Archives de la ville de Bordeaux

Archives de la Halle des RR
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Du 18 janvier au 24 août 1458

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 18 janvier au 24 août 1458 Empty
MessageSujet: Du 18 janvier au 24 août 1458   Du 18 janvier au 24 août 1458 EmptyDim 27 Juin - 8:26

Mathildy a écrit:
Thild, tout en faisant tournoyer sa nouvelle clef autour des ses doigts abimés par le travail en mine, prit le chemin du quartier Saint Pierre, ce chemin qu'elle avait déjà parcouru à maintes reprises mais qu'elle semblait découvrir pour la première fois.
Elle s'arrêta devant une demeure, située quelques mètres avant celle de Kristel et Omere, et eut l'impression de la regarder comme si elle n'était jamais passée devant auparavant ... et pourtant ....

Du 18 janvier au 24 août 1458 Img-0002468462q

C'était "sa" demeure ... rien qu'à elle ... elle n'en revenait toujours pas et l'admirait en souriant béatement. Comme lui avait dit Dame Eloin, cette bâtisse ne payait peut-être pas de mine mais pour Thild, c'était comme un château, un rêve ... un peu de magie dans sa vie bien modeste mais toute aussi magique. Cette demeure était certes modeste mais elle était sienne ... c'était "sa" demeure, sa demeure "improbable".

Elle s'approcha doucement, en savourant l'instant, comme une première rencontre .... Elle prit le temps de regarder l'espace autour de la maison qui lui permettrait de faire un petit jardin, quelques plantations de sa spécialité et surtout un endroit pour prendre l'air, pour ne point se sentir enfermée. Elle fit le tour de la demeure en pierre, découvrit à l'arrière de la maison un petit escalier en pierre également qui menait probablement à la cave. Elle pensait déjà à toutes les bouteilles de vin qu'elle pourrait y stocker et sourit malicieusement.


Elle termina le tour de la maison et se décida à y entrer. Elle arrêta de faire tournoyer la clef et l'inséra doucement dans la serrure, la fit basculer légèrement et sentit la porte s'ouvrir.
Elle pénétra à l'intérieur et eut à ce moment un immense moment de ........................ solitude. Bien sûr, aucun regret de vouloir habiter seule dans sa propre demeure mais juste un peu d'inquiétude en découvrant l'intérieur de la maison qui était strictement ............... vide il faut bien le dire, vide et nécéssitant bon nombre de travaux.
La pièce de vie, chaleureuse et accueillante, du fait de la luminosité, était poussiéreuse et le sol était dans un bien triste état, recouvert de détritus. Son regard s'illumina cependant en découvrant l'imposante cheminée .... elle pensait déjà aux flambées hivernales.
Elle passa ensuite à la cuisine, un espace incroyablement grand dont elle se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir faire. Elle se demandait ce qu'on pouvait bien faire dans une cuisine .... euh faire à manger peut-être ..... Humpffffff !!! Elle ne savait point faire et se disait que peut-être elle pourrait réagencer tout cela. A voir !
Elle entreprit de monter à l'étage pour découvrir les deux chambres évoquées par Dame Eloin mais sa surprise fut grande en découvrant l'état de l'escalier en bois. Une marche sur deux semblait rongée par on ne sait trop quel mal et la rampe ne tenait qu'à un fil (façon de parler hein !!!). Elle monta telle une libellule sur la première marche mais celle-ci céda sous son pourtant si léger poids. Elle se rattrapa tant bien que mal et soupira.


"Bon l'étage on verra ça plus tard ... si je m'attaquais déjà au rez de chaussée ... dans un premier temps ça ne serait déjà pas si mal .... et puis il faudra que je pense à me mettre au régime ... une libellule qui fait céder un escalier, ce n'est pas très crédible"

Au moins elle n'était point encombrée par les meubles ... il n'y en avait pas ... hormis un plan de travail dans la cuisine, ce qui était bien la dernière de ses nécéssités. Pas même un bureau ... pour poser ses encres, plumes et parchemins. Pfffffff !
Un petit moment de découragement envahit Thild. Elle alla s'assoir en tailleur au pied de la cheminée puis se posa un instant pour réfléchir. Et dire qu'elle n'avait point pensé à tous ces détails pratiques, aux travaux à faire, à l'absence de meubles ....


"Humpffff, c'est bien beau de vouloir faire ta maline en voulant ton autonomie ... maintenant il faut que tu assumes ma grande !!"

Thild frémit quand elle eut réalisé qu'elle commençait à parler toute seule. Elle se releva brusquement et prit de fermes décisions. Elle l'avait voulu ... elle l'avait. A elle de se donner les moyens pour y arriver naméoh ! Elle avait survécu jusque là, ce ne sont pas quelques grains de poussière et de petits travaux (enfin euh ... grands quand même les travaux) qui allaient avoir raison de sa détermination.
Elle se dirigea d'un pas assuré vers les différentes fenêtres de la pièce de vie et les ouvrit les unes après les autres pour aérer et faire disparaître l'odeur de renfermé ... et surtout pour faire rentrer l'air glacial et vivifiant qui lui remettrait les idées en place.
Elle retroussa ses manches (de haillons ... euh ?????) et entreprit de commencer le grand nettoyage de printemps ... en hiver.
Elle se jura qu'un jour cette demeure serait à son image, celle dont elle avait toujours rêvé ... une demeure improbable ... comme Thild l'était tout autant ... improbable !
Elle afficha un rayonnant sourire jusqu'aux oreilles et entreprit de vider la maison des nombreux débris de bois et autres fourbis qui jonchaient le sol ... elle les balançait par la fenêtre joyeusement .... se disant que sa technique n'était pas forcément la bonne ... mais bon il fallait bien commencer d'une façon ou d'une autre ... et puis d't'façon y'avait personne pour voir et critiquer sa technique alors elle s'en donna à coeur joie, le sourire aux lèvres, les yeux pétillants de malice.


Kristel a écrit:
Kristel se rendit voir la maison de Math, elle savait que cette maison n'était pas habitée depuis fort longtemps et que cela devait avoir besoin d'un bon coup de balai.

Elle avait décidé de venir lui donne un coup de main avec son petit balai qu'elle appelait magique tout simplement

Elle cria Math es-tu la, Math ohohohohoh Math répond moi. Comme elle n'avait pas de réponse elle laissa le balait au bas de la porte.

Du 18 janvier au 24 août 1458 100118112239794838

Et s'en retourna chez elle doucement


Omere a écrit:
Omere avait décidé de faire une pause.Il avait encore tout l'après-midi pour terminer la découpe de sa viande.Passant sur le chemin,il vit de multiples choses passer par la fenêtre d'une demeure.Il sourit.
Energique pensa t-il.
Il se décida à jeter un coup d'oeil pour se rendre compte.
Mathildy,c'est toi.
Omere éclata de rire en voyant sa filleule couverte de poussière et de toiles d'araignées.


Mathildy a écrit:
Thild entendit un bruit au dehors, comme un vague murmure dans le brouhaha qu'elle était en train de produire :
Citation :
Mathildy,c'est toi ?
Elle crut reconnaître la voix de son parrain ... et effectivement, elle le trouva là en train de rire ouvertement.
"De quoi ou de qui tu te moques comme ça mon parrain tyrannique ??? Pas de moi j'espère ?"

Thild un peu méfiante jeta un coup d'oeil à ses haillons et se rendit compte qu'elle était recouverte de poussière de la tête aux pieds. Elle grommela et se s'épousseta sommairement.

"Plutôt que de te moquer tu ferais bien mieux de venir m'aider ... Un parrain ça sert à ça non ????"

Elle s'avança vers la porte et trouva un balai qu'on aurait dit magique ... Elle se demandait qui avait bien pu le déposer là puis pensa instinctivement à Kristel.
"Et zut, dire que je ne l'ai pas entendu passer .... je devais être trop occupée à faire tout mon boucan ... Flûte"


Le balai lui donna une idée subitement ... elle sourit malicieusement et le tendit à Omere
"Omere j'ai toujours rêvé de te voir passer le balai ... Allez zou !!! Fais moi une place propre !!!"
Elle se ravisa timidement :
"Enfin s'il te plait Omere je voulais dire !!!"

Elle tenta de se recoiffer mais sa coupe de cheveux était désespérément incoiffable, elle abandonna et se remit au travail ....


Omere a écrit:
Omere ,voyant que Mathildy lui tendait un balai,le saisit et commença à nettoyer consciencieusement pièce par pièce.IL fit des tas dans chaque pièce ,puis se mit en quête d'une pelle.Il troiva ce qu'il lui fallait dans la cave.La pelle n'était pas de toute première jeunesse,mais elle ferait l'affaire pour ramasser les tas qu'il avait fait.


Mathildy a écrit:
Thild sourit en coin en voyant Omere se saisir du balai et se mettre conscieusement à l'ouvrage .... Elle ne l'avait jamais imaginé un balai à la main et cette image l'amusait fortement. Elle pensait qu'il ne savait manier que les couteaux et les dagues ...
Elle détourna les yeux pour qu'il ne la trouve pas trop moqueuse et se remit à débarasser la maison des petites choses qui pouvaient l'encombrer. Elle garda quelques morceaux de bois qu'elle plaça dans l'âtre ... en pensant au feu de cheminée qu'elle pourrait faire ce soir même.
Omere avait travaillé avec tant de sérieux au balayage du rez de chaussée qu'on aurait pu y manger par terre ... ou en tout cas elle se contenterait déjà de pouvoir dormir à même le sol .... propre.
Avec une couverture et un bon feu de cheminée ... cela ne serait pas si inconfortable que cela.
Demain, elle irait chercher ses maigres affaires restées chez Kristel et Omere ... et se mettrait peut-être en quête de meubles .... Elle regarda sa bourse et soupira "Humpffff"


Elle vit qu'Omere avait fini son oeuvre
"Merci du fond du coeur Omere, je savais que je pouvais toujours compter sur toi ... même pour des travaux ingrats .... Si tu as envie de te mettre à faire la cuisine, tu peux ......"
Elle lui fit un clin d'oeil
"Je plaisante voyons ... je suis sûre que tu es aussi habile que moi en cuisine ... Merci pour tout ... sincèrement !"

Thild regarda la pièce de vie et sourit en se disant que cela finirait bien par prendre forme ... tout doucement ....


Ralas a écrit:
Math avait dit en taverne à Ralas, qu'elle allait avoir une maison.

Ralas se mit, donc, en quête de la trouver. Elle chercha assez longtemps mais avait comme repère : pas très loin de chez Kristel et Omere.

Elle croisa sa cape contre elle pour cacher le bouquet de roses qu'elle avait, malgré l'hiver, encore dans leur jardin.

Elle venait de dépasser la maison de Kristel et Omere quand elle aperçut une magnifique petite maison, maison digne des contes de fées.

Elle était construite en pierres sèches avec un toi régional couvert en tuiles rondes.

Ça ne peut-être que celle-là, se dit-elle... ça lui ressemble, sauvage et douce à la fois...

Elle frappa, se cacha contre le mur, en ne laissant que son bouquet dépasser en face de la porte....

Du 18 janvier au 24 août 1458 247411gcottage_1_


Kristel a écrit:
Kristel qui savait Math seule décida d'aller lui porter un repas, car telle qu'elle la connaissait elle ne viendra pas manger à la maison, voulant finir tout son ménage.

Elle aperçu Ralas auprès de la porte aussi.


Oh Bonjour Ralas, comment vas-tu?? Je suis venue porter ceci à Math étant donné qu'elle va sûrement oublier de manger telle que je la connais tu sais

Kristel tenait toujours une assiette de poisson dans ses mains pour Math

Bon je vais déposer cette assiette sur le rebord de la fenêtre et elle les prendra quand elle sera venue t'ouvrir n'est-ce pas?

Du 18 janvier au 24 août 1458 100119093343134072

Kristel fit la bise à Ralas et retourna chez elle, car elle n'aimait pas trop laisser les enfants avec la nourrice trop longtemps[/b]


Mathildy a écrit:
Thild travaillait toujours avec acharnement quand elle entendit toquer à la porte.
Elle tâcha de se rendre à peu présentable (euh ???) et courut ouvrir la porte se demandant qui avait réussi à découvrir le chemin de sa maison. Sa surprise fut grande en se trouvant nez à nez avec un merveilleux bouquet de fleurs colorées ... Elle pencha la tête en dehors de la maison et découvrit avec bonheur sa merveilleuse amie Ralas
.

"Ralas, comme c'est gentil à toi de venir ... et ce bouquet est vraiment époustouflant ... Merci infiniment ! Il pourra orner le grand vide de ma nouvelle demeure"

Thild fit un bisou sur chaque joue de Ralas et lui sourit, radieuse

"Je t'aurais bien prise dans mes bras mais vu mon état crasseux, je risquerais de te salir .... comme tu vas pouvoir le constater, je suis en plein ménage et travaux ici ...."

Thild lui ouvrit grandement la porte et lui dit :
"Ralas veux tu entrer dans ma modeste demeure et juger par toi-même ... il y a beaucoup de choses à faire mais j'en suis très fière"

Thild laissa passer Ralas puis aperçut sur le rebord de la fenêtre un plat de poisson. Elle eut une pensée reconnaissante pour Kristel, cela ne pouvait être qu'elle qui avait pensé que Thild en avait oublié de manger ... Elle pensa qu'il faudrait qu'elle prenne un peu de temps pour aller la remercier en taverne.


Messire_ispica a écrit:
Messire Ispica partit de sa demeure du quartier Saint Michel, pour aller rendre visite à sa Thild qui venait d'emménager au quartier Saint Pierre. Il fit le tour du quartier mais ne se souvenait plus du numéro.

Bon sang...

Il tourna alors en rond, avant d'apercevoir Thild. Il tapa au carreau de la fenêtre, avec un grand sourire...

Tu avais besoin de bras pour emménager, non? Les voilà!

Le grand gaillard sourit fièrement. Il lui offrit également une belle orchidée dans un pot de terre.

Prends soin de cette belle orchidée Thild. Qu'elle symbolise le plus longtemps possible la pureté et la beauté de notre amitié.


Mathildy a écrit:
Thild sourit sincèrement en découvrant que la personne qui toquait à "sa" fenêtre n'était autre que son cher et fidèle ami Ispi. Elle savait au fond d'elle-même qu'elle pouvait toujours compter sur lui et son amitié lui était des plus précieuses. Elle ouvrit la fenêtre et entendit Ispi lui dire :
Citation :
Tu avais besoin de bras pour emménager, non? Les voilà!
Elle sourit en coin et lui aurait bien dit que c'était de gros bras musclés dont elle avait besoin mais s'abstint de toute taquinerie qu'elle ne pensait pas .... tellement elle était heureuse de le voir là.
Elle mit son ironie de côté ... pour une fois ...
Et elle perdit complètement son envie d'ironie lorsqu'elle découvrit la merveilleuse orchidée qu'il lui avait apporté.

Citation :
Prends soin de cette belle orchidée Thild. Qu'elle symbolise le plus longtemps possible la pureté et la beauté de notre amitié.
Des étoiles dans les yeux devant ce si beau geste, Thild déposa un bisou sur la joue d'Ispi et l'invita à entrer ... par la porte !
"Merci du fond du coeur pour cette magique orchidée Ispi. J'en prendrai autant soin que de notre amitié, je t'en fais le serment.
Comme tu peux le constater, les travaux vont être nombreux ici ... je ne sais pas trop par où commencer. Mon objectif serait déjà de pouvoir atteindre l'étage mais vu l'état de l'escalier cela me semble un peu désespéré. Tu n'aurais pas une idée ... toi l'homme aux bras si musclés ?"

Thild lui fit un clin d'oeil ironique mais un sourire plein de sincérité ....


Messire_ispica a écrit:
Messire Ispica la regarde et lui fit un grand sourire...touché par les bonnes paroles qu'ils venaient d'entendre. Il la prit dans ses bras avec tendresse.

Mettons-nous au travail...tu veux rénover cet escalier en bois?

Le grand gaillard scruta d'un oeil perçant l'état du bois. Il passa ensuite sa paume sur le bois rongé, prit une pincée de poussière de bois et la renifla.

Ma Thild, ce bois est rongé par l'humidité qui règne dans la pièce...J'ai bien peur qu'avant de réparer cet escalier, il faille d'abord rénover la toiture et aérer la pièce au maximum.

Messire Ispica réfléchit

Je vais t'aider ma Thild. Il faut que je monte sur le toit pour colmater les brèches dans la toiture. Peux-tu faire un feu?


Oleane a écrit:
Oleane arpentait Bordeaux au pas de course, direction le quartier Saint Pierre. Sa chère Mathildy venait d'emménager non loin de chez Kristel et Omere et la blondinette, en tant que spécialiste des plus grosses gourdes, ne lui avait pas encore rendu visite. Elle soupira en pensant à la nouvelle qu'il allait falloir lui annoncer et s'engagea sur les pavés rebondis de l'avenue principale, le cœur gros. Elle n'eut aucun mal à trouver la maison : c'était Thild, rieuse et farouche, qui se tenait aussi droite que possible parmi un tas de demeures horriblement banales. Oleane esquissa son petit sourire mi-figue mi-raisin. Comment diable Dame Eloin pouvait-elle être aussi perspicace ?! Un joyeux tintamarre s'élevait de la bicoque, lui rappelant que sa ponctualité faisait décidément défaut. Elle toqua au battant, doutant fort que qui que ce soit l'entende parmi les rires et le bruit des travaux.

Hé ho, bande de Bordelais de mon coeur !!! Depuis quand laissez-vous une des votres à la porte ? Honte sur votre famille et sur vos vaches...

La blondinette afficha un grand sourire et attendit patiemment que Thild, plus ravissante que jamais, lui ouvre sa demeure.

Mon canard quitte le nid et prend désormais son envol...ça me met la larme à l'oeil...

Elle osa un regard par dessus l'épaule de son amie et vit quelques têtes connues et aimées, dont celle de son cher Ispica, qui dissertait avec entrain sur la toiture, l'humidité et autres trucs d'hommes.


Amant, directeur de la pèche (ou un machin du genre), soldat en faction et maintenant maçon-menuisier-charpentier ? Il sait décidément tout faire mon homme...


Elle tourna de nouveaux ses yeux rieurs vers sa belle Thild et exhiba avec fierté ce qu'elle cachait derrière son dos : une pioche flambant neuve !

En souvenir de nos dures journée de labeur, compagne de mine. Je pensais que ça ne serait qu'emblématique mais, vue l'ampleur de la tâche, il y a des chances qu'elle serve non ?

Les lèvres de la blondinette s'affaissèrent quelque peu et elle se balança doucement d'un pied sur l'autre, se demandant comment elle allait annoncer son départ à la brunette de sa vie.


Mathildy a écrit:
Thild regarda avec amusement et curiosité Ispi faire son évaluation du misérable escalier en bois.
Elle grimaça en l'entendant dire que la réparation de ce maudit escalier ne pourrait se faire de suite ... étant donné l'humidité ambiante.
Elle craignait déjà le pire et imaginait déjà l'étage condamné ....
Humpffff !
Mais lorsqu'elle entendit Ispi lui dire :
Citation :
"Je vais t'aider ma Thild. Il faut que je monte sur le toit pour colmater les brèches dans la toiture. Peux-tu faire un feu?"
Alors elle cessa de s'inquièter et lui sauta au cou, toujours aussi gauchement et manquant de le faire tomber.
Elle prit un peu de recul et lui sourit :

"Merci Ispi, je savais que je pouvais compter sur toi mon ami .... Mais fais quand même attention à toi, je ne voudrais pas qu'Oleane s'en prenne à moi s'il t'arrivait quelque chose en montant sur le toit"

Elle s'empressa de finir de remplir l'âtre de morceaux de bois et laissa le feu prendre doucement mais sûrement. Elle fit alors un bond en découvrant que la blondinette de son coeur avait trouvé le chemin de son improbable demeure et qu'elle affichait un grand sourire sur le pas de la porte.
Elle la prit dans ses bras de manière maladroite, sentant qu'elle cachait quelquechose derrière son dos ....

"Tu as raison mon étoile des tavernes, le canard quitte enfin son nid et envisage de se créer un petit cocon ... mais entre voyons, tu vas retrouver quelques personnes que tu connais je pense .... hummmm ... enfin il me semble"
Thild lui fit un clin d'oeil et vit des étoiles dans les yeux d'Oleane lorsqu'elle aperçut son cher et tendre.

Elle écarquilla des yeux en découvrant le cadeau de sa blondinette, et essuya une larme coulant sur sa joue en repensant à toutes leurs heures communes passées à la mine.
"Je me demande effectivement si cette pioche ne sera pas plus utile ici qu'à la mine ... Et comme je sais la manier maintenant ... je vais peut-être m'en donner à coeur joie ici, je me défoulerai"
Elle fit deux énormes bisous sur chaque joue de sa blondinette pour la remercier mais en la prenant dans ses bras, elle ressentit un sentiment amer qu'elle n'aurait su décrire. L'inquiétude l'envahit quelque peu ... d'autant plus lorsqu'elle aperçut que le sourire avait disparu du visage d'Oleane et que celui-ci avait été remplacé par une petite grimace un peu gênée ....
Sans trop savoir pourquoi (la perspicacité peut-être^^), Thild fixa Oleane dans les yeux ...

"Mon étoile, que se passe t'il ??? J'ai comme la sensation que tu es soucieuse et que tu voudrais me dire quelque chose .... Tu sais que tu peux tout me dire ... ne suis-je pas ton canard des îles ???"
Thild avait essayé d'alléger un peu l'atmosphère mais le coeur n'y était pas ... elle avait un bien triste pressentiment .... Les yeux déjà brillants de larmes à venir, Thild continua d'observer Oleane, lui laissant le temps de trouver les mots qu'elle semblait chercher avec difficulté.


Oleane a écrit:
Oleane vit avec panique les larmes monter aux yeux de son canard des îles. Elle secoua la tête, jeta un coup d'oeil à gauche, à droite, dans l'espoir d'un secours inattendu : elle n'avait encore rien dit, la réalité ne s'était pas encore échappé de sa bouche qu'elle frappait déjà. Elle bredouilla, rapidement, tentant de dédramatiser la situation :

Ma Thild...Rien de bien grave voyons ! Ne t'inquiète donc point ! Pas de larmes injustifiées devant ton étoile sinon elle aussi elle pleure ! Une petite absence ...je vais chercher une amie à Alençon. Iphigénie qu'elle s'appelle, tu l'aimeras j'en suis sûre ! Douze jours pour l'aller et autant pour le retour, ce n'est qu'un tout petit mois de rien du tout. Je reviens bien vite ! Et puis il y a Ispica, ce grand dadet qui discute toiture sans savoir de quoi il parle...Vous êtes les deux êtres qui comptent le plus en ce monde pour la pauvre blondasse que je suis ! Je ne vous abandonne pas une nouvelle fois... Et puis quand je reviendrai les travaux seront peut être finis ! Et tu feras une grand fête pour la fin des merdouilles et du bois pourri ! hein ? Et puis j'ai un nouveaux pigeon, offert par l'amour de ma vie ici présent ! Il est beaucoup plus efficace que Grincheux, je t'assure. C'est rien vingt-cinq jours...

La blondinette avait déballé ça d'une traite et se jeta sur son amie pour la serrer très fort dans ses bras.


Kristel a écrit:
Kristel qui n'avait pas vue Math depuis quelques jours et était inquiète décida d'aller voir se qui se passait à la demeure de Math, cela l'énervait tellement qu'elle ait prit une maison aussi délâbrée que cela et n'avait rien à manger non plus.

Oh que j'ai bien fait de lui apporter encore quelque chose à manger, car elle n'a surement pas dû manger depuis ce que je lui avais apporter la dernière fois

Oh mais je crois qu'elle n'est pas seule donc ce que j'ai apporté ne suffira pas, je les dépose et je retourner chercher quelque chose d'autre

Du 18 janvier au 24 août 1458 100121064542393509

Du 18 janvier au 24 août 1458 100121065044160328

Du 18 janvier au 24 août 1458 100121065252251742


TOC TOC, IL Y A QUELQU''UN OU PAS????, JE T'APPORTE DES CHOSES MATH MAIS JE NE VEUX PAS TE DÉRANGER DU COUT, JUSTE QUE TU PUISSE MANGER COMME IL SE DOIT TOI ET TON INVITÉ

Kristel attendit que quelqu'un vienne lui ouvrir la porte surtout qu'elle avait déja quelque chose dans les bras


Mathildy a écrit:
Le coeur de Thild se remit à battre normalement lorsqu'elle entendit Oleane lui expliquer les raisons de son absence ... provisoire ... elle recommença à respirer se rendant compte que l'inquiétude lui avait fait oublier l'essentiel.
Elle réceptionna la blondinette dans ses bras et la serra contre elle pendant un long moment ... pour cacher ainsi ses larmes qui s'étaient mises à couler malgré les propos rassurants de sa grande amie. Elle s'essuya rapidement les yeux dans les haillons de sa compagne de mine puis reprit contenance.
Lorsqu'elle se détacha de son étoile, elle la regarda, lui sourit de tout son coeur et lui déposa un bisou sur la joue.

"Me voilà tellement rassurée, l'heure semblait pourtant si grave, j'ai cru te perdre ... Je m'emballe toujours aussi rapidement comme tu peux le constater, ma spontanéïté me perdra ..."
Ce petit mois va me sembler interminable mais je comprends que tu veuilles aller chercher ton amie. J'en aurais fait de même à ta place.
J'espère bien qu'à ton retour, ma demeure sera reluisante et que nous pourrons y faire une fête mémorable. Et quand je vois toute l'aide que l'on m'apporte, je ne doute pas un instant de la rapidité des travaux. Et puis tu me connais, un peu sensible et gauche ... mais volontaire avant tout"

Elle se sentait mieux, soulagée de ne pas perdre son étoile, et de savoir qu'elle serait de retour très bientôt.

C'est à ce moment qu'elle entendit toquer à la porte et qu'elle reconnut la voix de sa chère Kristel.
Elle courut l'embrasser et fut émerveillée de voir tout ce qu'elle lui avait apporté.

"Tu es vraiment une merveilleuse amie Kristel, et je suis si touchée de voir que je peux toujours compter sur toi ... j'ai tant de chance"
Thild la débarassa du plat de viennoiseries et du plat de viandes et la fit entrer. Elle ne savait trop où poser tout cela, n'ayant aucun meuble à sa disposition, alors elle installa les plats sur le plan de travail dans la cuisine.
"Mes chers amis, venez tous déguster tous ces merveilleux plats que Kristel a apportés, nous n'avons pas encore commencé les vrais gros travaux mais le plus important n'est-il pas de se faire plaisir en partageant un bon repas entre amis .... ? En tout cas pour moi c'est l'essentiel, les travaux attendront ..."
Elle laissa la porte de la maison ouverte pour laisser entrer qui aurait envie de partager ce bon repas et regretta de ne pouvoir passer plus de temps en taverne avec ses amis en ce moment. Humpfffff ! Elle savait que d'ici un à deux jours, elle pourrait remettre les pieds en taverne et elle s'en réjouissait d'avance ....


Messire_ispica a écrit:
Du toit, Messire Ispica observa la scène entre Thild et sa Oleane à travers un trou béant dans la toiture. Il sourit attendri de voir l'amitié débordante qui unissait deux êtres qui lui sont chers. Une fois, l'accolade terminée, il colmata le trou dans la toiture en ajoutant une tuile toute neuve...

Quelques heures plus tard, Messire Ispica descendit du toit, satisfait du travail accompli. Il se frotta les mains énergiquement et les trempa dans l'eau.


Ma Thild, ton toit est réparé! Maintenant, il va falloir aérer et le soir faire un feu pour réchauffer cette vieille bâtisse!

Il lui sourit et lui fit le bisous sur la joue

D'ici lundi, on va donc pouvoir attaquer la rénovation de l'intérieur!

Messire Ispica était débordé. Entre ses gardes de la ville, l'entretien de son champs de blé, son travail au conseil municipal, l'entretien de sa cabane du pêcheur...La liste commençait à devenir longue, mais il donnait quasiment tout son temps restant à son amie, sans broncher et avec plaisir.

Oleane va nous manquer...beaucoup...mais nous avons 22 jours pour retaper ta maison et nous l'accueillerons à son retour, dans ta maison toute neuve, avec son amie Iphigénie. On a du boulot hein?


Mathildy a écrit:
Thild eut les yeux emplis de reconnaissance en voyant Ispi redescendre du toit après avoir accompli sa tâche.
N'osant le remercier une enième fois pour tout ce qu'il faisait pour elle, elle se contenta de lui sourire en coin et de lui décocher une douche pichnette sur le front.

"Je ne sais vraiment pas comment j'aurais fait sans toi, mon Ispi, j'ai vraiment de la chance d'avoir un ami tel que toi"

Elle se frappa le front en se rappelant qu'Ispi était resté sur le toit durant tout le festin auquel avaient pu participer les amis bordelais grâce à la charmante Kristel.
"Ispi, il reste encore quelques morceaux de viande, du pain et des fruits apportés par Kristel. Sers-toi je t'en prie, tu dois avoir besoin de reprendre des forces ... Tu ne peux les manquer, ils sont sur le plan de travail dans la cuisine, le seul et unique meuble"
Thild lui était d'autant plus reconnaissante qu'elle connaissait son emploi du temps bien chargé et était toujours épatée de cependant le voir consacrer tant de temps à la rénovation de son humble demeure. Assez des pichnettes, elle lui fit spontanément un bisou sur la joue.
Elle se rembrunit un peu lorsqu'Ispi évoqua l'absence de leur blondinette pendant plusieurs jours. Thild commença à compter sur ses doigts mais dut s'arrêter ....
"Tu vois Ispi, je n'ai même pas assez de doigts pour compter le nombre de jours d'absence d'Oleane, cela veut donc dire que ce sera long"
Elle soupira puis se reprit
"Mais tu as raison, nous allons nous donner corps et âme à nos activités respectives et le temps passera si vite que nous ne pourrons que sourire à son retour. Et d'ici là on ne va pas s'ennuyer avec tout le boulot à faire ici"
Thild fit le tour de la maison et se montra enthousiaste
"On va y arriver j'en suis convaincue ... et lorsque je suis convaincue de quelque chose, rien ne me résiste !!!"
Elle se souvint en grimaçant de sa retraite de trois jours la semaine suivante et eut un sentiment de malaise en pensant aux nonnes. Elle pensa apparemment à voix haute :"Si je ne deviens pas sage après un séjour chez les nonnes, cela voudra dire que mon cas est désespéré .... et c'est bien ce que je souhaite"
Elle fit son célèbre sourire malicieux et se remit au travail, en constatant qu'Ispi reprenait des forces avec les restes du festin.


Messire_ispica a écrit:
Messire Ispica continuait de baffrer dans la cuisine, tout en écoutant sa Thild. Un grand gaillard comme lui, il valait mieux l'avoir en peinture qu'à table! Et après tant d'efforts, il avait un petit creu. Il regardait Thild la bouche à moitié pleine

Tchu m'en veux pas hein?

Plus qu'une réelle question attendant une réelle réponse, il cherchait juste un signe d'acquiescement pour alléger sa préposée culpabilité de manger seul...Les paroles et le bisou de Thild lui ôtèrent un quelconque doute et il finit sa cuisse de poulet sagement.

Tu vas aller chez les nonnes? Et quand? Elles vont devenir folles avec toi!

Il rit de bon coeur en la regardant.

Et comment je vais faire pour réparer ton escalier si t'es pas là? hein?


Mathildy a écrit:
Thild se demanda à quel moment Ispi cesserait de manger, il semblait affamé, comme s'il n'avait pas mangé depuis au moins une semaine. Elle fut interloquée qu'on puisse ingurgiter autant de nourriture et qu'on puisse emmagasiner tout cela dans un si p'tit corps .... Sourire en coin ...
Mais non, il était costaud son ami Ispi et il méritait de retrouver son énergie après tout le travail fourni.
Thild ignora sa question sur le fait de lui en vouloir, estimant que la réponse allait de soi.
Elle soupira en repensant aux nonnes et lui répondit affichant une moue dubitative :

"Mouais il paraît que j'dois aller chez les nonnes quelques jours. Il semblerait que j'en ai besoin .... pour devenir sage et moins incontrôlable ... T'imagines un peu si cela fonctionnait ???
J'espère que je vais les rendre folles oui ... et pas l'inverse. Je n'envisage pas de me faire appeler "Soeur Thild" moi hein !"

Elle frémit à cette idée et se dit qu'il faudrait que les nonnes viennent la chercher de force ... sinon elle n'irait pas .... Na !!!
Sur un ton larmoyant, histoire d'éveiller un peu d'empathie chez Ispi, elle reprit :

"J'veux pas y aller Ispi ... Au secours !!!"
Le voyant rire à gorge déployée devant son immense désarroi, elle se renfrogna et lui tira la langue.
Deux minutes après, telle un poisson rouge, elle avait déjà oublié pourquoi elle avait boudé :

"L'escalier attendra Ispi, c'est pas si grave ... et puis ça te permettra de souffler un peu et de te consacrer à tes autres multiples activités. J'ai bien conscience que je monopolise une partie de ton temps en ce moment. Réjouis-toi plutôt ... Bientôt des vacances pour toi ... et peut-être bientôt une Thild sage et pieuse"
Humpfffff !!!
Elle lui fit un clin d'oeil et se remit au travail, ne sachant trop par où commencer ... mais commençant ....


Messire_ispica a écrit:
Messire Ispica riait en écoutant sa Thild adorée faire plein de suppositions, qui plus est, irréalistes! 'Une Thild sage et pieuse'? Voilà une phrase dénuée de sens! Il la regarda en souriant

Figure toi qu'une Thild sage, je n'en veux pas!

Messire Ispica lui sourit. Il débarrassait la table de la cuisine, après avoir fini les restes, en lui parlant.

Au fait, je n'ai pas besoin de souffler, ne t'en fais pas pour moi Thild. Je le fais avec plaisir.
Mais tu pars quand chez ses nonnes qui te changeront pas?
Juste pour que j'organise mon emploi du temps et que je commence vite à travailler avant que tout le bois de l'escalier ne soit foutu!


Kristel a écrit:
Kristel qui les avait entendu parlé, riait dans son coin car Math n'avait pas encore vue qu'elle n'était pas repartie, et pensa pauvre Math, elle qui croit que les nonnes vont la changer, si elle savait qu'elles n'y arriveront jamais et on ne veut pas que notre Math soit changée non plus

Oh Math reprend-toi et n'aie pas peur, elles ne te feront rien les nonnes tu sais


Elle regarda Math et éclata de rire tout en se retournant pour partir cette fois-ci, car elle ne voulait pas laisser les enfants trop seul avec Nana

Elle les salua et dit a Ispi, je vois que tu t'es régalé au moins il était temps que Math t'invite pour le festin ne crois-tu pas

Allez je vous laisse et fit un gros bisous a Math


Mathildy a écrit:
Thild sourit en entendant Ispi lui dire :
Citation :
Figure toi qu'une Thild sage, je n'en veux pas!
Elle pensa qu'il regrettait peut-être un jour ses paroles, le jour où il la trouverait trop insupportable mais cela l'amusa.
Elle rit le plus sincèrement du monde quand elle découvrit que Kristel, sa chère Kristel, n'était point encore partie, et se moquait gentiment de son séjour chez les nonnes. Elle fit un gros bisou à Kristel, se doutant qu'elle voulait repartir rapidement pour ne pas laisser les enfants trop longtemps.

"Merci encore pour tout Kristel, j'ai de la chance de pouvoir toujours compter sur toi ... et heureusement que tu as ramené ce festin car sinon les travailleurs n'auraient probablement rien mangé ... avec moi en cuisine"

Elle regarda Kristel partir puis s'amusa de voir Ispi s'affairer en cuisine, à tout ranger ... il faut dire qu'il ne restait pas grand chose après qu'il se soit copieusement rassasié.
Thild fut rassurée de l'entendre dire qu'elle ne monopolisait pas tout son temps et que ce n'était point une corvée pour lui. Une simple politesse sûrement mais bon elle en profitait avec malice ....

"Ben ... euh ... J'ai vraiment pas envie d'y aller Ispi ... vraiment vraiment vraiment pas ... dans ce fichu couvent. Mais bon normalement les nonnes viendront me chercher de force dans la nuit de mercredi à jeudi"
Elle fit une horrible grimace qui l'embellisait comme à son habitude puis le regarda timidement, avec des yeux suppliants et un sourire en coin :
"Tu crois que cela laissera du temps pour avancer un peu la remise en l'état de l'escalier, cela va venir vite je le crains"
Thild frissonna en repensant au couvent .... Humpffffff .... puis choisit de mettre cette idée de côté jusqu'à l'heure fatidique. En attendant elle comptait bien avancer les travaux, profiter de ses amis ... et agir plutôt que de parler tout le temps ....


Mathildy a écrit:
L'heure fatidique approchant, Thild commença à se renfrogner, un peu déçue de n'avoir pu accomplir tout ce qu'elle souhaitait avant de rejoindre le couvent.
Elle regarda Ispi et le mit gentiment à la porte sans trop s'apesantir. D'un ton ironique elle lui dit un peu abruptement :

"Allez file va ... Retrouve toutes tes occupations et on se revoit à mon retour ... tu verras bien si les nonnes m'ont transformée. Allez disparais !!"
Thild n'aimait les séparations d'avec ses amis et préférait le renvoyer un peu rudement plutôt que de laisser ses émotions s'exprimer ....
Elle referma la porte pour ne pas le regarder partir et resta quelques instants à observer l'intérieur de sa maison.

"Elle commence quand même à avoir de l'allure cette improbable demeure, en tout cas elle est propre et d'ici peu, à mon retour je l'espère, on pourra entamer la réparation de l'escalier"
Elle soupira ..... Humpffff !!!
Elle avait décidé d'être un peu plus mature et de ne pas laisser les nonnes venir la chercher. Elle se rendrait courageusement d'elle-même au couvent ... à reculons mais elle irait !
Elle prit de bonnes résolutions pour son retour, comme de commencer à meubler son intérieur ... et de restaurer l'étage dès que possible.
Elle prit sa besace, y jeta sans trop y réfléchir quelques affaires et se dirigea vers la porte tristement. Elle sortit, ferma à clef et partit rapidement ... sans un regard en arrière, les yeux embués de larmes ... pensant cependant à aller saluer ses amis en taverne avant de prendre le chemin du couvent.


Mathildy a écrit:
Thild avait trainé à remettre les pieds dans sa demeure après son passage chez les nonnes. Elle avait opté pour le confort de sa chambre dans la maison de Kristel et Omere mais il était temps qu'elle reprenne le chemin de chez elle.
Elle sortit la clef de sa besace, sans grand enthousiasme ... à croire que les nonnes lui avaient volé une partie de son énergie .... et ouvrit doucement la porte.
Elle retrouva l'intérieur dans l'état où elle l'avait laissé, c'est-à-dire propre ... mais nu ... et toujours sans escalier solide.

Humpfffff !!!
Elle se décida à faire un feu dans l'âtre pour se réchauffer ... mais aussi pour réduire doucement le taux d'humidité de cette maison qui participait à la détérioration de l'escalier en bois. Retrouvant de son énergie et de son entrain, elle se mit à l'oeuvre et se dit qu'avant de trouver un lit, il fallait avant tout qu'elle trouve un bureau, elle avait besoin de se poser et d'écrire ... quite à dormir par terre ... peu importait.
D'un pas assuré, et toujours sur un coup de tête, ressortit rapidement de la maison et décida de se mettre en quête ...

"Un bureau ça doit bien s'trouver quand même ... quite à le restaurer moi-même ..."
Elle savait déjà auprès de qui se renseigner, alors elle partit en courant, fatiguée mais toujours souriante.


Kristel a écrit:
Kristel qui savait Math de retour décida d'aller porter quelque chose, en espérant qu'elle apprécierait, car elle savait très bien qu'elle n'avait pas grand chose dans cette demeure et savait que cela était loin d'être terminer et savait Math quelque peu tête dur et ne voudrais pas venir coucher à la maison dans sa chambre le temps que tout soit terminé chez elle.

Du 18 janvier au 24 août 1458 100202073156880715

Elle déposa ceci devant la porte de Math, mais elle s'était fait aidée pour transporter cela.

Ouff se dit-elle j'espère que Math tu vas aimer j'ai fait le tour de tous les marchands pour te trouver cela en plus, oups mais je parle seule maintenant

Kristel s'en retourna doucement à sa demeure.


Mathildy a écrit:
Thild après avoir arpenté les rues et tavernes de Bordeaux avait fini par trouver la personne qu'elle cherchait, cette amie si chère à son coeur qui lui était toujours de bon conseil. Elle savait qu'elle pouvait toujours compter sur Ralas et une fois de plus elle avait exaucé tous ses voeux. Elle lui avait indiqué où trouver un bureau pour meubler sa maison et elle n'eut que l'embarras du choix.
Elle eut le coup de foudre pour ce magnifique bureau qui elle le savait l'aiderait à trouver l'inspiration, à coucher ses mots sur des parchemins pour apaiser ses maux.


Du 18 janvier au 24 août 1458 100203071335974715370191

Elle était heureuse de son acquisition mais le plus dur était de le trainer jusqu'à chez elle. Elle soufflait, ruminait, pestait tout en avançant vers sa maison doucement ... très doucement. Elle avait beau avoir mangé de la viande ces derniers temps, sa force n'était pas encore à la hauteur. Elle grommela et parla toute seule :
"Humpfff ... et pis y'a personne qui viendra m'aider hein !!!!"
Quelques mètres la séparaient de la porte de sa maison, elle devinait au loin un meuble posé devant sa porte, se demandant ce que cela pouvait bien être et surtout qui avait bien pu le déposer là. Cette découverte la fit sourire au loin et se promit de découvrir qui avait si gentiment pensé à elle.
Elle continuait de tirer lamentabalement sur son bureau ... en espérant réussir à arriver à bout des quelques mètres qui la séparaient de chez elle ...........


Messire_ispica a écrit:
Voyant Thild qui peinait à porter ce meuble, il alla lui donner un coup de main

Alors ma Thild? Besoin de deux autres bras? et musclés?

Il lui sourit et porta le meuble jusqu'à l'intérieur de sa demeure

Quand tu auras décidé où tu veux le mettre, dis-moi! Et après, faut qu'on retape tout l'intérieur de ta demeure ma chère...

Le grand gaillard regarda l'escalier en piteux état, se disant qu'il y avait du boulot...


Mathildy a écrit:
Thild sourit jusqu'aux oreilles en voyant Ispi débarquer, à croire qu'il l'avait entendue parler toute seule et se plaindre de n'avoir personne pour l'aider. Elle était épuisée mais ne put s'empêcher de sourire avec malice à la réplique d'Ispi :
Citation :
Alors ma Thild? Besoin de deux autres bras? et musclés?
Et surtout quand elle lui répondit :

'Ben à vrai dire, j'aurais bien eu besoin de deux bras très musclés mais comme je n'ai que les tiens, je vais m'en contenter ..."

Elle se reprit et avec un sourire franc lui dit :

'Merci d'être toujours là quand j'ai besoin d'aide mon Ispi ..."

Elle le suivit à l'intérieur pour ne pas trop s'apesantir, un peu renfrognée de le voir soulever si facilement ce bureau qu'elle peinait à ramener depuis plusieurs heures en le traînant souvent à terre.
Elle grommela :
"pas juste de rien avoir dans les bras ... Pffff !!"

Elle s'arrêta à l'intérieur et réfléchit en entendant le début de la phrase d'Ispi :
Citation :
Quand tu auras décidé où tu veux le mettre, dis-moi!
Elle n'écouta pas la fin et cherchait déjà le meilleur emplacement pour son bureau.

"Je le verrais bien à côté de la cheminée ... pour que je puisse avoir bien chaud quand je m'attablerais pour écrire"

Puis regardant Ispi avec son air angélique et battant des cils :

"Tant que tu y es, tu ne pourrais pas également porter le magnifique meuble qui est dehors et que Kristel m'a gentiment offert ? Il faudrait le mettre à côte du bureau ... ou de l'autre côté de la cheminée ... faut voir !!"

Elle savait qu'il ne serait dupe de son apparence angélique mais qu'il lui rendrait cependant ce service de bon coeur. Voilà un ami précieux sur lequel elle pouvait compter, elle en avait conscience.
Thild se rembrunit quand elle vit Ispi constater les dégâts dans l'escalier. Elle ne voyait vraiment pas comment s'y prendre. Omere lui avait dit qu'il lui en fabriquerait un tout neuf ... mais il fallait bien enlever le bois dégradé d'abord.
Elle s'approcha d'une des marches en bois encore accrochées au mur et envisagea de tirer dessus de toutes ses forces. Elle prit appui sur le mur avec ses pieds en mettant toutes ses forces pour arracher cette maudite marche et se retrouva aussi rapidement qu'elle aurait dû le prévoir, étalée le dos par terre, les mains vides et la marche toujours aussi bien scellée dans le mur.
Elle ne put se retenir d'éclater de rire ... Comme c'est bon de rire !! Un peu de légèreté dans ce monde de brutes ....


Messire_ispica a écrit:
Messire Ispica écoutait d'un air amusé sa Thild. Ah ça des Thild il n'y en avait qu'une seule, et l'unique était devant lui pour son plus grand plaisir! Il lui mit une petite pichenette et l'aida à se relever tout sourire.
Il déplaça le bureau qui n'était pas si lourd que ça, près de la cheminée. Il sortit ensuite pour prendre le beau meuble offert par Kristel. Il eut beaucoup plus de mal à la déplacer, et Thild s'en amusait d'ailleurs. Il fit une petite pause et lui tira la langue.


M'aide pas surtout hein?

Il continua ensuite de traîner le meuble à côté du bureau en espérant que l'emplacement conviendrait à madame...

Ma Thild, je vais chercher du bois pour refaire cet escalier, maintenant que les anciennes marches sont sèches et solides, comme tu as pu le voir.

Il revint avec du bois découpés et ses outils. Il s'attela à retaper les anciennes marches, tout en en posant de nouvelles. Mais l'assise de l'escalier était solide, heureusement qu'il n'eut pas à la refaire. Au bout de quelques heures, l'escalier était entièrement rénové. Il restait néanmoins certaines aspérités et quelques défauts à gommer. Ce n'était pas son métier mais il fut du mieux qu'il pu. Thild s'affairait dans la maison et le regardait amusée de temps en temps. Il secoua ses mains maculées de poussière et appella Thild.

Thild, je crois que j'ai fini!

La nuit tombait déjà, il devait partir sur les routes près de Bordeaux.

Je dois y aller ma Thild...On se revoit très vite.

Le grand gaillard s'empressa de prendre son bouclier et son épée. Il déposa un doux baiser sur la joue de Thild avant de s'éclipser rapidement.
Une fois dehors, il chevaucha sa monture de l'ost. Une fois sur la selle, il saisit de la main droite le pommeau et embrassa la croix à l'intérieur de son bouclier.
Il donna une tape sur l'encolure de son destrier et se saisit des rênes qu'il fit fouetter sur son cheval. Le cheval avança au trot, au bout de quelques minutes, sa silhouette commença à se faire absorber par la lourde pénombre...


Mathildy a écrit:
Thild se rapprochait de son improbable demeure, à la fois heureuse et triste. La route avait été longue jusqu'ici, surtout avec un ours plus capable de marcher et qu'il fallait porter ou soutenir. Si elle avait su que c'était ça un voyage avec lui ... Pfffff !!!
Un petit pincement au coeur en arrivant à la porte de la maison


"Pas facile de revenir ... pas facile de partir ... mais bon je suis grande moi, je vais y arriver hein !!

Toujours à se parler toute seule ... Désespérant !!
Elle ouvrit la porte et à sa grande surprise découvrit un escalier tout neuf, prêt à l'emploi. Elle sourit jusqu'aux oreilles en pensant à Ispi qui avait dû se donner tout ce mal avant de filer elle ne savait trop où.


"Mouais ... J'ai de la chance d'avoir un ami pareil ... il faudra que je le remercie à l'occasion mon Ispi !!"

Elle retrouva l'intérieur de sa maison ... à moitié meublée ... ses yeux brillaient. Elle en était fière de sa petite maison même si certains disaient qu'elle n'aurait pas dû accepter une maison si délabrée. C'était la sienne ... et elle lui ressemblait. Et puis ce n'est que du matériel tout ça, la richesse est bien ailleurs, la liberté n'a pas de prix.
Elle posa ses affaires dans un coin, alluma du feu, s'assit en tailleur à côté de l'âtre et prit le temps d'observer chaque coin et recoin de la maison ... pour les graver dans sa mémoire.


Striife a écrit:
V'la le Striife qui arrivait ... Lourd paquet dans les bras à c'qu'on dirait.
Meuh nan, c'était la Thilounette, trop feignasse pour marcher tiens !
Elle était même pas saoul en plus pff, il l'aurait bien s'couer comme un prunier mais nan, il était là sur l'chemin, il mesurait bien ses pas même pour ne pas la déranger dans ce qui semblait être un sommeil, presque profond, s'demandait bien pourquoi il était gentil tiens ...
Dure journée on va dire.

Il trouva enfin sa maison, l'avait finalement reconnu sans grand peine.
La demeure avait bien changé mine de rien, l'avait du taffé dur la libellule ... Il sourit à cette idée d'la voir trimer, sa changeais tiens ...
Il passa le seuil de la maison, un peu en galère faut l'avouer, d'une main la maintenant bien et de l'autre en clenchant la porte.
Il rentra, la libellule toujours dans c'qui semblait être un lourd sommeil, mais on sait jamais avec elle hein ...
Il fouilla toutes les pièces de la maison mais ne trouva pas d'lit...
Pas possible d'pas avoir de lit dans une baraque quand même, juste un sol dur partout, il en revenait pas ...
Il s'arrêta donc à la dernière pièce visité,déposa doucement l'endormie à terre puis enleva son propre gilet, qu'il cala sous la tête de sa libellule.
Il lui murmura doucement ensuite.


J'espère que tu fais de beaux rêves au moins ... J'me suis pas décarcassé à te maintenir dans l'sommeil pour apprendre demain que tu cauchemardais ...

Il alla quant à lui s'caler dans un coin de la pièce, la regardant dormir paisiblement, puis pas très longtemps après en faites, alla la r'joindre aux pays des songes.


Mathildy a écrit:
Thild, épuisée de tristesse et de rage, s'était plus ou moins endormie en taverne, elle n'avait plus de force ... Toute son énergie lui avait été volée !! Les yeux collés par les larmes qui avaient trop coulé, elle avait imposé à l'ours de la ramener chez elle ... Il s'en était bien sorti apparemment ... car elle ne se rappelait pas du voyage. Il avait dû être délicat pour une fois !!

En se réveillant, elle ne se rappelait plus de tout, elle se retrouvait chez elle couchée sur le sol comme d'habitude mais avec un oreiller pour changer ...
Elle essaya de se remettre doucement les idées en place puis la mémoire lui revint en apercevant l'ours dans l'autre coin de la pièce à roupiller assis dos au mur. Elle s'approcha doucement, le regardant dormir, rassurée de le savoir présent face à tout ce qui lui arrivait ... Elle s'assit à côté de lui, posa le gilet sur ses propres genoux, et fit doucement basculer l'ours pour qu'il pose sa tête dessus ... Chacun son tour d'avoir un oreiller. Il remua légèrement en râlant ... comme d'habitude ... un ours un vrai !! Elle posa sa main sur sa joue et le vit se rendormir, un petit sourire s'affichant sur son visage.

Thild, sans bouger pour le laisser dormir, regarda chaque parcelle de la pièce et soupira. Qui aurait pu croire que tout se passerait ainsi !!! Changer de vie oui .... mais dans des conditions pareilles !!!
Humpfffff triste !!

Elle avait réussi à tout oublier dans ses rêves mais maintenant la réalité était bien là !! Une larme perla sur sa joue !


"Humpffff, arrête de pleurer .... Pénible à la fin !!"

Elle secoua la tête en faisant attention de pas réveiller l'ours.
Elle le regarda dormir et essaya de se vider la tête .... Elle appréhendait la journée à venir ... et espérait revoir une ou deux personnes qui étaient vraiment chères à son coeur ... sans regretter ceux qui lui laissaient un sentiment profond d'amertume ...


Striife a écrit:
Ploc ...

Une goutte de pluie lui tombe sur le visage et le tire lentement de sa torpeur ...
Il était où déjà ? Le sol est dur en tout cas hmpf ...
Il ouvre à grand peine ses yeux et voit quoi ? Tout sauf de la pluie, hélas ...
Thilounette en train de pleurer, pas joli à voir.
Il lui adresse un sourire qu'il veut réconfortant et se redresse lentement, puis s'assied juste à côté d'elle.
Il lui prend ensuite sa main dans la sienne et lui murmure :


Bonjour la libellule ...
Merci de m'avoir prêté tes genoux, gentille attention ...
Et sinon, t'as bien d...?


Il s'arrêta là, la bouche encore ouverte de cette question plutôt idiote qui allait sortir ...
Il se ravisa donc et lui souffla :


Désolé de ce qu'il t'arrive, sa craint vraiment ... Ma faute en plus ...
J'espère franchement qu'tes amis vont pas être assez naïf pour croire l'autre frustré là ...


Il soupira et lui serra sa main un peu plus fort, il s'en voulait tellement d'semer la zizanie dans la vie d'la libellule depuis qu'il était arrivé, de sombres pensées le traversèrent, mais les chassa tant bien que mal ...

Je peux attendre une journée de plus si tu le souhaites, pour mettre vraiment à plat les choses, et que tu puisses profiter de tes amis aussi bien sûr ...


Mathildy a écrit:
Thild regarda l'ours se réveiller doucement et se relever, elle lui sourit quand il prit sa main pour la réconforter.

"D..... ??? Dormi ??? .... Oui j'ai bien dormi ... j'étais épuisée par la journée d'hier ... et j'ai même pas fait de cauchemars. Au contraire d'ailleurs, j'ai fait de jolis rêves de voyages et de liberté"

Thild grimaça en pensant au cauchemar qu'était la réalité ... enfin en ce moment car ça ne durerait pas ... Foi de Thild !! Elle lui donna une pichnette en l'entendant dire qu'il était désolé ...

"Ce n'est nullement de ta faute l'ours. Tu n'y es pour rien !!! Et je te rappelle que c'est toi qui me soutiens au milieu de tout ça !! Tu sembles être le seul à ne pas douter de moi ... enfin presque le seul"

Elle l'entendit soupirer et lui sourit

"C'est grâce à toi s'il y a encore un sourire sur ma frimousse hein !!! Alors oublie tes sales idées là ... Humpffff !!"

Elle se leva d'un coup, brusquement comme à son habitude, manquant de perdre l'équilibre du fait des ses jambes ankylosées puis reprit

"Ca non alors !!!! Hors de question de rester un jour de plus ici ! Trop de douleurs ici, j'en ai marre de pleurer, je veux quitter tout ce qui me fait souffrir. J'ai fait tout ce que j'ai pu, j'espère que cela ne laissera pas trop de séquelles, ni chez les gens qui comptent pour moi ... ni dans mon p'tit coeur de pierre"

Elle commença à s'affairer dans la cuisine pour se changer les idées et fit quelques bruits de casserole pour attirer l'ours ...

"T'as faim dis moi ??? Avant de prendre la route, ça serait une bonne idée non ???"

Elle le regarda hocher de la tête et sourit

"Ben tu peux faire la cuisine alors, y'a tout ce qu'il faut ... Moi j'ai jamais su manier une casserole ... Pas bonne à marier tu vois !!"

Elle lui fit un clin d'oeil et esquissa un sourire ... plein de vie et sans amertume .... et commença à ranger tout ce qu'il y avait à ranger dans cette demeure ... autrement dire pas grand chose



Dernière édition par Admin le Sam 2 Oct - 18:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Invité
Invité



Du 18 janvier au 24 août 1458 Empty
MessageSujet: Re: Du 18 janvier au 24 août 1458   Du 18 janvier au 24 août 1458 EmptyMer 30 Juin - 20:38

Striife a écrit:
T'as raison, vaut mieux partir c'soir alors, allons rejoindre nos amis les fous à Castillon, youhou !

Striife la regarda quitter la pièce, il la suivit et la retrouva, casserole en main .
Elle allait lui faire à manger ?
Pouah, l'image avait du mal à s'imposer en lui, mais il y croyait et était tout sourire !


Citation :
"Ben tu peux faire la cuisine alors, y'a tout ce qu'il faut ... Moi j'ai jamais su manier une casserole ... Pas bonne à marier tu vois !!"

Il l'écouta, et petit à petit une grimace vint naitre sur son visage, elle lui r'fourguait l'sale boulot ! Lui l'invité !
Et puis ... Il savait pas cuisiner nan plus pff ...


Bon euh, j'sais pas cuisiner non plus, j'mange tout cru d'habitude moi hein ...

Il sortit deux épis d'maïs de sa poche et les lança dans la casserole ...

T'crois qu'sa peut donner un bon truc, du maïs cuit dans une casserole ?
Hmpf bon, on va tenter hein ...


Il passa la casserole au dessus du feu en attendant qu'Thilounette aille faire c'qui semblait être un brin de ménage.
Il était en train de se demander s'il aurait pas du mettre de l'eau dans la casserole ... Y'a toujours de l'eau dans une casserole d'habitude hmpf .
Et puis, sa aurait pas été plus simple d'les enfiler sur un bout d'bois et d'les griller au dessus du feu ?
Peuh ! Il était pas fait pour une vie d'sédentaire bien installé, sa s'voyait ...

Une fois que l'maïs ait pris une belle teinte dorée(avec quelques endroits noircis mais chut !) il appela Thilounette en braillant :


A taaablleee !
Et sa a l'air comestible en plus, j'suis vraiment trop fort hmpf !


Mathildy a écrit:
Thild sourit en l'entendant s'affairer en cuisine ... et fit semblant d'avoir encore plein de choses à ranger pour ne pas qu'il la réquisitionne pour faire quoi que ce soit. Toucher une casserole, non mais ça va pas bien hein !! Pffffff !!!
Elle ignora sa question sur la cuisson du maïs dans la casserole, tout simplement car elle n'en savait fichtre rien.
Elle sursauta quand il fit retentir ses paroles gutturales

Citation :
A taaablleee !
Et sa a l'air comestible en plus, j'suis vraiment trop fort hmpf !
"Hey je suis pas sourde ... et ma maison n'est pas un château .. pas besoin de hurler pour que je t'entende !!"

Elle sourit en voyant ce qu'il avait réussi à faire avec ses grosses mains d'ours ... mais comme à son habitude elle se garda bien de dire qu'elle était impressionnée.

"Mouais pas mal ... au moins on mourra pas de faim quoi !!!'

Ils mangèrent debout ... attablés au plan de travail ... toujours pas de chaises ici ... et ce n'est pas elle qui en amènerait maintenant. Un petit sourire triste s'afficha sur son visage. Un petit mouvement de tête pour chasser cette petite mélancolie et elle reprit

"Tu sais quoi ??? Comme on part, pas besoin de faire la vaisselle !!! Donc je t'épargne la corvée parce que bien évidemment c'est pas moi qui l'aurais faite !!"

Thild fit le tour de la maison, laissant l'ours finir de réunir ses affaires. Elle passa rapidement à la cave, prit soin de la fermer ... laissant quelques bouteilles pour les prochains propriétaires qui sait !! Elle utilisa l'escalier en pensant à son cher Ispi et regarda une dernière fois les chambres qu'elle n'aura pas eu le temps d'aménager. Pffff !!
Elle redescendit, prit sa besace sur son bureau, y rangeant plumes, encres et autres parchemins. Un petit tour en cuisine pour prendre un peu de nourriture et elle regarda si l'ours était prêt.


"Il va me falloir un peu de courage quand même ... pour couper les liens et partir ... J'ai besoin de toi sur ce coup là"


Elle lui sourit, sachant instinctivement qu'elle n'avait pas besoin de lui demander et qu'il serait là. Pour éviter de trop s'apesantir, elle le poussa vers la porte et lui donna une pichnette au passage.

"Allez zou !!! C'est parti !!! Au revoir Bordeaux ... Au revoir tout le monde et merci pour tout ... enfin non pas pour tout !"

Thild se retourna une derrière fois, regarda la pièce, la cheminée, l'escalier, le meuble, le bureau, la cuisine au loin ... eut une pensée pour chaque personne qui avait contribué à faire de cette maison ce qu'elle était aujourd'hui ... et referma doucement la porte, se tournant vers l'ours ... regardant au loin, vers son avenir.



Fredegonde a écrit:
Fredegonde arriva devant la demeure de Thylde. Elle hésita longuement avant de soulever la grosse pierre ronde, à côté de la fougère, lui avait dit Thylde.

Par l'intermédiaire du pigeon, son amie lui avait confié sa maison, ce qui arrangeait bien fredegonde! Depuis son arrivée, elle n'avait pas réussi à économiser 10 écus. Elle travaillait à la mine, faute d'autre chose, et le soir, se réfugiait dans une masure abandonnée.

La maison de Thylde était une aubaine!

Seulement, Fredegonde craignait de pénétrer dans la demeure: le souvenir de cette amie si vite perdue...Elle prit son courage à deux mains, prit la clé. Celle-ci enclencha le pen, la porte s'ouvrit...


Fredegonde a écrit:
Ouf... se dit-elle , une bonne chose de faite!

Fredegonde était satisfaite d'elle même. Après avoir aéré toutes les pièces de la maisonnette, elle avait entrepris un grand nettoyage.

En effet, Mathildy étant partie depuis plusieurs jours, les araignées et souris avaient élu domicile dans la jolie petite demeure.

Ca y est se dit-elle, un petit chez moi! Je pourrai enfin accueillir mes amis et leur offrir une collation.

Elle mis une dernière touche en déposant un petit bouquet de crocus trouvés dans le bois sur la grande table
.


--Les_rats a écrit:
Plus Rate La Vie : Episode 2
Rat Pitt :


Du 18 janvier au 24 août 1458 Ratpitt.th

Pendant ce temps, se dandine un rat… le nez en l’air, feignant d’admirer d’un air inspiré l’architecture des plinthes bordelaises.

Uhummmm…quel dommage vraiment, quel dommage…tout cela n’est pas nouveau, pas ancré vraiment dans l’environnement…Uhummm….Cela manque de verre…De métal…Transparence et Lumière…Tel sont les maitres mots…Uhummmm…

Il avance donc, moustaches en l’air, insensible aux rates qui s’évanouissent sur son passage, tant il est beau, magnifique, splendide, sublime, que dis je….Auguste…Quel dommage qu’il soit si…blond…

Fin du deuxième épisode



Fredegonde a écrit:
Fredegonde poussa la porte de la demeure.

Elle vit passer quelques ombres furtives. Des rats!....

Bien qu'amie des animaux, ceux-là ne l'avaient jamais attirée. Elle préfèrait d'ailleurs les voir de loin que de près.

Elle avait peu de temps devant elle, elle s'était éclipsée du bal pour se rafraichir. Les émotions!...

Et voilà qu'elle se retrouvait nez à museaux avec une horde de rats. Elle avait promi à Thilde d'entretenir sa maison. Elle devait s'y mettre coûte que coûte!

Retroussant ses manches, armée d'un balai, elle pourchassa les intrus.

Cela lui prit une bonne heure!

Elle demanderait à ses amis une potion visant à faire fuir ses horribles bestioles.

Ayant terminée, après un grand courant d'air, elle s'occupât d'elle. Un petit coup d'oeil dans le miroir...

Elle était prête! Satisfaite de son reflet, elle reprit le chemin du bal. La soirée n'était pas terminée et elle ne reviendrait certainement pas dormir là ce soir...


Eloin a écrit:
[rp]A la porte de la demeure N° 23[/rp]

Sa maison remise en ordre et le cadastre dusment mis à jour après les quelques recherches qu'elle avoit effectuées, découvrant que certains bordelais comme le sénher Axe37 ou la donaisela Charlyelle estoient partis s'installer ailleurs, l'oblate cistercienne sortit se balader dans les rues de la capitale de Guyenne.

Elle avoit cependant un but précis, qui ce jour se trouvoit estre la demeure de donaisela Mathildy, à qui elle se souvenoit avoir donné son accord par écrit pour qu'icelle puysse occuper la demeure en question, estant à ce moment hors de Guyenne.
Entre-temps elle avoit certes voulu se rendre chez la jeune femme pour prendre de ses nouvelles et savoir si la maison luy convenoit toujours, mais le décès de son espoux et son voyage en Maine avoient contrecaré ceste idée.

Et, maintenant que son existence prenoit un tour plus calme, Eloin avoit décidé de visiter les nouveaux habitants de la cité portuaire, en commençant par ceste demeure que sembloit désormais occuper donaisela Fredegonde, qui l'avoit d'ailleurs contacter pour officialiser le faict qu'elle demeuroit dans la dicte maison.

Faisant halte devant la porte, la chapelaine toqua deux coups secs à la porte, attendant patiemment que la porte ne s'ouvre.


Messire_ispica a écrit:
Ispica devait se retrouver devant la maison de Thild, comme convenu avec elle en taverne, un peu plus tôt dans la soirée.

La route qu'il empruntait, cela faisait longtemps qu'il ne l'avait plus faite.
Depuis le départ de Thild, il n'avait jamais eu l'occasion ou voulu s'y rendre. Mais son amie Thild était de retour et cela changeait la donne.

Sur le chemin, certains souvenirs vinrent occuper son esprit, tantôt joyeux, tantôt mélancoliques, mais le passé est le passé, et il marchait au présent, déterminé.

Sur le chemin devant la maison de Thild, il tourna sa tête à gauche puis à droite...Personne...Il était arrivé le premier il semble...

Une fois devant la maison, il ouvrit de grand yeux en y voyant un panneau sur lequel était inscrit 'Ecole de Bordeaux'. Il avait bien entendu qu'une école s'était montée sur Bordeaux, mais il ne savait pas qu'il s'agissait l'ancienne maison de Thild?!
Ispi fut triste et déçu de ne pas retrouver la belle maison dans l'état où ils l'avaient laissé. La vie était ainsi faite, le temps passe, les choses changent...

Thild n'était pas encore sur les lieux, Ispi l'attendait sagement...


Mathildy a écrit:
Une curieuse boule dans le ventre, Thild traînait ses bottes dans Bordeaux. Elle se souvenait de ce qu'Ispi lui avait dit mais comme d'habitude, elle rechignait à affronter ses vieux démons ... et même ses doux souvenirs. Elle savait que ça ne pourrait la laisser insensible et elle ne voulait pas que ça se voit ... que ça se sache. Alors elle n'y mettait pas du sien forcément.
Cependant, sans qu'elle ait contrôlé vraiment son errance dans les rues bordelaises elle avait atterri dans son ancien quartier. Sa respiration commençait quelque peu à s'accélerer, l'angoisse faisait naître du rouge sur ses joues.


Arf ... T'es vraiment trop sensible, faut que t'arrêtes hein !!

Elle prit son courage à deux mains, se disant qu'elle aurait le temps de reprendre bonne figure avant l'arrivée d'Ispi ... ou de Fred ... ou de qui que ce soit.
Elle passa devant une maison, puis deux, revoyant toute son ancienne vie bordelaise défiler ressentant à la fois de la tristesse et de la joie. Mais sa maison ... vraiment ... c'était difficile ... même si ce n'était plus vraiment la sienne d'ailleurs. Gloups !
Et voilà qu'elle apparut dans son champ de vision, son ancienne demeure improbable. Elle en resta bouche bée. Et d'autant plus lorsqu'elle aperçut Ispi devant la porte, déjà là, prêt à entrer et à l'accompagner dans cette drôle d'épreuve.
Discrètement elle s'essuya les joues des larmes qui n'avaient pas encore coulé, afficha un sourire presque convaincant et arriva devant lui.
Elle fut d'autant plus surprise en réalisant ce que lui avait pourtant déjà dit Fred, c'est-à-dire que sa demeure avait été transformée en école. En prendre conscience la fit sourire.


Humpfff ... Je peux savoir comment t'as fait pour arriver avant moi Ispi ???

Elle le dévisagea, ne pouvant s'empêcher d'être heureuse de revoir sa frimousse si familière, qui lui avait tant manqué. Mais n'empêche elle était contrariée de ne pas être arrivée la première ... et surtout qu'elle ait cédé à son insistance de retourner dans sa maison.

Voilà t'es content, je suis là !! Tu veux que je pleure c'est ça ??
Nan ?? Pourtant me faire venir ici, tu pouvais pas trouver meilleur moyen !!
T'es tenace toi hein !


Elle le regardait avec des yeux brillants et après moultes hésitations, elle finit par ajouter

Je crois que j'y arriverai pas Ispi ...
Il faut que tu m'aides sur ce coup là .... C'est la seule chose que je te demanderai jamais .... Promis ! Et surtout t'as intérêt d'oublier que je t'ai demandé de l'aide un jour hein !


Elle avait toujours trouvé que ça, l'ironie, pour alléger ses moments difficiles. Pas très courageuse la Thild finalement. Elle savait que cette maison n'était plus la sienne et qu'elle allait prendre conscience du changement mais il n'empêche qu'elle avait besoin d'aide pour le faire.


Messire_ispica a écrit:
Ispica sourit, attendri par la sensibilité de son amie.

Tu peux me demander ce que tu veux, tu le sais, et que je m'en souvienne ou pas après, ce n'est pas là le souci, tu le sais bien...
Tu sais même pour moi, c'est étrange de revenir ici. Cette maison représente quand même quelques souvenirs.
Je sais ce que tu ressens, ce n'est pas facile...


Ispica prit Thild dans ses bras pour lui donner un peu de soutien.
Il ne parla pas d'Oléane, mais il ne pouvait s'empêcher d'y penser. C'était devant cette maison qu'il l'avait vu partir...pour ne jamais revenir.

Il mit ensuite la main dans son dos, comme pour la forcer doucement à avancer pour frapper à la porte.


Allez ma Thild, entrons, on reverra le bel escalier qu'on a retapé, hein?


Mathildy a écrit:
Les yeux emplis de reconnaissance, Thild regarda Ispi et tenta de sourire pour mettre un peu de légèreté dans tous ces souvenirs communs qui refaisaient surface.
Après l'effusion rapidement écourtée, histoire de montrer qu'elle était forte, elle se tourna vers la porte. Et là elle hésitait encore ... Prête à faire marche arrière mais une main dans son dos l'incita à aller de l'avant et à retourner voir ce qui avait été à l'origine de sa vie.


Oui oui j'y vais ... J'ai comme l'impression que j'ai pas trop le choix de toute façon !! Humpfff !

Posant sa main sur la poignée de porte si familière, revoyant défiler tous ses souvenirs, ses amis passés par là ... Ralas, Ispi (son plus fidèle ami), son étoile des tavernes qui faisait déjà couler une larme sur sa joue, le barbu (deuxième larme), sa chère Fred ... Tout cela redéfilait devant ses yeux mais elle tourna la poignée et ouvrit la porte.
S'immiscant doucement à l'intérieur, tirant Ispi par la manche pour pas qu'il l'abandonne maintenant, elle ouvrit de grands yeux en découvrant ce que Fred avait fait de sa demeure improbable. Elle avait des étoiles plein les mirettes.


Regarde Ispi, c'est incroyable ! Je suis toute "némue" !
Et l'escalier ... regarde regarde !! T'avais vraiment fait un boulot formidable mon Ispi. J'en ai eu de la chance de t'avoir !


Thild lui colla un gros bisou bruyant sur la joue puis continua de contempler ce qui fut sa maison et qui était maintenant ce qu'elle n'aurait pas pu rêver mieux ... une école !


Messire_ispica a écrit:
Ispica lui sourit.

Tu es adorable ma Thild. Avoir une amie comme toi, ça se compte sur...à peine les doigts de la main?

Ispica pensait déjà au prochain départ au Thild...
Il faisait tout pour profiter un maximum d'elle et de ses moments si précieux, mais cette pensée ne sortait pas de sa tête, quoi qu'il fasse...


C'est très beau oui...
Mais j'aurais préféré que ce soit encore chez toi.
J'aurais été prendre les clefs, je t'aurais fait rentrer, et je t'aurais enfermé à l'intérieur pour que tu restes ici sur Bordeaux ! Hop ni vu ni connu.


Ispica lui tira la langue.


Mathildy a écrit:
Thild, toute à sa contemplation sans limite de l'intérieur de l'école, écoutait Ispi et commençait à compter sur ses doigts. Le compte fut rapide et s'arrêta très rapidement, non pas qu'elle savait pas compter hein !

Tu sais Ispi, c'est justement car on ne les compte que sur les doigts ... d'une seule main pour ma part ... que les amis sont si précieux !
Et puis arrête un peu ... c'est moi qui ai de la chance de t'avoir hein !


Elle plongea son regard dans le sien pour essayer de lire ses pensées

C'est quoi cette moue et cette petite touche de mélancolie dans tes prunelles Ispi ?

Elle sourit en l'entendant la menacer ... pour un peu, elle aurait presque eu peur ... mais non !!

Tu sais bien que je ne serais plus moi si tu m'enfermais Ispi. Tu sais aussi que je tiens pas en place et donc que si je m'installe ici, je finirais par être triste. Vous avez tous votre vie ici ! Moi non ! Je suis heureuse d'être revenue pour constater que le bonheur régnait ici ... pour Ralas, pour Fred, et qu'il régnait surtout pour toi Ispi. Ca me fait plaisir de te voir comblé, c'est ce que j'avais toujours espéré pour toi ....

La voilà qui sentait des picotements dans ses yeux, elle détourna la tête, se remit à la contemplation pour faire diversion. Tous ces souvenirs, cette vie passée, ça ne pouvait pas la laisser indifférente, même si elle faisait tout pour.

Tu voulais me faire pleurer, t'as pas réussi ... Na !

Elle sourit en le voyant tirer la langue et lui donna une bonne pichnette digne d'une Thild fidèle à elle-même.


Fredegonde a écrit:
Fredegonde, après avoir pris un frugal déjeuner, se mit en route pour l'école.
De bon matin, elle devait enseigner au jeune Messire Merkrynis.

Arrivant devant l'école, elle aperçut sa chère Thilde. L'émotion l'étreint une nouvelle fois. En face d'elle se tenait Messire Ispica.

Ils étaient plongés dans une discussion et ne s'aperçurent pas qu'elle approchait. Elle hésita cependant à les interrompre. Les deux amis se retrouvaient et avaient certainement de nombreuses confidences à se dire.

Ne pouvant déroger à son arrivée, elle poussa la porte restée entrouverte après avoir cogné le heurtoir.

Thilde, Ispi!
Quel plaisir de vous retrouver!


Elle embrassa ses deux amis et etreint une nouvelle fois sa"soeur" d'âme.

Tu es venue voir ta demeure, ma belle?
Je t'ai bien envahi!
dit-elle piteusement.

Elle observa le regard quelque peu réprobateur et mélancolique d'Ispi.

Sache que j'ai conservé tes meubles, ils sont à l'étage. Je n'ai modifié que l'aménagement du rez de chaussé. Tu peux très bien y demeurer!

Elle ajouta:

D'ailleurs, mon amie, sache que si tu souhaites te réinstaller, il me suffit d'enlever les bureaux et le tableau. Je peux très facilement trouver un autre endroit!

Elle leva timidement les yeux vers sa Thilde, pour rien au monde elle n'aurait voulu qu'elle reparte.
..


Mathildy a écrit:
Après son énième pichnette nostalgique à Ispi, Thild entendit une voix si chère à son coeur et sourit en se retournant.

Fred ... Comme je suis heureuse de te voir là !! C'est vraiment merveilleux ce que tu as fait de mon ancienne maison, je suis si contente de constater sa reconversion en école. J'aurais pas pu rêver mieux

Voyant Fred s'approcher pour une bise, elle ne put s'empêcher de la prendre dans ses bras, l'émotion la submergeant ... une fois de plus arf ... en retrouvant son amie et en repensant à leur soirée de la veille, à leurs confidences.

T'as conservé mes meubles ? C'est gentil ça ... mais il faut dire que c'était plutôt aéré chez moi donc bon, t'as bien fait de monter le peu que j'avais là-haut !
Et puis je te rappelle que tu avais ma totale autorisation pour faire de cette demeure une école. On en avait discuté ! Et je suis vraiment ravie ... vraiment !


Elle regarda Fred, des petites étoiles dans les yeux, et la remercia du regard.

Tu sais que tu as été et seras toujours une précieuse amie pour moi ... Entre Ispi et toi, je me rends vraiment compte de la chance que j'ai !

Passant un bras sur l'épaule de Fred et levant l'autre pour atteindre l'épaule d'Ispi, elle posa successivement un bisou sur la joue de ses deux amis.

Que demander de plus .. franchement ... Je suis comblée moi là !!
Et me regarde pas avec ces yeux tout tristounes ma Fred ... Tu veux me faire pleurer c'est ça ?
Il n'est pas question d'anéantir cette merveilleuse école pour que je me réinstalle. C'est tant d'investissement pour un merveilleux résultat.

Quant à mon départ ... Pour l'instant je suis là ... Il ne faut pas penser à plus loin pour le moment.
Je suis heureuse d'être là et de voir mes amis heureux. Vous pouviez pas me faire de plus beaux cadeaux. Le jour où je repartirai, je serai sereine de savoir que le bonheur règne ici !


Mathildy a écrit:
Thild était de retour à Bordeaux et il était inenvisageable pour elle de ne pas remettre les pieds en son ancienne demeure, se retrouver avec elle-même et avec ses origines.
Lors de son dernier passage à Bordeaux, à l'aide d'Ispi et de Fred, elle avait réussi à réinvestir sa maison et à y retrouver ses souvenirs ... sans pleurer ... nan nan !!
Elle admirait ce que Fred avait fait de sa maison et en ce jour sans école elle se dit qu'elle pourrait se réimprégner de la tranquilité de son ancien chez elle. Fred lui ayant donné une clef, elle ouvrit la porte doucement et entra.
La cheminée n'avait pas bougé (l'évidence même bon d'accord), l'escalier toujours flambant neuf, elle se sentit apaisée en ces lieux, oubliant toutes les idées qui pouvaient lui passer en tête ces derniers temps, tous ces questionnements sur ses envies, ses espoirs, ses choix et les possibles ... ou pas. Les choix allaient pourtant bientôt s'offrir à elle ... et il allait falloir qu'elle prenne les bons. Elle avait imaginé trop de choses ces derniers temps, il lui fallait un retour à la réalité ... quite à ce que ce soit douloureux.

Mais l'heure n'était pas à la remise en question en cet instant, elle s'installa en tailleur à côté de la cheminée, regarda chaque parcelle de la pièce, pour tout incruster dans sa mémoire puis ferma les yeux pour savourer le silence musical qui se dégageait de sa maison.




De ses yeux fermés, coulèrent des larmes depuis trop longtemps gardées. Elle les laissa glisser le long de sa joue jusqu'à se perdre dans son cou. Elle savait jouer sa sauvageonne boudeuse mais de temps en temps, elle avait besoin de relâcher, de se laisser aller sans que personne ne la voit, pour que personne ne pense jamais, ô grand jamais "pauvre Thild".
L'idée la fit sourire et chassa les larmes.
Elle rouvrit les yeux et observa l'intérieur de la maison, l'âme en paix, l'esprit ailleurs.


Il fallait qu'elle parle à Fred ... des projets, des nouveaux projets, de ce qu'on lui proposait, de ce qu'on leur proposait à elles deux ... et puis surtout elle avait besoin de parler à sa confidente, celle qui lisait en elle comme dans un livre ouvert malgré l'apparente indifférence que Thild tentait d'afficher (mal oui bon d'accord ... Humpfff !!)



Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

Du 18 janvier au 24 août 1458 Empty
MessageSujet: Re: Du 18 janvier au 24 août 1458   Du 18 janvier au 24 août 1458 EmptyVen 1 Oct - 12:49

Ralas a écrit:
Avant de se rendre à la basilique, Ralas avait cueilli un bouquet de fleurs toutes simples et ses pas la menèrent devant la demeure de Mathildy. Là, elle était vraiment en communion avec elle, elle pouvait laisser couler ses larmes sans fausse pudeur et se souvenir des confidences échangées.

Après un long moment où elle resta perdue dans ses pensées, Ralas se pencha sur le seuil de la porte et y déposa son bouquet.

Du 18 janvier au 24 août 1458 979049fleursdemillescouleurs_1_

"Pour toi, ma petite Math, en souvenir de notre amitié"

Et à ce moment, elle eut l'impression de l'entendre lui répondre, comme elle le faisait si souvent.

"Maiiiiiiis, je ne suis pas petite !"

(archivage terminé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archivesbordeaux.forumactif.com
Contenu sponsorisé




Du 18 janvier au 24 août 1458 Empty
MessageSujet: Re: Du 18 janvier au 24 août 1458   Du 18 janvier au 24 août 1458 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Du 18 janvier au 24 août 1458
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Nantes] Tournoi Joute le 23 Janvier 2011
» Tournois lausanne CUP le 8 janvier 2012
» Soirée du Vendredi 06 Janvier 2012
» Janvier 1458
» Les vins de Pascal Janvier?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de la ville de Bordeaux :: RP Lieux :: N°23 Quartier Saint-Pierre : une demeure "improbable"-
Sauter vers: