez déjà tout vécu.

[hrp]HRP – Pour aller plus loin :

"La simplicité véritable allie la bonté à la beauté."
Platon
"La pureté et la simplicité sont les deux ailes avec lesquelles l'homme s'envole au-dessus de la terre et de toute nature éphémère." Thomas A'Kempis
"La simplicité décourage. Elle ne s'acquiert qu'à force de détachement." Dominique Blondeau
"L'axiome doit être simple. Doit-il être clair ? Pas nécessairement. Simplicité et clarté, c'est deux." Victor Hugo[/hrp]

Vidin

[rp]Annonce de l'Archevêché :

Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de baptême, les annonces de mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire.

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les affaires de justice, vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Maylis
Le Procureur, Messire Smer., étudiera votre plainte par la suite
Le juge du Duché est Messire Hull19
(jusqu'à la nomination des prochains conseillers - élections ducales en cours)

Du 06 avril 1459 au... 712271TribuneMIlice

Pour vos voyages, si un laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]

[rp]La chronique culinaire :

Du 06 avril 1459 au... 890693edix62edrdimens11

Citation :
Toutes les fêtes se terminent autour d'un repas, qu'il s'agisse d'un mariage, d'un baptême, ou d'un tournoi.

Autour de la table

Du 06 avril 1459 au... 119593170pxBanquetdeCharlesVleSage


Avant de pouvoir goûter au merveilleux festin proposé par le maître des lieux, chacun doit prendre sa place autour de la table. Pas question pour le simple écuyer de se mettre à la même table qu'un banneret. Pour éviter cela, on dispose les tables en forme de U, de façon à laisser un espace libre au centre et éviter que des convives ne tournent le dos aux autres. La table centrale (formant la base du U) est réservé au seigneur organisant le festin et à ses invités de marque. Les autres invités se placent alors sur les autres tables, en plaçant les plus prestigieux au bord de la table centrale. Ainsi, plus on s'éloigne de la table centrale et moins le rang social est élevé. En règle générale, on place la table centrale face a l'entrée principale de la pièce. De cette manière, l'organisateur voit qui entre ou sort lors de son festin.

La fourchette n'étant pas encore en usage, c'est uniquement avec un couteau que l'on mange. A chaque fois qu'un plat est amené à table, les convives se servent selon leur désir et la plupart du temps directement avec les mains. Les mets sont alors déposés sur ce que l'on appelle un "tranchoir" ( tranche de pain, planche de bois ou d'étain). Dans le cas d'un tranchoir en pain, le repas une fois terminé, celui-ci est mangé ou jeté aux serviteurs ou animaux. Il n'était pas rare chez certains seigneurs pauvres de devoir partager son tranchoir voir même son verre. Le savoir-vivre à table est donc strict surtout par mesure d'hygiène et par souci de courtoisie. Par exemple, il est interdit de se servir après s'être gratter, il faut se gratter en prenant un linge. Il est impoli de prendre le meilleur morceau ou de laisser un morceau entamé, pire, de le remettre dans le plat.

Le Repas
Le banquet se compose de plusieurs services successifs comportant chacun un ensemble de plats variés déposés simultanément sur la table. Chaque convive prend donc se qui se trouve à sa portée. Le menu est organisé autour d'un "rôt", équivalent de notre rôti, précédé d'un ou deux services et suivi d'un, deux ou trois services. La succession suit vraisemblablement une préoccupation diététique. Entre chaque plat, et suivant la richesse de l'hôte, on propose aux invités ce que l'on appelle un intermède. C'est alors que l'espace libre laissé dans la disposition des tables est utilisé. En effet, diverses artistes viennent alors agrémenter les convives:musiciens, acrobates, jongleurs, dresseurs d'animaux, ou encore poètes. Les invités aussi peuvent participer en clamant des poèmes ou en racontant leurs faits d'armes. Toutes ces récréations sont accompagnées de diverses préparations salées ou sucrées :
- beignets, crèmes de fruits ou des omelettes.

L'ouvre bouche : On commence par des salades ou des fruits frais de saison afin de préparer l'estomac à recevoir des plats plus riches.
Les brouets ou potages : comme son nom l'indique les plats sont des mets liquides chauds tels que des potages ou brouets à base de céréales.
Le Rôt : il s'agit du plat principale qui se compose de viandes rôties accompagnées de sauces diverses.
La desserte : On y sert divers plats sucrés tel que des gâteaux, des tartes, ou des flans.
L'issue de table : elle se compose de fromage et de gâteaux légers. Ces aliments sont destinés à fermer l'estomac pour activer la digestion. Tous ces aliments sont accompagnés d'hypocras ( produit issue de la macération à froid de vin, rouge ou blanc, de cannelle, de gingembre, de miel et d'eau de rose).
Le boute-hors : cette dernière partie du festin se prend dans une autre pièce et consiste en diverses douceurs et épices (dragées, coriandre ou gingembre confits) dont la mastication aide à la digestion et purifie l'haleine

Suite de la semaine dernière....

Viande
Teste de sanglier (fromage de tête de sanglier)
Pour faire teste de sanglier, prenés la teste, quant elle se tire en ruyt, et la fendés et netoyés, et faictes boulir en vin et en vin aigre, et qu'elle soit comme toute pourrie de cuire, et puis la tirés hors du feu, et la mettés sur une table, ostés toute la chair des os et mettés la peau d'ung costé, et hallés la chair, et mettés espices dedens la chair, canelle batue, gingembre, menues espices foison, clou et noix muguette bien batue, et mettés tout ensemble ; et puis prenés la peau et remettés la chair dedens, et mettés une pièce de toylle dedens comme ung couvrechief, et mettés pressé entre deux asses, et des pierres dessus pour bien presser, et le laissés tant qu'il soit froyt.

En français moderne :
Pour faire de la tête de sanglier : prenez la tête, fendez-la et nettoyez-la, puis faites-la bouillir dans du vin ou du vinaigre, laissez-la cuire jusqu’à ce qu’elle soit molle, tirez-la hors du feu, mettez-la sur une table, ôtez la chair des os, gardez la peau d’un côté, faites brunir la chair, mettez-y des épices à foison : de la cannelle en poudre, du gingembre, des clous de girofle en poudre, mélangez. Prenez la peau, incorporez-y le mélange entouré d’un tissu, comme un couvre-chef, serrez fort, puis posez des pierres dessus pour presser ; laissez ainsi jusqu’à ce que ce soit froid.

Louigne en rost (longe de porc rôtie)
Char de porc, la louigne en rost, en yver, e en estei, as aus vers, cuisez oingnons, en saims, et broez de poivre e d'autres espices e pain ars, e deffaites en 1 mortier, puis destrempez de l'eue où le porc sera cuit, puis métez boillir e métez sur les morseaus qui auront estei arochié e du sel, et tous ceu métez en escuèles e du chivè desus.

En français moderne :
De la chair de porc, de la longe en rôti, en hiver, et en été, aux aulx verts, cuisez des oignons, et broyez du poivre et d’autres épices et du pain grillé, puis mouillez avec de l' eau où le porc sera cuit, puis mettez à bouillir et mettez sur les morceaux qui auront été arrosés du sel, et mettez ceci dans des écuelles, avec du civet par-dessus.

Char de porcelet, en rost (porcelet rôti)
Char de porcelet, en rost ; mès avant les convient eschauder e oster la frusure, e cuire tout entier, e ouis cuire oves, les moues bien durs, e des chasteingnes cuites en feu, e du formage de mai par lesches, et des peres de Saint Ruille ou de quaillouel, cuites en la brèse ; puis hagiez tout ensemble et poudrez de poudre de canèle, de poivre e de gingembre, e des autres espices, e sel, e metez en la toie du porcel, ceucre, e en dépechiez entre les IIII membres. E cest mès doit estre mengiez à la farsse.[2]

En français moderne :
Il convient avant de l'échauder et de retirer l'intérieur, puis faites-le cuire tout entier avec des œufs (les jaunes bien durs), des châtaignes cuites au feu, du fromage en tranches, et des poires de Saint Ruille ou de quailouel. Faites cuire dans la braise ; puis hachez tout ensemble et saupoudrez de poudre de cannelle, de poivre et de gingembre, ou d'autres épices, du sel. Mettez ensuite dans la taie du porcelet du sucre, et en dépecez entre les quatre membres. Ce mets doit être mangé à la farce.

Val

[hrp]http://fr.wikipedia.org/wiki/Cuisine_m%C3%A9di%C3%A9vale[/hrp]


Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les mots inscrits en rouge sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en taverne.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Re: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... EmptyDim 7 Aoû - 14:33

Ralas a écrit:
Encore une fois, Ralas avait fui le Monastère... Arrivée de très bonne heure, elle se promena dans les rues. Elle aimait l'odeur du pain qui cuisait, le son des cloches de St Michel qui appelaient à la première messe, les cris des premiers marchands qui apostrophaient les Bordelais matinaux. C'est donc d'un pas nonchalant, qu'elle gagna le bureau du journal et commença à le distribuer.

Citation :


[rp]L'Ami du Peuple

Devise : "S'investir se conjugue au présent"

Rédacteur en chef : Messire Vidin
Rédacteur en second : Messire Brixius
Journaliste culturel : Messire Vidin
Journaliste historique : Dame Ralas
Journaliste politique : Messire Brixius
Rubrique cuisine : Dame Val
Correctrice : Dame Ralas


[rp]De la Vie à Bordeaux :

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de vouloir vous offrir un merveilleux navire, adressez-vous à Sire Archybald notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les jours de la semaine.

Animations littéraires et culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la ville, de rédiger de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Grand Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.

Citation :

*Roman : Bordeaux de sa naissance à 1459 (suite)

7e épisode – Les quartiers de Bordeaux



Quartier des Chartrons

Du 06 avril 1459 au... 477474QuaisdesChartronsredimpourjournal
Quai des Chartrons

Ce quartier est situé au nord du centre de la ville historique, en bordure de la Garonne, il a la forme d'un rectangle. Il doit son nom au couvent des Chartreux fondé en 1381 par des moines de cet ordre venus du Périgord pour se réfugier dans ce quartier marécageux lors de la guerre de Cent Ans.
Il se créa alors dans ce quartier une aristocratie du vin influente et la proximité avec le monastère le fit surnommer "Chartrons" par la population bordelaise. Courtiers et négociants y fondèrent des entreprises qui vendaient le vin dans tout le Royaume. Peu à peu, de vastes entrepôts de vieillissement et de stockages furent construits le long de la Garonne. Ils étaient destinés à recevoir le vin qui arrivait en gabarre depuis le haut pays du vignoble du sud-ouest et à les préparer pour les expéditions vers l'Europe du nord.

Quartier St Pierre
Au XIIe siècle, l’ancien port était remblayé, le quartier presque bâti. Les quais furent reportés vers le Sud, au débouché d’un autre estey, le Peugue, au pied du palais de l’Ombrière.

Quartier St Michel
Le quartier Saint-Michel, bâti autour de la basilique de style gothique flamboyant dédiée à l’archange, est le quartier le plus vivant et le plus coloré de la ville.
Les gabares à fond plat chargées de cargaisons de bois du Quercy, du Rouergue ou de Gascogne, jetaient l’ancre au bas de Saint-Michel, débarquaient du bois qui alimentait les ateliers des charpentiers de la rue Carpenteyre ainsi que des tonneliers de la rue de la Fusterie.
Le fer était travaillé par les forgerons et les armuriers de la rue des Faures.
Le sel, entreposé quai des Salinières, servait aux sècheries de poissons et de viandes établies rue de la Rousselle.

Artisans, matelots de tous pays, portefaix, badauds, bourgeois se côtoyaient, se disputaient. Les regrattières, marchandes des quatre saisons interpellaient au passage dans leur langue pleine de saveur mais redoutable. On chantait, on jouait aux cartes, on buvait dans les nombreux cabarets qui "servaient à pot et à pinte".

Quartier Ste Croix
C'était autrefois un faubourg populeux, dominé par la haute tour romane de l'église abbatiale Sainte-Croix ; il ne fut englobé dans l’enceinte fortifiée urbaine qu’au début du XIVe siècle.
Bordeaux construisait peu de navires de haute mer qu’on achetait à des chantiers étrangers.
Le gros moulin de Sainte-Croix, voisin de l’abbaye, était établi sur l’estey Sainte-Croix.
Dans ce quartier, on trouvait, rue des Bouviers, ceux qui entretenaient les bœufs dont les attelages servaient à tirer les marchandises des navires. Les cordiers tressaient le chanvre, les cordonniers travaillaient les cuirs du Bazadais et les potiers exerçaient dans la rue des Fours....
L’abbatiale Sainte-Croix était siège de paroisse dès 1130. Si le chœur de l’église était réservé aux religieux bénédictins, le transept et les collatéraux étaient aux fidèles de la paroisse. L’autel majeur était dédié à la Vierge, objet d’un pèlerinage à Notre-Dame-des-Marins, des ex-voto illustraient des scènes de sauvetage de navires en perdition.

Quartier Ste Eulalie

Du 06 avril 1459 au... 366456QuartierSteEulalieredimpourjournal
Quartier Ste Eulalie

Situé à l’angle Sud-ouest du rempart médiéval, le quartier bâti autour de son église paroissiale Sainte Eulalie, était le point de départ vers l’Espagne, vers Compostelle.

Le nombre de couvents était impressionnant, ils avaient tous chapelle, cloître et jardin.
Là, l’activité du port s’estompait, c’était un "bout de ville". En revanche, les artisans étaient nombreux : des maîtres-maçons rue Sainte Eulalie, des tanneurs sur "les fossés des tanneurs", les marchands d’huile rue "Tombe l’Oli", les charpentiers de haute futaye route de Bayonne.

Des confréries avaient leur chapelle en l’église Sainte Eulalie, comme les tanneurs, les gantiers, les parcheminiers. Les maîtres-maçons avaient leur chapelle et leur dévotion en l’église des Carmes.

Le port de la lune
Bordeaux est situé à environ 24,5 lieues de l'océan, au fond de l'estuaire, c'est à priori une situation difficile pour un port.
Toutefois, il y a deux atouts : la Devèze et le Peugue, dont le cours peut être remonté par des bateaux à fond plat, et les estey (étier en français) qui sont de petits estuaires sujets à la marée.
Quant à l'élément principal, la Garonne, c'est un fleuve large, sujet à la marée. Ce phénomène, fait que son cours et très agité ce qui lui vaut, parfois, d'être appelée Mar.

1 - Le port antique
Il se situait sur l'embouchure d'un petit affluent, la Devèze. Le bassin s'ouvrait largement sur la Garonne. Les deux caractéristiques essentielles de ce port sont, qu'il se situe au cœur de la ville et qu'il est sensible au flux et au reflux de la marée.
C'est au tout début du Ier siècle qu'apparaît un premier renforcement de la berge à l'aide de pieux de faible diamètre, en aulne pour la plupart, plantés les uns à côté des autres le long du fleuve.
Des blocs calcaires les retenaient en arrière.
De nouveaux quais sont construits vers 80 ap. J.-C. Ce nouvel aménagement se composait en façade d'un alignement serré de gros pieux en chêne, profondément enfoncés dans l'argile, contre lesquels venait se caler un empilement de madriers et de planches. L'espace entre cet alignement et la terre ferme est comblé par des troncs flottés et un amas de blocs calcaires. La hauteur était d'une toise et trois coudées à une toise, trois coudées et un pied.

2 - Le port médiéval

Du 06 avril 1459 au... 168267LeportdelaLunepourjournal
Le Port de la Lune

Au XIIIe siècle Bordeaux, qui fait alors parti du royaume d'Angleterre suite au mariage d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri Plantagenêt en 1153, voit son économie poursuivre l'embellie amorcée au siècle précédent. Le commerce du vin avec Londres est à l'origine d'une bonne part de cette prospérité. Le port n'est plus qu'un ruisseau envasé (la Devèze).
L'activité marchande de la ville, qui est un des principaux ports fluviomaritimes de la côte atlantique, s'est donc concentrée sur les berges de la Garonne. Plus que d'un seul port, il convient de parler alors des ports de Bordeaux. Chaque quartier donnant sur le fleuve a en effet une ou plusieurs installations plus ou moins spécialisées dans certains types de marchandises. Au nord de la cité, naît vers le milieu du XIIIe s. un nouveau quartier et un nouveau port majoritairement consacré au commerce maritime, parfois qualifié de port du vin, le port de Tropeyte pendant que les autres marchandises restent vers le quartier St Michel.

Depuis la fin du Bas Empire, toute la zone marécageuse, les "palus", qui s'étend au nord de la cité est restée vide de toute construction. Il en est de même pour les abords immédiats de la ville, ancien cœur de la ville antique, complètement désertés. Le secteur se couvre peu à peu de prés et de vignes à partir du XIe siècle.
A la limite sud de ce secteur, le percement de la porte des Paux dans l'enceinte d'avant 1260 témoigne d'un besoin pressant d'un accès direct entre les berges de la Garonne et la zone nord-est du castrum.
En 1287, Edouard Ier fait construire une manufacture de draps dans le faubourg de Tropeyte, la draperie bordelaise est alors en pleine prospérité. Bien que n'ayant fonctionné que quelques années, l'implantation d'une industrie polluante dans ce secteur montre qu'il demeurait probablement alors encore peu peuplé.
Le port de Tropeyte est à la fin du Moyen âge le véritable port du vin. C'est là que les navires anglais chargent le précieux breuvage bordelais pour l'exporter dans toute l'Europe du Nord. Des chiffres record sont atteints en 1308-1309, avec 102.000 tonneaux de vin vendus. Des entrepôts sont construits sur les berges de la Garonne.

La plateforme portuaire ne comporte pas de quais, elle se compose de trois zones : Une zone haute, toujours hors d'eau, correspondant à la berge, une zone médiane, plus ou moins plane, située hors d'eau une bonne partie de l'année, pouvant servir à la circulation et au stockage provisoire des marchandises, des bateaux en cale sèche, etc. Et enfin, une zone en pente douce, appelée "atterrissement", qui sert à accueillir les vaisseaux venant s'échouer sur les rives à marée basse, pour faciliter les manœuvres de transbordement. La marée se fait en effet sentir encore très fortement à Bordeaux, où le fleuve peut avoir jusqu'à plus de 5 m de débattement entre la marée basse et la marée haute.
Dans la seconde moitié du XIVe siècle, la construction du rempart de la troisième enceinte marque profondément la physionomie du quartier, elle amène la destruction des chais alors bâtis sur la berge.

à suivre…

Ralas

[hrp]
*Roman : définition du Dictionnaire Hachette : Récit de fiction en prose
Iconographie :
* Archives Municipales de Bordeaux
* Musée des Beaux-Arts de Bordeaux
* Gravures trouvées sur Internet
Texte :
* Musée d'Aquitaine, Bordeaux
* tiré de divers ouvrages (liste très longue)
Mesures de longueur :
* http://medietriart.skynetblogs.be/archive/2007/02/28/mesures-medievales.html
* http://fr.wikipedia.org/wiki/Lieue
[/hrp]


Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

[rp]Les nouvelles de Bordeaux :

Citation :
### Élections Municipales de Bordeaux : faible majorité et équilibre des voix. ###

Les dernières élections municipales ont été plus que mouvementées. Tout d'abord, beaucoup de candidats étaient en lice. La première à s'être déclarée fût Dame Nina. Le hasard a voulu que la mort ne lui fasse renoncer à ce projet. Suite à cette disparition tragique, Dame Acapi prit la décision de se présenter. Quelques jours après, Sire Kadfael et Dame Samsa firent de même. Chacun proposant une alternative pour notre ville. Le choix fût compliqué et au premier tout de l'élection municipale Acapi68 est arrivé en tête.

1. Acapi68 : 44.2 %
2. Kadfael : 41.9 %
3. Nina1964 : 7 %
4. Samsa : 4.7 %
5. Cyriac : 2.3 %

Au vu des résultats on ne peut que constater que l'ensemble des Bordelais soutenant Dame Nina, Dame Samsa, et même Sire Cyriac qui malheureusement ne souhaitait pas réellement se présenter, ont voté pour Dame Acapi. D'un autre côté, on remarquera que l'électorat de Sire Kadfael reste des plus stable. Acapi68 a donc été élue maire de Bordeaux en recueillant la majorité des suffrages exprimés.

1. Acapi68 : 58.7 %
2. Kadfael : 41.3 %

Pour l'heure, le Conseil Municipal est en préparation. La question se pose, aurons-nous la chance d'avoir un Conseil ouvert afin que chacun des électorats soit représenté à sa juste valeur ? Pour que notre ville connaisse de bonnes heures, travaillons ensemble à son renouveau et à ses animations.

### Création d'une équipe de Soule. ###

Depuis peu, sous l'impulsion de Dame Acapi, aidée par plusieurs amis, une équipe de soule nommée "les Marmottes bordelaises" a été fondée.
Pourquoi Marmotte ? Simplement parce que l'idée fût débattue en taverne dans un moment où plusieurs joueurs faisaient un petit somme.
Cette équipe a été créée pour animer Bordeaux et rassembler ses habitants. Elle contient donc l'équipe et son club de supporters.
Si vous êtes intéressé par le fait de devenir membre de cette équipe comme supporter dévoué, hésite pas à venir les voir en leur Lieu d'entrainement ou bien renseignez-vous auprès de Dame Acapi.

Brixius


Du 06 avril 1459 au... 399149TribuneMariage

Les demandes de baptême, les annonces de mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de Viviemoi sa secrétaire.

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.
Pour tous les autres renseignements contactez Monseigneur l'Archevêque Aurélien ou sa secrétaire Dame Viviemoi.

Les fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne :

Pour toutes les affaires de justice, vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Maylis
Le Procureur, Messire Smer., étudiera votre plainte par la suite
Le juge du Duché est Messire Hull19
(jusqu'à la nomination des prochains conseillers - élections ducales en cours)

Pour vos voyages, si un laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]

Du 06 avril 1459 au... 890693edix62edrdimens11

La chronique culinaire :

Citation :


Près de 95 % des personnes sont des paysans. Leur vie est très difficile : la moitié des enfants meurent très jeunes et les personnes vivant plus de 40 ans sont très rares.
La plupart des paysans étaient soumis au servage, ils n'étaient pas libres de quitter leur seigneur. Ils devaient accomplir des corvées, en échange, leur seigneur leur devait, théoriquement, secours en cas de guerre ou de famine.

1. HABITAT ET ALIMENTATION

Les paysans ont souvent deux maisons : une pour y habiter et l'autre pour ranger les outils et pour conserver les récoltes. Les deux maisons sont construites en bois ou en boue séchée. Elles sont constituées d'une seule pièce mal éclairée.

Les paysans mangent de la nourriture peu variée. Le pain et la soupe sont les aliments les plus courants. La viande, les céréales (le pain est fait à partir de céréales....) et l'huile sont des aliments qu'ils mangent très rarement. Pour les fêtes, ils mangent du cochon (le porc est tué au début de l'hiver et il est conservé dans du sel).
La quantité de nourriture dont ils disposent, dépend de la récolte.

2. TRAVAUX ET CORVÉES

Les paysans doivent accomplir différents travaux et corvées pour leur seigneur. Ils doivent, en plus du travail de la terre, vider les fossés, mettre des pierres sur les chemins, rentrer du bois et rentrer du foin. Leur vie est rythmée en fonction des saisons et des mois. Chaque mois est synonyme, pour le paysan, de travaux différents:

- Janvier : travail de bûcheron.
- Février : mois des labours.
- Mars : taille de la vigne avec la serpe.
- Avril : semailles.
- Mai : tonte des moutons.
- Juin : fauchage du foin.
- Juillet : moisson avec la faucille.
- Août : le paysan bat le blé avec son fléau.
- Septembre : semailles de l'hiver.
- Octobre : vendanges.
- Novembre : cueillette des glands, noisettes, châtaignes (fabrication de la farine).
- Décembre : le paysan tue et sale le cochon.

3. OUTILS POUR TRAVAILLER LA TERRE

Du 06 avril 1459 au... 718753mini236048303paysanjpg

La herse (instrument muni de dents qui sert, après le labour, à briser les mottes), la houe (pioche à large fer courbé), et la faucille (instrument pour couper les céréales, l'herbe, etc.) sont des outils principaux.
Pour travailler la terre, ils utilisent l'araire : charrue de bois dépourvue de roues. Elle est efficace sur les sols légers mais insuffisante pour les terres humides, car elle n'est pas assez puissante pour retourner la terre.
Plus tardivement, ils ont utilisés la charrue à versoir qui permettait d'aérer la terre en profondeur. C'est un outil cher qui contient du fer et utilise la force d'un animal de trait. La charrue est constituée de trois outils :
- le coutre (couteau qui coupe la terre verticalement)
- le soc (coupe horizontalement en profondeur)
- le versoir (retourne la terre coupée sur le côté)
Grâce à ce nouvel outil, la terre était mieux travaillée, le grain germait mieux et les récoltes étaient donc meilleures.

4. LE SEIGNEUR ET SES PAYSANS

Il y a deux sortes de paysans :
• les paysans libres : ils sont locataires de parcelles. Leurs parents sont engagés par un bail, mais il dure plusieurs vies. En théorie ils peuvent partir travailler la terre d'un autre seigneur. En réalité, ils restent par besoin de sécurité.
• les serfs : ces paysans sont attachés à un maître (à un seigneur) jusqu'à leur mort ou leur affranchissement (le seigneur donne la liberté aux serfs). Mais ils ne sont pas non plus des esclaves. Ils peuvent vivre en famille et posséder quelques biens.
Qu'ils soient des serfs ou des paysans libres, ils doivent tous des corvées à leur seigneur.

Au cours du Moyen Âge, l'argent commence à circuler chez les paysans. Les corvées sont alors remplacées par les redevances :
• la taille (sert à payer la protection du seigneur).
• les aides (taxes sur le transport des marchandises).
• le cens et le champart. Pour avoir le droit de s'installer et de vivre sur la terre d'un seigneur, le paysan paie deux sortes de redevances. Le cens qui est fixe et le champart, calculé en fonction de la récolte ; plus celle-ci est bonne, plus le paysan paie cher.
• Les banalités : taxes que devaient payer les paysans pour avoir le droit d'utiliser le moulin, le pressoir et le four à pain du seigneur.

En plus de ces impôts, les serfs doivent payer d'autres impôts :
• La mainmorte, au moment d'un héritage.
• Le formariage, pour se marier à l'extérieur de la seigneurie.

Toutes ces redevances sont très lourdes pour les paysans. En effet, si la récolte est mauvaise, les paysans sont incapables de faire face à leurs redevances. Donc eux-mêmes sont en manque ou en absence de nourriture. Les paysans ont donc toujours l'angoisse de la famine qui ne dépend pas d'eux mais des conditions météorologiques. Les paysans n'ont le droit de prendre leur récolte qu'après celle du seigneur.

Les paysans sont pauvres, car leurs techniques d'agriculture sont rudimentaires. Petit à petit, ils ont inventé de nouveaux outils qui leur ont permis de produire plus et mieux.
De plus, à partir du 12e siècle, de nombreux seigneurs affranchissent leurs serfs, ce qui permet à certains paysans de s'enrichir.
C'est grâce à tout cela que les conditions de vie des paysans s'améliorent.

Du 06 avril 1459 au... 846439084redim1

Recette

Poulet au vin et au verjus parfumé à la cannelle et au gingembre

1 poulet
le foie frais du poulet
saindoux ou huile
du pain grillé
du vin
du bouillon de bœuf
du verjus
10 pincées de cannelle
8 pincées de gingembre
5 pincées de maniguette
du sel.

Couper le poulet en morceaux (garder le foie) et le faire revenir au saindoux ou à l'huile. Dégraisser.
Émietter le pain avec le foie, le vin, le bouillon. Mélanger avec le poulet, saler et faire mijoter 1h.
Ajouter ensuite les épices broyées et délayées dans une cuillère de verjus (gingembre, cannelle, maniguette) et le reste de verjus. Finir de cuire (15mn).

Val

[hrp]
http://www.oldcook.com/cuisine-recettes_medievales
[/hrp]



Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les mots inscrits en rouge sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en taverne.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Re: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... EmptyDim 7 Aoû - 14:34

Ralas a écrit:
Ralas toujours chargée de distribuer "l'Ami du Peuple" vint de bonne heure, impasse St Projet. Elle vit Panda qui passait par là, des parchemins roulés sous son bras. Il avait l'air pressé mais elle eut le temps de lui donner un exemplaire du journal.

Bonjour Panda, te voilà un peu de lecture en te souhaitant une bonne journée !

Toujours discrète elle ne lui posa aucune question mais elle avait l'impression qu'il se préparait pour partir en voyage. Après lui avoir fait un grand sourire elle continua de distribuer le journal aux Bordelais matinaux.


Citation :


[rp]L'Ami du Peuple

Devise : "S'investir se conjugue au présent"

Rédacteur en chef : Messire Vidin
Rédacteur en second : Messire Brixius
Journaliste culturel : Messire Vidin
Journaliste historique : Dame Ralas
Journaliste politique : Messire Brixius
Rubrique cuisine : Dame Val
Correctrice : Dame Ralas


[rp]
Citation :
Éditorial

Avant tout, nous vous prions de nous excuser pour l’absence d’édition la semaine dernière, un contretemps important nous a fait décaler d’une semaine notre nouvelle édition.

Le manque d’articles et la difficulté de publication sont des éléments malheureux qui arrivent parfois mais comme il y a du bon partout, ces difficultés ont permis d’ouvrir, en avance, les réflexions annoncées. Et, quelques conclusions sont dors et déjà arrivées, le journal n’est pas assez ludique, pas suffisamment clair et surtout nous manquons de personnes investies.

Alors, plus que jamais, si vous souhaitez que Bordeaux et la Guyenne aient un journal digne de ce nom, votre voix compte, votre voix a un sens et toutes les bonnes volontés sont acceptées et seront accueillies les bras ouverts. Il n’est pas nécessaire de se sentir l’âme d’un journaliste, il suffit de vouloir donner un peu de son temps.


Offrez-vous un beau journal ! Venez discuter au Domaine de Bonaventure !


Vidin
[/rp]

[rp]De la Vie à Bordeaux

Capitainerie de Bordeaux :

Vous êtes dans un petit port de pêche. C'est sympa, bucolique, mais le ponton ne permet l'amarrage que de quatre bateaux simultanément.
Pour tous renseignements, ou si vous êtes en mal de vouloir vous offrir un merveilleux navire, adressez-vous à Sire Faran notre Chef de Port.

Du 06 avril 1459 au... 457320TribuneBateaux

Une taxe journalière de 10 écus est demandée pour d'accostage en notre Port. Il vous est possible de payer votre accostage pour une semaine.

Animations sportives :

Pour ceux qui désirent faire preuve de leur force, la Lice de la Ville peut vous permettre de lancer des défis aux autres joueurs.
Vous souhaitez faire quelques longueurs, connaître les bienfaits des Bains Publics et des soins du corps, n'attendez plus, allez à " La Pomme de Douche ". Ouvert tous les jours de la semaine.

Animations littéraires et culturelles :

Du 06 avril 1459 au... 865945TribuneVille

Promenez-vous au bord du Lac ou vivez de sympathiques moments au Lavoir.
N'oubliez pas de fréquenter les salons et tavernes de la ville, de rédiger de merveilleux poèmes au Coin des Poètes.
Venez assister à de magnifiques représentations au sein du Grand Théâtre de Bordeaux.
Appréciez de vous promener au Marché de Bordeaux afin d'y acheter tous les produits qui font notre quotidien.


Citation :

*Roman : Bordeaux de sa naissance à 1459 (suite)

8e épisode – Maladies et fléaux (1)



Le mal des Ardents


Du 06 avril 1459 au... 945700Lemaldesardentsredim
Malade atteint du mal des Ardents

Le Mal des Ardents, appelé encore feu sacré, feu divin, feu St Antoine, a sévi à plusieurs reprises sous la forme épidémique dans certaines provinces de France, en Allemagne, en Espagne et en Sicile du Xe au XIIe siècle.
En 994, de grandes pluies ravagèrent l'Aquitaine et brusquement des malades, des morts, beaucoup de mort. Le chroniqueur Adémar de Chabannes rapporte qu'il enleva 40 000 personnes en Aquitaine.
Quel était ce mal horrible mais mystérieux ?
Sous une peau livide, ce mal ronge les chairs, les malades sont d'abord enveloppés d'un froid glacial que rien ne peut combattre, puis surviennent des chaleurs intolérables. C'est comme un feu intérieur qui brûle, particulièrement aux bras et aux jambes, alors qu’au toucher, ces membres sont glacés. La maladie évolue rapidement vers une gangrène purulente, mais le plus souvent sèche. Les membres atteints deviennent noirs comme du charbon et se détachent du corps, comme le bois mort de son arbre. La douleur et l'ardeur augmentent et finissent par tuer les malheureux. Mais, parfois la mort qu'ils souhaitent n'arrive pas avant que, tous leurs membres étant rongés et détruits, le feu ne gagne les organes indispensables à la vie.
Cette affection paraît sans remèdes humains et quelques auteurs y voient le châtiment de dérèglements honteux.
.
Quelquefois, les moines Antonins effectuaient des amputations. Le démembré (ou l’amputé) était alors équipé de béquilles (certains pensent que le fameux TAU, emblème des Antonins, serait la représentation stylisée de celles-ci).

Du 06 avril 1459 au... 903676letau1redim
TAU emblème des moines Antonins

De plus, à une époque où le "merveilleux" religieux faisait partie de la réalité quotidienne, le recours au surnaturel suppléait aux moyens réduits de la médecine. On priait Dieu et les saints, et notamment Saint Antoine, pour obtenir la guérison.

Les Antonins en Aquitaine :

La présence des Antonins en Aquitaine était déjà ancienne, quand ils s’installèrent à Bordeaux. La commanderie générale d’Aubeterre en Périgord, à moins de deux jours de cheval de Bordeaux, rayonnait déjà sur les évêchés de Bordeaux, Bazas, Périgueux et Sarlat depuis près de deux siècles.
Le Feu de Saint Antoine, endémique en début du XIIIe siècle, amena Henri III, roi d’Angleterre et Duc d’Aquitaine à se tourner vers les Antonins appelés également "Frères de l’Aumône", aussi le 22 juin 1242, il déclare: "Pour le grand Maître et les Frères de l’hôpital de Saint Antoine en Viennois… Par vénération pour notre très aimé et bienheureux Antoine, nous accordons 20 marcs, à recevoir par eux, dès cette année à la Fête de Saint Michel, jusqu’au moment où nous aurons provisionné pour eux, un bénéfice annuel de 20 marcs destiné, à l’entretien des pauvres malades de leur hôpital".
Puis il ajoute : "Le grand Maître et les Frères reçoivent des "Lettres" pour tous les archevêques et évêques du Royaume d’Angleterre (et donc de l’Aquitaine), les autorisant à prêcher en faveur de Saint Antoine et leur donnant droit de quêter dans chaque paroisse, pour venir en aide et assurer l’entretien des pauvres malades de l’hôpital à établir".

[hrp] Pourquoi se développe-t-elle particulièrement dans les années humides ?*
*Ce n’est qu’au XVIII° et XIX° siècle que l’on en trouva la cause : il s’agissait d’un empoisonnement provoqué par la consommation de pain de seigle fabriqué avec des céréales ergotées. L’ergot de seigle, est une sorte de champignon minuscule (quelques millimètres de long) qui se développe dans du seigle humide et qui contient un poison violent : l’ergotine. On appellera cette maladie : l'ergotisme. Les conséquences dans l’organisme, sont : la fermeture de certaines veines et artères, ce qui provoque des gangrènes irrémédiables. Le seigle étant l'alimentation de bases des populations de l'époque, l'ergotisme gangreneux trouva au sein de populations aux conditions de vie précaires et rudes, un terrain de choix pour se propager. Le terrible fléau apparut à Limoges ainsi que dans toute l'Aquitaine.
[/hrp]

La peste

Du 06 avril 1459 au... 368803Pesteredim

Du 06 avril 1459 au... 532030PesteDelumeau
Carte de la peste en France

En 1347, dès que Bordeaux fut atteint, la diffusion de la peste s'accéléra et gagna les terres des Plantagenêts : Angleterre, Normandie et Calais. Le reste de la France et une grande partie de l'Europe sera progressivement contaminée. La maladie s'arrêtera, lorsque le climat froid et sec ne permettra pas l'évolution de la forme pulmonaire. Elle semblera disparaître pour réapparaîtra aussi brutalement, fauchant les jeunes enfants n'ayant pas acquis d'immunité. Enfin, en 1352, la peste disparaît de France. Mais elle reviendra frapper pendant de longues années.
En 1348 la peste noire ou grande peste arrive d'Asie centrale pour contaminer le pourtour méditerranéen, répandue par les navires marchands et les rongeurs qu'ils véhiculent. Elle fera près de 20 millions de morts en quelques dizaines d'années dans une Europe qui sortira meurtrie et traumatisée de cette épreuve. Elle se manifestera encore sporadiquement les siècles suivants entretenant le spectre de la terreur. Il existe plusieurs types de peste dont les formes les plus connues : la peste bubonique et la peste pulmonaire qui se traduisent par une infection pulmonaire puis une septicémie en phase terminale. Les principaux vecteurs de transmission sont les puces et poux et, bien entendu, entre les hommes, la contamination par voies respiratoires.
Fin juin 1348, l'épidémie atteint Bordeaux. A partir de ce port, elle se diffuse rapidement grâce au transport maritime.
En 1348, la peste a fait 80 000 morts à Paris.
On meurt en deux jours et les condamnés sont libérés pour ramasser les cadavres par charrettes entières.

Toutes les grandes épidémies qui se sont déclarées en Europe sont liées à l’insalubrité et au manque d’hygiène qui a directement causé l’épidémie, ou lui a permis de s’étendre. Entre 1347 et 1400 environ, toute l’Europe est touchée par la peste. Les épidémies de Peste Noire qui frappent de manière cyclique poussent les autorités à se préoccuper de l’hygiène. On fait nettoyer les rues, on brûle les maisons des pestiférés, on éloigne les dépôts d’ordures des villes et on interdit la divagation des animaux. Malheureusement, ce sursaut d’hygiène n’a pas perduré au-delà de la tragédie. Dès que les épidémies ont pris fin, chacun a repris ses mauvaises habitudes.
Les mouches, les rats et les puces ont été les principaux vecteurs des maladies.

La peste sous sa forme la plus répandue qui était aussi appelée la peste bubonique n’a pu se voir opposer un traitement réel. La peste n’était pas soigné efficacement car aucun traitement n’avait été découvert et donc venait à bout de la peste, cependant quelques soins étaient réalisées en espérant améliorer les états comme l’application de la thériaque qui est une boisson composée de plusieurs plantes dont de l’opium, les médecins effectuaient également des purges et des saignées mais plutôt dans le but d’accélérer l’aggravation des symptômes afin d’abréger les souffrances du malade. Contre la peste on utilisait aussi des concoctions appelées les bézoards réalisés à base de sécrétions animales et notamment de sang de vipère et de bave de crapaud mais tous ces traitements ne démontrèrent aucun résultat probant.
Plus tard, des mesures d’isolement des personnes infectées mais aussi de désinfection et de fumigation des maisons ont été mises en place puis des hôpitaux spéciaux pour ces malades et l’incinération des morts ainsi que la mise en quarantaine de certains navires ont également été mises en œuvre.

La population se trouvait grandement démunie face à la peste et organisait souvent des processions et des prières pour implorer les saints de leur venir en aide mais il y eut quelques dérives qui donnèrent lieu à la torture, la flagellation, la crémation des hérétiques, des juifs et des lépreux qui étaient considérés comme les coupables de la propagation de la maladie.
La peste est une maladie portée par les rats noirs et bruns, sans qu'ils en soient eux-mêmes affecté. Atteignant l’homme par l’intermédiaire de leurs puces infectées qui les quittent à leur mort pour se jeter sur tout être vivant à qui elles inoculent le poison*.

[hrp] * Le bacille de Yersin se transmet à l’homme par un parasite commun aux deux espèces : la puce. C'est Alexandre Yersin qui découvrit en 1894 le bacille de la peste.
[/hrp]

La maladie prend deux formes :
La peste bubonique, que l'on a baptisé la peste noire a pour symptômes des taches noires qui apparaissent sur le corps au niveau des ganglions et enflent en même temps que la fièvre monte. La mort ou la guérison intervient trois jours après l’apparition des premiers symptômes. Sous cette forme, la peste est mortelle dans 70% des cas.
La peste pulmonaire s’attaque aux voies respiratoires et est mortelle dans tout les cas. C’est cette forme qui est la plus contagieuse. Mais tous les calculs aboutissent à un minimum de 40% de décès dans chaque village. La maladie se transmet ensuite d’homme à homme par voie orale dans la peste pneumonique, plus foudroyante que l’autre manifestation de l’épidémie, dite bubonique, propagée par les puces, les poux et les punaises.
Les plus riches et les mieux nourris sont moins touchés par le fléau. Le plus grave c'est que les enfants sont emportés en priorité ce qu'il y aura de graves conséquences sur la démographie pour les années à venir. La maladie fait d’autant plus de ravages qu’elle touche une population qui souffre déjà de la famine et de la guerre. En ce siècle de troubles, la mort est omniprésente.
La peste cause d’importants troubles économiques, sociaux et religieux. Faute d’hommes, il y a une totale désorganisation de la production. Les champs sont en friche et des villages entiers abandonnés. La main d’œuvre se raréfie partout. Les revenus fonciers s’effondrent suite à la baisse du taux des redevances et à la hausse des salaires.
Les villes se désertifient les unes après les autres, la médecine de l’époque n'ayant ni les connaissances ni les capacités de juguler les épidémies.
Des groupes de flagellants se forment et tentent d’expier leurs péchés avant l’Apocalypse, dont ils pensent que la peste n’est qu’un signe annonciateur.
Les juifs, les gitans, "gens du voyage" et une autre population généralement connue sous le nom de cagots, suspectés par la population d’empoisonner les puits, sont persécutés en dépit de la protection du pape Clément VI. La peste a aussi été attribuée à la conjonction de trois planètes au début de l’année.

La peste marque également les arts, en particulier les danses macabres et l'œuvre de Bocaccio (1313 -1375) "Le Décaméron".
Résumé de l'histoire du Décaméron :
Afin de fuir l'épidémie de peste noire qui ravage la ville de Florence en 1348, dix jeunes gens se réunissent : sept femmes et trois hommes. A l'époque, les jeunes femmes et hommes vivant ensemble sans parents ni chaperons n'était pas accepté, mais la peste, qui subvertit toute la réalité et toute la vie, permet ce qui autrefois était intolérable. L'auteur ne traite pas ses personnages dans leur psychologie profonde mais se contente de mettre en scène des protagonistes types : le curé, l'amoureuse désespérée, le mari trompé, etc.


Du 06 avril 1459 au... 178978IllustrationduDecameronredim
Illustration du Décaméron

La médecine du XIVe siècle est bien impuissante face à la peste qui se répand et, les médecins débordés ne savent que faire devant cette maladie qui les atteint autant que leurs patients. Néanmoins, quelques conseils, vains, sont donnés :
- Brûler des troncs de choux et des pelures de coing.
- Allumer des feux de bois odoriférants dans les chaumières.
- Faire bouillir l'eau et rôtir les viandes.
- Prendre des bains chauds.
- Pratiquer l'abstinence sexuelle.
- Pratiquer de nombreuses saignées.
- Administrer des émétiques et des laxatifs, l'effet obtenu étant l'affaiblissement des malades qui meurent plus rapidement.
- Organiser des processions religieuses solennelles pour éloigner les démons.
Très vite, l’épidémie devient synonyme de châtiment divin aux yeux de la plupart des populations. Ainsi, face à la situation apocalyptique, on pratique de plus en plus la flagellation pour expier ses fautes.

à suivre…

Ralas

[hrp]
*Roman : définition du Dictionnaire Hachette : Récit de fiction en prose
Iconographie :
* Archives Municipales de Bordeaux
* Musée des Beaux-Arts de Bordeaux
* Gravures trouvées sur Internet
Texte :
* Musée d'Aquitaine, Bordeaux
* tiré de divers ouvrages (liste très longue)
[/hrp]


Du 06 avril 1459 au... 250932TribuneCulture

Citation :
Apprendre à comprendre

Les Hommes ne se comprennent pas. Partout dans le monde, la confusion règne, les valeurs, les visions s'opposent, les vies s'entrechoquent douloureusement, de plus en plus souvent par le biais de la guerre et les morts ne font qu'ajouter des arguments à ce clivage. Avec le recul, on peut se demander s'il n'y a pas, peut-être, une confusion quelque part... Il y a des choses inacceptables évidemment, des actes, des manières de penser qui éveillent des réticences, des résistances. On peut déjà discuter de ce que disait les philosophes grecques antiques, à savoir que le mal est une erreur de la vision, une errance de l'intelligence et que, au final, ce qui est mal, provient d'une intention louable. « L'enfer est pavé de bonnes intentions. ». Oui, mais alors, comment expliquer ces pillages, ces hommes intelligents qui mettent leur intelligence au service de la destruction et de leur intérêt personnel ?

Si dans les pilleurs actuels de la Guyenne, il y a forcément quelques suiveurs, quelques hommes d'armes purs et simples et même s'il est vrai que le Duc semble leur avoir facilité la tâche, il y a forcément deux ou trois commandants avec suffisamment d'intelligence pour rassembler des hommes, les coaliser, les ordonner et mener leur expédition à bien. On peut alors, de par les faits, développer une intelligence, une malice mauvaise, comme une graine qui a germé en contradiction avec nos valeurs et que l'on peut considérer comme corrompue par une eau acide et un soleil brulant. En bon aristotelicien, on ne peut accepter ceux qui sont renfermés vers leur petite personne quand le développement des Hommes doit passer par une vision globale. Néanmoins, on peut comprendre ! On peut comprendre que de mauvaises conditions puissent créer des humains mauvais et on peut même aller jusqu'à se demander si quelqu'un d'autre, à sa place, n'aurait pas été le même ?

[hrp]HRP – Pour aller plus loin :

"On peut respecter les minorités, comprendre les particularismes, accepter la diversité sans pour autant céder à l'émiettement et au fractionnisme."
Boutros Boutros-Ghali

"Une partie importante de la sagesse et de la connaissance consiste à ne plus vouloir transformer les gens en ce qu'ils ne sont pas, mais à accepter ce qu'ils sont, à comprendre leur expérience de vie." Fun-Chang

"L'oppresseur ne se rend pas compte du mal qu'implique l'oppression tant que l'opprimé l'accepte." Henry David Thoreau

"Ce n'est pas parce que les choses sont impossibles qu'il faut les accepter." Alexandre Jardin

"Concevoir le diable comme un partisan du Mal et l'ange comme un combattant du Bien, c'est accepter la démagogie des anges." Milan Kundera [/hrp]

Vidin

Les demandes de baptême, les annonces de mariage sont à formuler à la Conciergerie de l'Archevêché ou auprès de dame Viviemoi ou messire Aurélien.

Paroisse de Bordeaux :
Il y a deux offices par semaine
- le premier le mercredi de 20h à 22h
- le second le dimanche de 10 à 12h

La messe sera assurée le dimanche en la Basilique Saint-Michel de Bordeaux.

Les fidèles souhaitant honorer ou se recueillir en mémoire de leurs morts peuvent se rendre au Cimetière de la ville.[/rp]

[rp]De la Milice et de la Prévôté en Guyenne

Pour toutes les affaires de justice, vous pouvez envoyer votre dossier de plaintes au Prévôt des maréchaux : Dame Maylis
Le Procureur, Messire Sancte., étudiera votre plainte par la suite
Le juge du Duché est Messire Robin25

Pour vos voyages, si un laissez-passer vous est demandé, vous devrez formuler votre demande avant votre départ auprès du Prévôt où vous allez.[/rp]



[rp]La chronique culinaire

Du 06 avril 1459 au... 890693edix62edrdimens11

Citation :

Herbes aromatiques, herbes légumes, herbes médicinales


Du 06 avril 1459 au... 158522her10

Les épices étant inaccessibles à la grande majorité de la population (sauf, peut-être, le poivre), les ménagères n'ont, pour assaisonner leurs redondantes porées, soupes de choux et de lentilles, que les herbes de leurs jardins.
Petites feuilles délicates de la marjolaine, feuilles ciselées et puissamment aromatiques de l'aurone, feuilles dentelées et poivrées de la rue.
Les herbes aromatiques utilisées se distinguent d'abord par leur parfum souvent violent, en tout cas très caractéristique. Une qualité nécessaire quand il s'agit de parfumer avec succès une marmite de choux.

Les herbes aromatiques

Les recettes parlent essentiellement, et de façon surprenante, de persil. Il ne s'agit pas de saupoudrer avec la main légère quelques brins de persil au dessus d'une viande, mais plutôt de cuisiner des soupes de persil, allongées d'un œuf et de bouillon, des purées de persil et autres aromates, d'omelettes vertes ou arboulastes.

Du 06 avril 1459 au... 177378herb11

Les jardins sont remplis d'herbes qui se coupent, mais ne s'arrachent pas. Ainsi, on cueille ou cultive des variétés de céleris, de préférence perpétuels. L'ache, ou céleri sauvage, la livèche, poussent leurs grandes feuilles découpées en hautes touffes dans les jardins. Leur parfum, lorsqu'on froisse les feuilles, est riche et puissant.

Du 06 avril 1459 au... 882851herbe12

L'aurone, [qui sera plus tard appelée arquebuse en raison de sa propriété particulière de soigner les brûlures dues à la poudre], est un petit arbrisseau aux feuilles très découpées. Platéarius parle aussi d'aurone femelle qui n'est autre que la santoline petit cyprès. Ce buisson, que l'on rencontre surtout dans les cimetières, dispense un parfum si violent qu'on se demande comment il peut se consommer.
Parmi les hautes plantes, qui poussent toutes seules et reviennent sans soins particuliers d'une année sur l'autre, on compte également la tanaisie. Frottées, les feuilles découpées de la tanaisie, (qu'elles soient plates ou crispées), dégagent une odeur vigoureuse, à la limite du consommable. La tanaisie est pourtant consommée en beignets, avant d'être confinée, aux époques ultérieures, à une seule fonction de médicament vermifuge.
Étrangement, le bord de la Méditerranée ne donne peu d'herbes à notre gastronomie. On n'utilise pas le thym dans la cuisine, par exemple, même si l'on cultive comme des fleurs rares la marjolaine ou l'origan. La sarriette, considérée comme aphrodisiaque, connaît un certain succès. Mais cette gamme de parfums est plutôt tenue par l'hysope, dont les hampes bleues se dressent et qui résiste aux gelées même sévères, et par la sauge, dont le nom latin de salvia, qui sauve, assure une renommée et une utilisation très large.

Les herbes légumes

Du 06 avril 1459 au... 208971herbes13

Mais le parfum n'est pas, loin s'en faut, le seul avantage des modestes herbes des jardins. L'alimentation des paysans est connue pour être déséquilibrée, surtout en vitamines et en protéines. Les herbes pallient partiellement à ces carences, en apportant les vitamines qui font défaut. Ainsi l'oxalis, au début du printemps, l'époque la plus difficile pour les paysans qui passent l'hiver à se nourrir de poireaux, choux et fèves sèches, leur réserve de grains s'amenuisant, voire se gâtant durant toute la saison froide. Les herbes, qui poussent dès que le temps se radoucit un peu (fin janvier même dans les régions froides) apportent la fraîcheur, la vitamine C est un heureux complément à une alimentation monotone.
La mâche, aussi appelée doucette, fait des salades de fin d'hiver, l'oxalis, qui fleurit dans les bois, se mange crue, la bardane, l'ortie, les arroches remplissent les marmites de bonne et gratuite porée, et en cas de besoin, on a recours à la fougère scolopendre, aux jeunes pousses d'asperge sauvage ou de fragon petit-houx, aux divers cressons (d'eau et de terre), à la renoncule rampante, et même à la bouchibarbe, cet aliment de disette si dangereux pour les estomacs vides. En complément du pain quotidien, les herbes apportent les fibres et les vitamines nécessaires à la digestion et à la santé. Prises seules, elles causent ces diarrhées de famine qui tuent les malheureux plus sûrement que le jeûne.

Les herbes médicinales

Du 06 avril 1459 au... 182668cueillettedesplantesmedicinalesaumoyenage1
Cueillette des plantes médicinales

De la nourriture au médicament, il n'y a qu'un pas, vite franchi par nos médecins, si démunis qu'aucun moyen de lutter contre la maladie ne leur semble dérisoire. Au reste, la théorie aristotélicienne des quatre éléments imprègne tant les mentalités de l'élite que du peuple, et, selon elle, tout ce qui pénètre dans le corps agit sur l'équilibre des humeurs, donc sur la santé. Se soigner, c'est donc avant tout modifier son régime. Les herbes, à la fois aliment et médicinales pour la plupart d'entre elles (voir la sauge, qui est considérée comme une sorte de panacée, pouvant tout guérir), sont régulièrement consommées, sans que l'on sache si la motivation première du mangeur est de se nourrir ou de se guérir. Les prescriptions médicales ressemblent bien souvent à des régimes, et l'on retrouve dans les potions, les plantes même du potager.

Du 06 avril 1459 au... 726391herbes14

Enfin, il conviendrait de parler de toutes les vertus autres des bonnes herbes. Ce sont elles qui soignent et confortent par leur seul parfum, par lesquelles s'expriment les forces de la terre (de même que, chez les oiseaux, s'expriment les forces aériennes), à la fois alliées et danger, nourriture fatigante ou bouquet de parfums, elles sont du domaine féminin, comme tout ce qui touche au potager, quartier réservé de la mère de famille. En ce sens, elles expriment une part plus cachée de la civilisation, une part discrète comme le parfum du calament, mais tout aussi fascinante pour qui s'y arrête."

[hrp]http://www.oldcook.com/medieval-herbes[/hrp]

Eau de fraises

Ingrédients :
1 litre d'eau
1 kg de fraises des champs ou de fraises très parfumées, bien mûres, essuyées et équeutées quelques feuilles de menthe fraîche
300 gr de miel
1/4 de litre de vin blanc doux légèrement sucré

Préparation :
Dans une casserole, mettez l'eau et le miel, menez à ébullition pendant cinq minutes.
Retirez du feu, incorporez les fraises, couvrez et laissez infuser pendant deux heures.
Passez ce mélange au chinois sans trop l'écraser, ajoutez le vin et mettez en bouteille.
Laissez au moins 4 heures au frais.
Servez frais en jetant quelques feuilles de menthe fraîche dans les verres."

Val

[hrp]http://www.crapaudine.com/fraises.asp[/hrp]

[/rp]



Pour tous renseignements complémentaires, la rédaction est à votre service. N'hésitez pas à nous contacter.[/rp]

[hrp]Tous les mots inscrits en rouge sont des liens vous menant à bon port. Amusez-vous bien et au plaisir de vous rencontrer en taverne.[/hrp]

Brixius a écrit:
Pendant cette période estivale, la rédaction de " L'Ami du Peuple " était en pleine réflexion. En effet, chacun des membres de la rédaction réfléchissait au moyen de dynamiser un peu plus la Gazette pour gagner quelques lecteurs supplémentaire.

Plusieurs champs de réflexion étaient mise à l'étude et de nouvelles rubriques feraient leurs apparitions. L'important étaient de faire en sorte que pour la rentrée le journal fasse peau neuve pour informer et amuser les Bordelais et gens de passage sur Bordeaux.

La rentrée allait être prometteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Contenu sponsorisé




Du 06 avril 1459 au... Empty
MessageSujet: Re: Du 06 avril 1459 au...   Du 06 avril 1459 au... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Du 06 avril 1459 au...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Festival du jeu Toulouse 2010] 23-24-25 avril
» Tournois MLF Battle II (Avril 2011 ?)
» Iegor 11 avril 2011
» Semaine du 17 avril
» Circuit Cycliste Sarthe - Pays de la Loire (T4) du 3 au 6 avril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de la ville de Bordeaux :: RP divers - Flood - IG - HRP :: [RP]N°1, Impasse St Projet : Hebdomadaire "l'Ami du Peuple"-
Sauter vers: