Archives de la ville de Bordeaux

Archives de la Halle des RR
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Du 07 juillet au 14 juillet 1459

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 07 juillet au 14 juillet 1459 Empty
MessageSujet: Du 07 juillet au 14 juillet 1459   Du 07 juillet au 14 juillet 1459 EmptyDim 7 Aoû - 22:22

Juliencoulon a écrit:


Le matin n'était même pas encore levé. Le coq dormait encore, rêvant de sa poule. Le marché commençait à peine à voir les marchands arriver, leurs marchandises dans leur charrette. Les lueurs vacillante des bougies venaient éclairer les rares badauds venus choisir les meilleurs morceaux en premiers, et les trop rares amoureux qui tenaient bon pour apercevoir le soleil se lever...

Coulon, lui, arriva discrètement. Sans vouloir déranger personne, il alla jusqu'au marché.


C'est là que je toucherai le plus de monde, se dit-il.

Calant sa charrette, il en descendit d'abord le tonneau qu'elle contenait, ainsi que divers godets. D'un grand coup de hache, il perça le tonneau, y enfonça une choppe qu'il goûta.


Y'a pas à dire, le médoc bordelais reste une valeur sure.

Puis, il attrapa une affiche, qu'il placarda contre sa charrette, suffisamment haute pour être à la vue de tous.

Citation :
Bordelaises, Bordelais !
Mes amis,
Mes Sœurs et Mes Frères !

Laissez-moi vous conter un songe.
Laissez-moi vous raconter ce rêve que j'avais fait il y a maintenant quelques temps.
Laissez-moi vous raconter cette cité magnifique, resplendissante de couleurs et d'odeurs, cette ville foisonnante d'habitants, vivant dans l'harmonie et la joie d'être ensemble.

J'étais dans un brouillard, perdu et affamé. Je cherchais mon chemin, ne sachant pas où aller quand je la vis.
Elle m'éblouis d'abord, ses couleurs chatoyantes venant illuminer mes yeux. Et quand ceux-ci s'habituèrent, je fus frappé par sa magnificence, sa beauté. Alors, d'un pas décidé, je m'y rendis afin de la découvrir.

A l'entrée, elle était surveillé par des gardes. Ceux-ci rebutaient tous les brigands et les malandrins, et laissaient passer les humbles voyageurs. Mais nulle dispute n'éclatait. Les gardes faisaient preuves d'une main de fer dans un gant de velours, d'une rigueur toute souple afin d'éconduire les faquins dehors.

Une fois à l'intérieur, je fus surpris par la gentillesse et la jovialité de ses habitants. Miséreux, nobles, marchands et soldats, tous étaient égaux. Chacun avait son rôle, et chacun savait qu'il travaillait pour tous. Il n'y avait pas de différence autre qu'enrichissante. Tous vivaient dans l'amour du Très-Haut, et le rendait à ses frères, à ses sœurs.

D'ailleurs, les miséreux mangeaient à leur faim, trouvant nourriture pour leur bourse. Ils trouvaient à travailler dans les champs sans devoir passer un temps interminable aux mines, à se casser le dos pour quelques deniers. Un Tribun veillait sur eux, et leur apportait toute l'aide nécessaire. Et ce Tribun était aidé par toute la population, qui considérait ces gueux uniquement comme leurs frères.

Plus loin, je vis le marché. Il débordait de mille et une denrées différentes. Le yaourt grecque côtoyait la truite, et les tapisseries se vendaient avec les tonneaux de vin. D'ailleurs, la ville produisait son vin, et celui-ci possédait une renommée dans tous les Royaumes m'avait-on dit.
Tous les produits se côtoyaient, mais à tous les prix, et changeaient si souvent de mains qu'il en était parfois difficile de connaître le propriétaire.
Les marchands de tous les recoins du pays y venaient, pour y vendre leurs denrées. Cela semblait stimuler l'économie locale, et stimuler les producteurs de la ville.

Dans cette ville, les tavernes et la place publique étaient toujours remplies. Chaque jour, quelque chose s'y passait, attirant badauds, amuseurs publics, crieurs et villageois. Chacun y allait, profitant de leur temps de libre pour jouer et rencontrer les autres. La bonne humeur régnait, les rencontres se faisaient belles et émouvantes.

Puis, j'entendis un crieur municipal. Celui-ci annonçait les diverses avancées de la mairie. Piqué par la curiosité, j'allais lui demander des précisions sur cette cité. Celui-ci me renvoya directement au Bourgmestre, me précisant qu'il était toujours présent pour les habitants et les voyageurs, que sa porte était toujours ouverte à qui voulait entrer. D'ailleurs, en ce moment, il tenait séance en taverne municipale, comme il le faisait souvent. Stupéfait par la facilité d'approche, je décidais de m'y rendre.

Le Bourgmestre semblait être une personne comme une autre. Il n'usait pas d'artifice pour se glorifier, et faisait preuve d'humilité avec ses administrés. Il recevait chacun, écoutant toutes les demandes, les remarques. Il répondait à toutes les questions, prenant soin que ses réponses soient comprises, et même acceptées.
J'attendais mon tour et m'assis face à lui. Qu'elle est donc cette cité resplendissante, ce lieu magnifique et si agréable, lui demandais-je ?


Et vous savez ce qu'il m'a répondu, mes amis ?

Elle s'appelle Bordeaux la Belle !!!


Je sais que ce n'était qu'un rêve, un songe qui a disparu au matin, avec le chant du coq.
Mais je sais aussi qu'aujourd'hui, cela est réalisable. Je sais qu'ensemble, nous pouvons réaliser ce rêve. Bordeaux peut devenir une grande Cité, un lieu incontournable pour tous les Royaumes.

Ensemble, nous avons le pouvoir de rendre tout cela possible !
Ensemble, nous avons le pouvoir de faire de Bordeaux : « la Belle » !
Ensemble, rendons à Bordeaux sa grandeur !!!


Il avait longuement hésité, entre cette affiche et son programme. Mais les deux étaient les même, pour Coulon. Et puis, il trouvait intéressant que les gens viennent avec leur questions, leurs demandes. D'autant que Coulon ne proposait pas qu'un vulgaire programme, un papier fourre-tout. Il avait bien plus en tête. Il avait une volonté pour Bordeaux, une vision, un songe.

Alors, il se mit à côté de son tonneau, rempli un verre, et attendit les passants pour leur offrir à boire, et à rêver.

Judemiko a écrit:
Judemiko passa par le marché est vit la charrette de coulon est s’arrêta pour lire le parchemin .

Bonsoir juliencoulon ,je veut te dire que tu a mon soutien pour la futur élection !

Juliencoulon a écrit:
Le premier bordelais ne se fit pas attendre...

Le voyant arriver, Coulon tendit la chopine dans sa direction, afin de lui offrir à boire.


Lo bonjorn Judemiko.

Comment vas-tu ?


Je te remercie sincèrement pour ton soutien. Il va ma droit au coeur, et j'espère ne pas trahir ce soutien.

Coulon prit un autre verre qu'il remplit, et trinqua avec Sener Judemiko.

Ralas a écrit:
Encore ce matin, Ralas avait faussé compagnie aux nonnes et, en arrivant sur la place du marché, elle vit un attroupement autour de Julien Coulon.
Elle mit un peu de temps avant de réaliser qu'il était là pour parler de son programme aux prochaines élections municipales.
Elle s'approcha, l'embrassa ainsi que Judemiko qui était près de lui, puis elle se fraya un passage parmi tous les Bordelais, massés devant l'affiche, pour pouvoir la lire.

Elle aima l'originalité avec une présentation sous forme de rêve mais elle savait que Julien n'était pas un amuseur et qu'il avait bien préparé son programme.

Elle leur sourit avant de leur dire :


Bonjour vous deux ! Comment allez-vous ? Je vois que les choses bougent à Bordeaux, ce qui me ravit. Julien, même si je suis actuellement au Monastère, je te soutiens dans ta démarche et je serai bientôt de retour ainsi que Vidin. Tu peux donc compter sur moi.

Juliencoulon a écrit:
C'est au moment de trinquer que Coulon vit...... Un tonneau ?... Une barrique ?... Ah non, juste Dona Ralas, qui semblait avoir profité d'un moment de répit des nonnes pour fuir le monastère.

Coulon s'inclina.


Lou bonjorn Dona Ralas.

Comment vas-tu ?
Que dire, sinon que tes mots me vont droit au coeur. Et puis, tu sais que, comme Judemiko, vos avis me sont, et me seront essentiels.

Ralas a écrit:
Ralas vit le regard de Julien Coulon vers son ventre, ce qui la fit sourire.

Je vais bien, très bien, mais je commence à avoir du mal à me mouvoir. Aussi, je dois utiliser la ruse pour m'échapper du Monastère et, pour retrouver mon agilité, je dois encore attendre un peu...
Mais mon embonpoint ne m'empêchera pas de te donner mon avis s'il peut t'être utile.


Assoiffée par cette chaleur et ne voyant qu'un gros tonneau de vin, elle lui dit :

As-tu un peu d'eau ?

Juliencoulon a écrit:
De l'eau ?... Ce liquide saumatre qui rappelait à l'amnésique qu'il a tout oublié ?... Ce liquide sirupeux sans ancun gout, sans aucune couleur, sans rien ?...

Mais bien sur chère Ralas... Le temps de la chercher.

Et Coulon héla un gamin qui trainassait, en quête d'une pomme tombée d'un étal.

Hola p'ti !!!
Un écu pour toi si tu files à la taverne de Pinte me chercher un pichet d'eau bien fraiche, ainsi qu'une chaise...
Et j'ai dit de l'eau hein !!! Pas l'infamie qui traine dans les abreuvoirs à cochons !!!


Le gamin fila, l'oeil frisant sous l'espérante brillance de l'écu.

Ralas a écrit:
[Après le retour du gamin]

Ralas but d'un trait son gobelet d'eau, puis regarda Julien Coulon en souriant.

Oh ! J'avais très soif, cette chaleur me fatigue.


Puis, elle entraîna Julien Coulon un peu à l'écart pour parler avec lui de Bordeaux.

Kadfael a écrit:
Kadfael passait voir le meilleur candidat à la prochaine élection municipale de la capitale du comté

Bonjour Julien
Bon courage à toi dans ta démarche et surtout tu gardes ma confiance, peux tu nous en dire davantage sur le projet que tu veux mettre en place en ville s'il te plait que les habitants aient un peu plus de concret, à très vite

Juliencoulon a écrit:
Discutant avec Ralas, Coulon ne vit d'abord pas Kadfael arriver. Ce n'est seulement quand celui-ci lui parla que Coulon se retourna.

Ah... Sener Kadfael... Content de te voir parmi nous...

Coulon prit une choppe qu'il rempli du vin, et la tendit à Kadfael.

Un peu de vin ?

Pour répondre à ta demande, tu me vois un peu ennuyé. Non pas dans le sens où je n'ai pas de proposition concrète, mais plutôt dans celui de savoir sur quel thème tu veux du concret. Car je commence à citer tout ce que je souhaiterai faireà la mairie, nous n'aurions pas suffisamment des 4 jours restant avant la fin des élections.
D'autant qu'un maire ne dirige pas une mairie seul, contrairement à ce que d'anciens maires ont tenté de faire croire. Un maire, c'est même interchangeable. Et si je me retrouve à la tête de la municipalité, ce sera avant tout accompagné par une équipe de conseillers municipaux. Et ces conseillers auront surement des avis sur mes propositions, et eux-mêmes quelques propositions à me faire part.

Donc, sur quelle chose exactement souhaites-tu du concrèt ? Sur la sécurité et le rôle de la Maréchaussée ? Sur l'aspect économique, et les liens possibles entre le marché bordelais, et l'import-export ? Sur l'accompagnement des filières ? Cela fait beaucoup à dire comme cela. Donc, excuses-moi Kadfael, mais je préfère que tu poses une question précise...

Si tu veux, je peux te parler de la communication, qui est à mon sens un aspect plus qu'important pour la bonne gestion d'une mairie.
De nombreux maires se sont retrouvés sanctionné dans les urnes, alors qu'ils effectuaient un travail plus que valable. Mais leur communication étant inexistante, les bordelais ne voyaient que l'arbre qui tombe, et ne voyaient pas le maire pour lui en parler.
C'est pour cela, que, si les bordelais me donne leur confiance, je compte bien communiquer, et créer un lien étroit entre le Conseil Municipal et les habitants. Car si je ne suis pas un chantre de la transparence, je sais très bien que le poste de Maire est avant tout une charge au service de Bordeaux et de ses habitants, et que cela implique de rendre des comptes... Régulièrement.
Cela se fera notament, par un poste de Porte-Parole, qui aura bureau en Halle, et qui aura porte ouverte pour que chacun puisse venir poser question. Et je lui fait confiance à ce Porte-Parole, connaissant son opiniatreté, pour harceler le Conseil Municipal, jusqu'à avoir réponse à communiquer. de plus, il viendra régulièrement afin d'afficher les annonces de la mairie.
De mon côté, je m'engage, comme le fait le maire de mon rêve, à tenir permanence de manière hebdomadaire, en taverne municipal, afin que tous ceux qui ont des remarques, des questions, ou bien juste un souhait de compréhension, puisse trouver réponse à leur question.


Coulon prit le temps de reprendre sa respiration. Sa réponse à Kadfael lui avait littéralement asséché le gosier. Aussi prit-il sa choppe, et la vida cul-sec, avant de la remplir à nouveau.
Prenant le temps de reprendre une gorgée, Coulon s'apprêta à reprendre encore la parole.


Donc tu vois Kadfael, j'ai besoin que tu précises ce sur quoi tu voudrais que j'explique mes idées. Parce que tu vois ce que donne la communication. Alors imagine concernant la sécurité par exemple, qui est quand même un sujet qui est plus important dans la gestion d'une mairie.

Coulon s'arrêta enfin pour permettre à Kadfael de précisier sa question... Et aussi pour reprendre lampée de vin...

Kadfael a écrit:
Citation :
Pour répondre à ta demande, tu me vois un peu ennuyé. Non pas dans le sens où je n'ai pas de proposition concrète, mais plutôt dans celui de savoir sur quel thème tu veux du concret. Car je commence à citer tout ce que je souhaiterai faireà la mairie, nous n'aurions pas suffisamment des 4 jours restant avant la fin des élections.

Kadfael sourit amusé par la réponse censée du candidat julienCoulon

effectivement tu as raison

Dis moi concernant le marché ta politique sera t'elle une politique planifiée ou laissée libre, plus libérale ?

Concernant la grille des salaires, je poserai la même question, car parfois je vois des salaires si bas que je trouve ça indecent, vois tu, est ce que tu vas relancer les salaires à bordeaux ? important tout de même non ?
si oui quel sera l'objectif ?


Citation :
14-07-1459 05:32 : Vous avez voté pour Juliencoulon lors de l'élection municipale

voilà pour la confiance Julien :wink:

Juliencoulon a écrit:
L'éternelle question sur le marché. Coulon l'attendait, mais pas forcément de la part de Kadfael, qui connaissait autant, voir mieux, l'économie que Coulon... Mais bon, à question posée, réponse donnée...

Par contre, la question sur les salaires, voilà une question auquel il ne s'attendait pas réellement... Chose intéressante, puisque l'obligeant à réfléchir plus, et donné un avis qui se construit...


Alors, commençons par le marché, si tu le veux bien Kadfael.
Je reconnais avoir une vision assez libérale du marché, estimant que la mairie n'est qu'un acteur et un marchand parmi les autres. Notamment parce que les étals sont un des principaux lieux où la mairie peut engranger quelques écus, mais aussi et surtout parce que le marché n'a pas réellement bersoin de la mairie pour se réguler.
Concretement, je pense que la mairie se doit d'intervenir principalement afin de pouvoir augmenter les flux de marchandises sur le marché, et leur prix.
Prenons un exemple précis : les fruits. Bordeaux ne produit pas de fruits, malgré qu'ils soient indispensables pour pouvoir progresser dans les Royaumes. Donc le premier réflexe, serait de faire du commerce avec les villes fruitières afin de fournir les habitants. Oui, mais la ville possède des palliatifs plus qu'intéressants.Chaque grappe de raisin, chaque légume effectue exactement le même effet qu'un fruit. Et la ville peut aisément produire les raisins, et les légumes. Donc le second réflexe serait de ne pas importer les fruits, et au contraire, de faire en sorte de développer les filière maraichers et raisins.
Là où je veux tenter d'inscrire la ville, c'est dans une troisième voie. Il s'agit non pas de boycotter les fruits, et il ne s'agit pas de ne faire que de l'import en délaissant les viticulteurs et les maraichers. Mais, à mon sens, il s'agit bien d'offrir un maximum de choix aux habitants, d'autant que les prix sont à peu près les mêmes pour ces trois denrées. Les fruits permettent à la mairie de pouvoir tirer quelques écus de bénéfice en les échangeant contre du poisson. Mais le développement des viticulteurs et des potagers permettent, non seulement d'éviter une surproduction d'autres denrées comme actuellement et donc une vente à perte ou un stockage pur et simple, mais également de ne pas être ligoté par l'import de fruits.
Il y a également certains produits qui stagnent à Bordeaux, et qui pourraient se vendre aisément ailleurs. La mairie vient donc se poser en intermédiaire, afin de désengorger le marché. Et bien évidemment, j'espère qu'elle pourra se faire son beurre dans ces mouvements de marchandises.

Tu le vois donc Kadfael, que pour moi, les mouvements des marchandises sont très importants. Ce sont eux qui crééent la richesse, en créant de la valeur ajoutée au produit. Un produit qui stagne sur un marché ne créé pas de la richesse, voir même créé de la pauvreté, dans le sens où son prix risque de baisser, et il empêche d'autres marchandises d'apparaitre.
Afin de faciliter ces mouvements, je compte bien m'entourer d'une équipe solide de Marchands Ambulants. Ils seront au moins au nombre de 2, et parcoureront la Guyenne et les provinces avoisinantes, afin de proposer des marchandises vairées à des prix différents aux bordelais.

Je tiens quand même à préciser ici que si la mairie n'interviendra principalement que comme un acteur parmi les autres, il y a certains points sur lequel elle viendra clairement réguler. Car il ne s'agit pas de laisser le marché partir à vau l'eau. si le besoin s'en fait sentir, il faudra que la mairie intervienne afin de remettre certaines choses dans l'ordre.
Prenons un exemple fictif. Si le pain arrive à des prix exorbitants, je conçois aisément que la mairie se trouve alors dans l'obligation d'intervenir afin de faier baisser le prix du pain.

Cela répond t-li à ta question sur le marché Kadfael ?


Coulon termina son vin, et se resservit, tout en profitant pour réfléchir à la seconde question.
Une fois le gosier remouillé, il repartit pour la question sur les salaires.


Concernant les salaires, je reconnais aisément que je ne me suis pas encore complètement penché sur la question.
A brûle pourpoint, je te répondrais que le salaires ne me paraissent pas si bas que cela. Chacun semble trouver son compte là-dedans. Et que si les salaires augmentent, les prix vont faire de même, ce qui est logique. Et je nsouhaite pas pour l'instant que les prix sur le marché augmentent. Certains sont bas, je te l'accorde, mais d'autres sont à la limite de l'excessif, et les voir augmenter ne ferait qu'augmenter la grogne des acheteurs. Pour reprendre l'exemple du pain, le voir à plus de 6 écus me semble être une énormité sans nom.
En tous les cas, je ne vois pas d'urgence sur ce terrain là. Mais comme je te l'ai dis, je ne me suis pas encore totalement penché sur la question.
Mais tu sembles avoir un avis là-dessus, et il m'intéressere grandement.


Et hop : retournement de question... Non pas par malice, mais pour laisser le temps de boire un coup par cette chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
 
Du 07 juillet au 14 juillet 1459
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Planning du 14 au 20 juillet
» [Nantes] Tournoi Joute en juillet ?
» LCBO Vintages Juillet 2012
» Pointage Juillet 2012
» [Nantes] Tournoi Joute à ???? Samedi 13 Juillet 2013 (annulé!!!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de la ville de Bordeaux :: Mairie - Divers :: [RP]Elections Municipales : Songe d'une nuit d'été-
Sauter vers: