Archives de la ville de Bordeaux

Archives de la Halle des RR
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 (26 avril 1458 au...)

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 281
Date d'inscription : 26/06/2010
Localisation : Archiviste de la Halle de Bordeaux

(26 avril 1458 au...) Empty
MessageSujet: (26 avril 1458 au...)   (26 avril 1458 au...) EmptyDim 27 Juin - 6:38

Fredegonde a écrit:
Fredegonde tourna la clef dans la serrure de la jolie petite demeure. Celle-ci avait abrité la sympathique Thilde, partie depuis.


Les gongs sont un peu rouillés, il faudrait y mettre un peu de graisse, pensa-t-elle.


Elle pénétra dans la salle principale du rez de chaussée, celle qui allait devenir la salle de classe.


La grande cheminée rendra bien service se dit-elle rassurée, je ne l'avais pas remarqué.

Cependant, la pièce était trop petite.Fredegonde avait bien du mal à évaluer les futurs petits participants, combien y en aurait-il?


Bon, cela sera bien suffisant, se ravisa-t-elle. On verra bien!


Elle commença par enlever les meubles. Il y en avait peu, Thild avait à peine eu le temps de s'installer. Puis elle reprit le balai et entreprit le nettoyage.La pièce n'était pas très sale, elle avait nettoyé il y a peu de temps.

S'appuyant contre le balai, elle se recula pour mieux se rendre compte.


Parfait, maintenant, il me faut des bureaux et des bancs.
Et surtout un grand tableau noir. La craie, elle en avait trouvée le long de la route, cela ferait bien l'affaire...

--Lazare a écrit:
Un petit bonhomme se présenta devant la porte de la Maison. Souriant, il se dirigea vers la Dame qui occupait les lieux.

" Bonzour Dame... Ze suis Lazare, c'est moman qui m'a dit de venir ici... Z'ai pas compris pourquoi car elle a dit qu'il était temps que ze meuble mon esprit. "

Confus de voir la pièce encore vide de tous meubles il ajouta :

" C'est toi qui meuble l'esprit des enfants...? ça fait pas mal hein..? "

Il regardait la Jeune Femme de toute son attention et sortit une Pomme de sa poche pour la lui donner.

" C'est pour toi... "

Fredegonde a écrit:
Fredegonde sourit en voyant le petit bonhomme, barbouillé et coiffé d'un épi rebelle.

Et bien,oui, jeune homme ! C'est moi qui "meuble" les esprits.Mais tu vois, avant de les meubler, il faut que je meuble l'école.

Elle observa avec amusement la mine légèrement inquiète du garçonnet, puis ajouta de suite:

Une pomme! Quel gentil présent! Tiens, sais-tu que l'on dit qu'il faut en manger une par jour?

Elle entraîna Lazare vers le jardinet où se trouvait un pommier. Là, elle l'installa à l'ombre, et commença sa première leçon de nature...

Kadfael a écrit:
Coucou !

il est où le hibou ?


Kadfael tout sourire et tout heureux de retrouver ses amis découvrait l'école, quelle bonne idée se dit il !

Il avança dans les couloirs à la recherche des institutrices,
de la directrice, et des enfants en train d'apprendre

El_barto a écrit:
Décidément, rien ne restait secret très longtemps à Bordeaux. Alors que les érudits, dont il faisait partie, se pavanaient à l'Université pour apprendre des matières toujours plus poussées, il est vrai que les enfants de la Capitale ne disposaient pas d'un lieu correct à eux.

C'est en passant dans la rue des tavernes et auberges, que, croisant une connaissance habituée des comptoirs, le vicomte tomba nez-à-nez avec l'engaillardi, tout sourire :


- Oh, votre Si... votre Sé... votre Seigneuuuurie ! 'Connaissez la dernière ? Y a Fred qui veut ouvrir une é... une é...

Le noble essaya :

- ... une échoppe ?

L'homme rit de bon coeur.

- Noooon, une é... école !

Après quoi l'échange dura encore quelques instants. Et le noble et le paysan se séparèrent gentiment.

L'idée était bonne, et travailla l'ex couronné toute la matinée. En milieu d'après-midi, il se rendit au lieu dit, trouvant Fredegonde dans la salle du rez-de-chaussée. Une proposition à lui faire.

Le vicomte entra d'un pas léger.


Bonjorn, Dona Fredegonde.

Fredegonde a écrit:
Le petit Lazare parti, Fredegonde retourna dans la future salle de classe.
Elle sortit de sa besace un grand parchemin vierge qu'elle avait découvert abandonné chez Brixius. Quelques essais anatomiques raturés y étaient inscrits. Elle se disait qu'il était bon de le récupérer et de l'utiliser.

Elle décida de s'asseoir pour rédiger une affiche mais entendit quelqu'un s'approcher.

Kad! De retour parmi nous! Mais , regarde-moi...

Elle observa attentivement la face de l'ancien maire.

Mais tu as bronzé! Et tu as une mine d'enfer!!Les voyages avec ta douce te réussissent!

Elle alla embrasser son ami.


Bonjorn, Dona Fredegonde.

Elle se retourna et vit le Seigneur El Barto qu'elle avait déjà croisé, très furtivement, en taverne, avec sa pétillante et charmante moitié.

Bonjour, Messire! Comment allez-vous?
Mais...
dit-elle, réprimant un sourire... Que venez-vous faire tous deux en cette école? Avez-vous un sujet de prédilection que vous souhaiteriez aborder:
arithmétiques, latin, écriture, chant ou leçons de nature?


Elle les observa tour à tour en souriant...

El_barto a écrit:
En avançant dans la salle, le noble découvrit Kad, visiblement de passage lui-aussi.

Bonjour mon ami ! Quelle belle coïncidence que de te voir ici.

Les trois Bordelais échangèrent alors quelques mots. Pendant cet échange, de Cessac se promena d'un pas lent et distrait dans ce qui allait être la future salle de classe. L'endroit était fort propre, et semblait presque neuf. Mais vide. Nulle étagère, pas de meuble, et aucune pile de tablettes de cire ou de rangées de plumes.

El Barto profita d'un moment pour s'adresser à Fredegonde, un peu à part.


Dona, ouvrir une école est un très beau projet. Et représente une belle quantité de travail à venir. Mais je vous fais toute confiance pour mener à bien cette idée qui est vôtre.

Je vais vous faire une confidence. Une pause. Ouvrir une salle de classe était également une idée que chérissait une amie à moi. Il y a de cela plusieurs années, dans une toute autre province. A une ou deux reprises, un soir, elle avait eu l'occasion de me présenter ces idées. Et de l'entendre parler ainsi m'avait tout de suite convaincu. A l'époque je n'étais qu'un artisan. Aujourd'hui je suis... un peu plus, un petit sourire, et mon amie est disparue.

Si vous le permettez, j'aimerais vous proposer de prendre moi-même en charge tous les coûts que pourrait avoir à subir cette future école. Fonds en début de chaque année pour d'éventuels achats de fourniture. Aucun tracas pour vous si des travaux inattendus devaient succéder à des intempéries. Et pour l'heure, je pourrai fournir la salle en meuble neuf.

Une sorte de... mécénat. En parallèle de cela, je ne me mêlerai en rien de la gestion de cette école, qui vous reviendra pleinement.


D'un oeil discret, il avait tenté de voir les réactions de son interlocutrice. Avec un sourire franc, il attendit sa première réponse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://archivesbordeaux.forumactif.com
Invité
Invité



(26 avril 1458 au...) Empty
MessageSujet: Re: (26 avril 1458 au...)   (26 avril 1458 au...) EmptyLun 28 Fév - 11:22

Fredegonde a écrit:
Fredegonde n'en croyait pas ses oreilles, ce qu'elle n'osait espérer à son arrivée en Bordeaux allait enfin se concrêtiser: son but, son école allait ouvrir ses portes et ceci dans les meilleures conditions possibles.

Ne cherchant pas à dissimuler son enthousiasme mais réprimant tout de même l'envie de lui sauter au cou, elle s'écria:

Messire, comment pourrai-je refuser une telle générosité? Votre proposition est une aubaine pour l'école et les futurs petits écoliers.
Sans elle, nous aurions dû commencer à même le sol, en traçant les lettres dans le sable!


Fredegonde se retourna, se mettant à côté de Kad, pour mieux évaluer les besoins:

10 doubles bureaux avec encriers escamotables
10 bancs de bon bois bien poli pour les échardes
une cinquantaine de plumes d'oie de bonne dimension...


Elle s'interrompit, apercevant le Sieur qui l'observait avec un sourire amusé.

Excusez, objecta-t-elle en rosissant légèrement, mon enthousiasme...
J'ai toujours été ainsi, et d'ailleurs, il ne s'agirait pas de perdre du temps!

Mais, Messire, comment puis-je vous remercier? Vous ne voulez intervenir, ce qui est louable...Mais il me semble que cette école vous devra plus qu'un mécenat...

El_barto a écrit:
Un très court instant, le noble resta tendu. "Après tout, peut-être n'a t-elle besoin de rien... Ah mais pourquoi diable es-tu venu tout gaillard étaler ton aisance ?" Il fut sorti bien vite de ses pensées en admirant le très haut sourire qui se formait sur le visage de la future enseignante.

- Messire, comment pourrais-je refuser une telle générosité ? Votre proposition est une aubaine pour l'école et les futurs petits écoliers.

Et avant de pouvoir répondre mot, Fredegonde rejoignait déjà l'autre bout de la pièce, entamant à haute voix un inventaire étoffé.

10 doubles bureaux avec encriers escamotables
10 bancs de bon bois bien poli pour les échardes
une cinquantaine de plumes d'oie de bonne dimension...


El Senher se mit à rire.

- Eh bien, vous avez une idée précise de vos attentes. Je vous laisse réfléchir. Vous pourrez adresser dès demain dans la journée, en mon château de Veyrines, la liste écrite de vos souhaits à mon secrétaire, Messer Bragevin.

Pour ce qui est des tracasseries administratives, vous n'aurez qu'à inscrire mon nom quelque part dans vos registres de finances. Lorsque les officiers des impôts passeront, ils ne devraient pas vous embêter.


La Bordelaise s'arrêta un instant, visiblement émue.

- Mais, Messire, comment puis-je vous remercier ? Vous ne voulez intervenir, ce qui est louable...Mais il me semble que cette école vous devra plus qu'un mécenat...

Le noble s'approcha d'elle.

Je ne vous demande rien en contre-partie. Avec un visage rieur : Peut-être un cours d'épée que je dispenserai pour les garçons les plus téméraires, quand vous le jugerez bon ?

Puis se dirigeant doucement vers la porte,

Je vous laisse à votre installation. Bragevin devrait rapidement passer vous voir.

Après un léger signe de tête, le vicomte quitta la pièce et s'en retourna dans la rue. A lui d'étudier pour cette fin de journée. Au programme : Astronomie.

--Dame_bertille a écrit:
(26 avril 1458 au...) 778829Bertille

Dame Bertille arriva à l'école, elle y entra toute timide...

Bonjour Messire et Dame, j'suis Bertille la servante de Dame Ralas.

Se trouvant ridicule d'être là, elle qui n'avait jamais mis les pieds dans une école, elle osa, malgré tout, continuer.

Dame Ralas étant la meilleure patronne que j'ai eu jusqu'à maintenant, j'aimerais lui faire la surprise de me culturer elle ne savait pas trop comment on disait en commençant par apprendre à lire et à écrire. C'est possible à mon âge ?

Elle rougit et baissa les yeux en attendant la réponse de la Dame.

--Lazare a écrit:
Lazare arriva en la salle de Classe comme débarquerai un chien dans dans un jeu de quilles. Tellement content, il en oublia de saluer l'Institutrice et la Dame qui était à ses côtés.

" Madame, le Docteur a dis qu'il serait d'accord pour que nous allions dans les Thermes pour apprendre à nager. C'est ma Moman qui va être contente de Savoir tout ce qu'on peut faire à l'école. "

Se tournant face à la Dame située à côté de Fredegonde il dit :

" Bonzour Madame, ze suis Lazare! T'es qui toi?? Tu va aider ma Maîtresse..? "

Kadfael a écrit:
Kadfael regarda le nouveau Vicomte avancer, il sourit

Ah De Cessac ! Comment vas tu ? tu reviens à l'école pour te cultiver ?


Kadfael un tantinet taquin regarda Messire Vicomte de Cessac, ah les nobles se dit il !


Tu es bien habillé dis moi, ton nouveau fief te met en valeur gentilhomme, c'est Manon qui doit toute heureuse te voir pavaner dans les rues


Il éclata de rire puis se retourna vers la somptueuse Fredegonde,
lui prit la main et un baise main volé lui sourit et lui répondit



Magnifique voyage ma douce amie, Margaux et moi avons fait des rencontres fabuleuses, des marchés de vie, le Poitou est quelque peu ennuyeux mais très rien humainement et ses marchés riche de denrées surtout Saintes, je conseille les marchands ambulands à s'y rendre pour approvisionner Bordeaux...trêve de plaisanterie je parle je blablate Margaux m'aurait déjà coupé la langue avec sa hache la coquine

et toi Fred que deviens tu ?
Excellente idées cette école, pendant que tu formes les jeunes, je forme les vieux pour devenir maire, pas mal on se complète comme ça Laughing


J'ai vu ton compagnon,
il a la forme le joli chauve dis moi, c'est toi qui le met dans cet état là ?

Merkrynis a écrit:
Merkrynis se promenait dans les rues de Bordeaux, lorsqu'il surprit plusieurs personnes à parler d'une école qui ouvrirait sous peu. Intrigué, il se renseigna pour aller jeter un oeil. En effet, après avoir passé plusieurs années sur les routes à vagabonder, le savoir lui manquait quelque peu. De plus, depuis il obtiendrait bientôt la propriété achetée au duc et aurait donc plus de temps libre.

* Je vais pouvoir reprendre mes études, enfin si l'école n'est pas trop chère, je croule pas sous l'or moi... *

En chemin, son attention fut retenue par une maison à vendre, assez ancienne. Elle semblait être batie de plein pied, même si le plafond était élevé. Faite de chaux, de pierre brune et de pierre blanche, elle semblait solide, même si les fissures que comportaient le mur pouvait témoigner du passé. A côté de la porte montait une plante grimpante aux feuilles plates et arrondies, avec de jolies fleurs bleues, fines, mais qui dégagait une odeur de bien être.

*Il me tarde d'acquérir 500 écus*

Après quelques minutes de découverte de la ville, une jolie maison retint son attention. Plus précisément, un attroupement près de cette petite maison le surprit. En s'approchant, il reconnut l'école que les passants lui avait décrite.
Les gens avaient l'air occupé, aussi, Merkrynis s'allongea sur l'herbe, pour profiter du soleil qui dégageait sur sa peau une chaleur agréable.


Après quelques minute de détente, il rejoignit une domestique.
Elle s'adressa à une dame, * la gérante !! * pensa Merkrynis.
- Bonjour madame, dit-il, en s'inclinant respectueusement.

--Lazare a écrit:
Le petit Lazare était tout émoustillé de voir une nouvelle personne arrivée. Saluant le nouveau venu il lui dit :

" Bonzour, ze suis Lazare. Ta Moman aussi veux que tu apprennes des choses avec notre Maîtresse..? "

Fredegonde a écrit:
Fredegonde, après avoir salué le seigneur El Barto, discutta avec son ami Kad,elle vit alors arriver une personne qu'elle avait déjà croisée, mais elle ne se souvenait où.

Bonjour Messire et Dame, j'suis Bertille la servante de Dame Ralas.

La servante semblait tout intimidée mais résolue: elle souhaitait apprendre.

Mais, Bertille, lui répondit-elle, c'est une merveilleuse et louable idée!

Voyant Bertille écarquiller les yeux au mot "louable", elle précisa:

Non, il n'y a pas d'âge pour apprendre et cela peut-être très utile!Venez après votre travail, le soir! Je vous attendrai et ce sera un plaisir pour moi!

Finissant sa phrase, elles virent débouler le petit Lazare, tel un chien dans un jeu de quille.

Fredegonde se retint de rire devant la demande du petit.

Non, Lazare! Je reste ton instructrice par contre , en ce qui
concerne les Thermes, mon fiancé Brixius s'occupera de toi,...
Moi, je risquerai de te noyer!!!


Tous éclatèrent de rire devant la face perplexe de Lazare.

Tiens, petit exercice de travaux manuels, va prendre le maillet et les quelques clous qui traînent là-bas et va m'accrocher cela.

Elle lui tendit un grand parchemin roulé et lui désigna la porte.

C'est alors que Fredegonde vit entrer un gentilhomme.
Il s'avança et, s'inclinant, prononça un des plus courtois:


Bonjour, Madame.

Bonjour, Messire, répondit Fredegonde en souriant.
Il ne me semble pas vous connaître?...
Que puis-je faire pour vous?
...

Fredegonde a écrit:
(26 avril 1458 au...) 876674menu_diner2

Merkrynis a écrit:
[hrp] Je passe à la narration à la première personne :p ; je sais, osef =)[/hrp]
[rp]Bonjour, Messire, répondit Fredegonde en souriant.
Il ne me semble pas vous connaître?...
Que puis-je faire pour vous?...[/rp]

Effectivement, on ne se connait pas. Vous connaitre plus tôt aurait été un luxe que j'aurais aimé m'offrir, mais je me suis installé à Bordeaux récemment, après un long voyage de la capitale jusqu'ici.

* Non je ne la connais pas, mais il me tarde de la connaître davantage, quelle femme charmante, * pensai-je.
Le dame souriait, et était, semble-t-il, de bonne humeur. De plus elle était ravissante. Pourtant elle devait être un peu plus vieille que moi pour avoir une éducation pareille et pouvoir gérer une école, mais, chose étonnante aucun trait de son visage ne semblait vouloir la vieillir.

En fait, j'aimerais reprendre mes études là où je les avais laissées, mais après de nombreuses années sans pratiquer, j'ai peur d'avoir oublié quantité de choses. Dans ce sens, cette école est une aubaine pour moi...
Et puis, maintenant que je peux avoir un peu plus de temps libre, j'aimerais étudier à nouveau, rattraper mon retard et reprendre les bases : pour le plaisir et la réussite.


La gérante semblait compréhensive et motivée, de plus, elle avait l'air patiente et bien instruite.

Ah ! et puis, je ... enfin, je voulais savoir combien je vous devrais, si vous daignez m'accepter.

Je lui souris, après un si long voyage, j'avais profondément changé, et je me retrouvai là, devant une institutrice que j'aurai, non seulement fui auparavant; mais pire encore, j'étais là, intimidé !

--Lazare a écrit:
Le petit Lazare, au comme trois pomme à genoux, fut surpris de la demande du Sieur qui s'était présenté. A son souvenir, il avait donné à l'Institutrice qu'une simple Pomme. Il la regarda et le sourire aux lèvres, annonça :

" Maîtresse, c'est quoi le luxe...? C'est quand on vous connait..? Quand on connait ma Moman, on a du luxe aussi??? "

La question innocente du petit le plongea dans une réflexion qui lui semblait des plus importante. Le petit Lazare leva les yeux au ciel attendant que sa Maîtresse ou n'importe quelle grande personne présente en la salle de Classe, lui répondent.

Fredegonde a écrit:
Fredegonde se mit à rire.

Connaître ta mAAAAman est certainement très enrichissant, Lazare, toi aussi d'ailleurs!
Le luxe.... C'est un peu compliqué et pas trop nécessaire pour toi, enfin si tu veux, je t'expliquerai. Par contre, cours voir mon fiancé, Brixius et va lui demander quand se déroulera ton premier cour de natation. Cela va t'être d'une grande utilité, maintenant que les beaux jours arrivent.


Elle regarda détaler le petit bonhomme, qui ,semblait-il, adorait l'activité physique .

Elle se retourna vers le jeune homme et lui dit:
Vous aimeriez reprendre vos études...me dites-vous... Cela serait un plaisir pour moi de vous apporter quoi que ce soit et ceci gratuitement, bien sûr, mais... Les apprentissages et niveaux sont vastes, où souhaitez vous reprendre?
Moi, j'enseigne la lecture, l'écriture, l'arithmétique.
Peut-être avez-vous déjà ces connaissances? Et si c'est le cas, c'est à l'université qu'il faut vous rendre
.

Elle regarda avec attention le Messire, attendant sa réponse.
..

Merkrynis a écrit:
Je sourit en regardant le petit lazare qui semblait quelqu'un de bien.

[rp]Vous aimeriez reprendre vos études...me dites-vous... Cela serait un plaisir pour moi de vous apporter quoi que ce soit et ceci gratuitement, bien sûr, mais... Les apprentissages et niveaux sont vastes, où souhaitez vous reprendre?
Moi, j'enseigne la lecture, l'écriture, l'arithmétique.
Peut-être avez-vous déjà ces connaissances? Et si c'est le cas, c'est à l'université qu'il faut vous rendre.[/rp]

Ah oui, c'est vrai, dis-je en souriant. Et bien c'est vrai que je suis bien au point au niveau de la lecture et de l'écriture, mais je pense nécessaire de reprendre l'arithmétique.
J'ai un niveau moyen, et avant d'envisager l'université, je préfère me perfectionner.
Savez vous également ou je puis trouver un maitre d'arme, pour m'entrainer au combat ?


Je regardais cette dame, elle était gentille. Et je pensais alors que malgré toute cette gentillesse et cette bonté, tout travail mérite salaire.

Et je vous prie d'accepter un paiement, si faible soit-il, pour vos généreux services.

Fredegonde a écrit:
Et bien, Messire, allons-y pour l'arithmétique! Pouvez-vous venir en début de matinée? C'est à ce moment que nous étudions cette matière.

En ce qui concerne les armes, le seigneur El Barto va enseigner dès son retour de voyage, je vous en avertirai.


Fredegonde sourit à son futur élève. Elle appréciait beaucoup sa modestie et sa simplicité.

En ce qui concerne le paiement, j'accepte, Messire. Mais sachez que ces écus serviront à acheter du matériel pour l'école.
L'école est service rendu! Elle m'occupe et je fais cela pour le plaisir!


Elle rit en voyant la mine, quelque peu déconfite du Messire.

Allons-y, Messire, pour notre première leçon d'arithmétique: chiffres arabes, ordre et grandeur...
.

quote="Merkrynis"]Pour le plaisir ? Vous êtes incroyable dites donc, et merci beaucoup pour votre générosité. C'est un plaisir de pouvoir étudier ici. Je passerai donc tous les matins avant de partir travailler.

* Voilà une bonne chose de faite, une école ! Les cours vont reprendre et je vais peut-être enfin pouvoir à l'université... *


[rp]Allons-y, Messire, pour notre première leçon d'arithmétique: chiffres arabes, ordre et grandeur....[/rp]

Je la suivait jusque dans la salle de classe. La pièce était modeste mais charmante. * Allez, au boulot, me dis-je, il faut se remettre dedans ! *[/quote]

--Lazare a écrit:
Le Luxe n'étant pas une chose nécessaire, le petit Lazare fut soulagé et les question sur le sujet s'estompèrent pour faire place à une autre interrogation dont il espérait que son Institutrice lui explique dans un avenir proche. Comme pour mieux se souvenir du mot qu'il n'avait pas compris, il le dit en son esprit :

" Fiancé... Fiancé... "

Parce que cela était important pour sa brave maman et parce qu'il adorait sa Maîtresse, le petit avait bien compris l'importance d'apprendre des choses. Cela passait, comme de bien entendu, par l'apprentissage de nouveaux mots. L'innocence aidant, reconnaissant de la Bonté de son Enseignante, il se dit qu'un jour peut-être, quand il serait assez grand et bien pensant, il l'épouserait. Pour l'heure, il estimait que, pour ce rêve devienne vrai, il se devait de pouvoir défendre celle que pour qui son petit cœur d'enfant battait.

Un sourire jusqu'au oreille, et le teins quelques peu rouge, Lazare partît comme une flèche en direction des Thermes pour y rencontrer Brixius et ainsi prendre sa première leçon.

--Lizette a écrit:
La petite Lizette accompagnée par sa maman arriva à l'école, la gamine qui n'avait pas entendu parler de l'école se demandait bien ce qu'elle allait pouvoir y faire , elle embrassa sa mère qui lui fit mille recommandations, puis elle frappa à la porte de la classe , entra, surprise de voir tant de monde la gamine rougit puis dit timidement:

bonjour,euh............ ma maman..............., elle veut que je viens à l'école.........je suis Lizette...........

triturant le bord de son gilet , timide, elle attendit les yeux fixant le parquet de la classe.......

Fredegonde a écrit:
Fredegonde fit entrer les petits dans ce qui était devenu la salle de classe.

Sur les petits bureaux étaient disposés parchemins, plumes et encre.

(26 avril 1458 au...) 349712imagesplume

Après avoir rassurée et installée Lisette, elle sortit de sa besace le feuillet de modèle qu'elle avait préparé.

(26 avril 1458 au...) 218781ecritue_gothique

Lazare la suivait et ne la quittait pas d'un pouce.

Lazare, mon garçon, installe-toi à côté de Lisette. Elle va avoir besoin de ton aide! Tu sais déjà tenir ta plume, tiens montre lui.

Lazare, pas peu fier du compliment, prit une plume, la trempa aussi vite qu'il la retira dans l'encre noir. Une énorme goutte s'étala, sans pitié, sur le parchemin, créant un animal extraordinaire aux ailes déployées.

Le garçonnet fixa avec désolation et désespoir l'animal étrange, ne sachant plus que faire de la plume qui continuait à goutter.

Contre toute attente, Fredegonde se mit à rire.

Ce n'est rien Lazare! Regarde, plutôt que l'écriture, nous allons dessiner!
J'adore cela.


Voyant la petite mine de Lisette, elle continua:

Va me chercher les couleurs, là-bas. Lisette va entourer ce bel animal d'un parterre fleuri. Toi, tu dessineras son chevalier ami, je t'aiderai!

Souriant aux deux petits qui s'étaient attelés à la tâche avec un plaisir évident , elle se souvint qu'elle devait préparer la lecture de Bertille.
La brave femme devait venir au coucher de soleil.
Elle devait aussi préparer quelques calculs d'impôts pour le Sir Merkrynis...

--Lizette a écrit:
Lizette un peu intimidé par toute cette nouveauté, s'installa à l'endroit ou la maitresse avait dit, puis elle regarda Lazare s'asseoir à côté d'elle

Lizette rit en voyant l'encre s'étaler sur la feuille

Elle avait l'air gentil la maîtresse, on allait dessiner avait-elle dit la maïtresse au lieu de se fâcher après lui
Lazare lui avait l'air rigolo......
Lizette aimait bien l'école finalement.....
elle prit du jaune fit le coeur de la fleur puis des pétales de fleurs rouge tout autour, à côté de la bête de Lazare, elle tirait la langue en coloriant........puis une fois sa fleur fini......elle regarda Lazare et lui demanda.........en lui tendant le parchemin:

- regarde, elle est belle ma fleur?

Velarion a écrit:
Velarion se promenait dans les rues de Bordeaux comme un hareng dans l'océan. Un hareng? Et oui, va nu pieds, mal fringué, avec des cheveux sales, Valerion faisait presque tache, mais cependant il était de bonne constitution et avait toutes ses dents en bonne santé, et ne se réduisait jamais à mendier, il eût été beau, s'il était mieux habillé, et si ses connaissances s'étendaient à un autre domaine que la boisson. Fort de ce constat, il se souvint qu'on lui avait parlé d'une école, qui fonctionnait bien, et était, comble du rève, administrée par une magnifique jeune femme.
N'osant y croire, Valerion décida de constater de visu, et se dirigea vers l'endroit indiqué. Foutredieu, que l'endroit était beau, les bureaux vernis, les encriers remplis, les plumes lisses, et écoliers studieux, et la maîtresse...

-Gloups!
Tous les regards se tournant vers lui, Velarion se sentit d'abord géné, mais se ressaisit rapidement, habitué qu'il était à faire usage d'autant d'éloquence qu'il lui était possible.
-Ben l'banjour les gosses, et bien le bonjour à vous, gente Dame, jVelarion, c'est ça mon nom comment qu'on m'appelle. J'ai... euuh comment qu'y disent les gens déja? aaah oui, j'ai eu vent de votre école qui fonctionnait bien, e toù on pouvait se remplir la caboche, et voyez j'en ai marre d'être un inculte, j'aim'rais ben en savoir plus sur la rythmétique, la stronomille et les critures, et pis tout c'qui va avec bien sûr, alors je viens humilitément vous demander s'il me s'rait possible, même si je suis plus un marmot, de me joindre à votre classe pour me cultiver un p"tit chouya?

Fredegonde a écrit:
Fredegonde recula le parchemin pour mieux juger du rendu.

(26 avril 1458 au...) 978452fleur

Magnifique Lisette, je vais l'accrocher au mur. Regarde!

Les deux petits observaient sagement. Lazare, cependant, commençait à s'agiter. L'activité, si elle avait été courte, avait néanmoins mobilisé toute sa patience et d'irrépressibles fourmis commençaient à lui courir dans les jambes.

Voyant Lazare s'agiter, Fredegonde lui dit:

Allez, Zou! Allez me chercher quelques fleurs dans le jardin. Nous allons faire de la botanique...

Elle n'eut pas le temps de terminer sa consigne que les deux bambins étaient partis à la recherche de trésors fleuris.

Elle sourit, se retourna et se trouva face à un jeune sir, qui s'avançait dans la salle de classe.


-Ben l'banjour les gosses, et bien le bonjour à vous, gente Dame, jVelarion, c'est ça mon nom comment qu'on m'appelle. J'ai... euuh comment qu'y disent les gens déja? aaah oui, j'ai eu vent de votre école qui fonctionnait bien, e toù on pouvait se remplir la caboche, et voyez j'en ai marre d'être un inculte, j'aim'rais ben en savoir plus sur la rythmétique, la stronomille et les critures, et pis tout c'qui va avec bien sûr, alors je viens humilitément vous demander s'il me s'rait possible, même si je suis plus un marmot, de me joindre à votre classe pour me cultiver un p"tit chouya?

Enchantée, Messire! Je me nomme Fredegonde.

Elle sourit et ajouta:

Ecoutez, cela tombe très bien! Demain matin vont venir Dame Bertille et le Sir Merkrynis. Ils souhaitent aussi élargir leurs connaissances.
Venez nous rejoindre! Plus on est de fous, Plus on....apprend!


Elle se dit que ce n'était peut-être pas le propos approprié... Mais peu importe! L'école vivait... Elle attendit la réponse du Sir
...

--Lizette a écrit:
Lizette suivit Lazare dans le jardin afin de cueillir des fleurs, comme l'avait demandé la maîtresse:
-On va faire un gros bouquet de fleurs, comme ça la maîtresse, elle sera contente, tu veux Lazare?et pis après on fais la course!

Brixius a écrit:
" Attends Lizette, regarde ce que z'ai dans la poche... Ze l'ai trouvé au bord du Lac.."

Le Gamin sortit de sa poche un petit batracien.

" Ze l'ai appeler Zean Maurice... Tu crois qu'il va plaire à la Maîtresse...? "

A peine avait-il terminé sa phrase que le petit carpeau se mit à sauter.

" Regarde, il va dans notre Classe...! "

Le Petit regardait Lizette avec dans le regard, un semblant de réflexion.

" Tu crois qu'il veut aussi apprendre des choses comme nous ? "

--Lizette a écrit:
Lizette regarda la poche de Lazare, curieuse..........puis recula à la vue de la bestiole......puis elle s'approcha:
- bein c'est un crapaud, ça va pas à l'école les crapauds??
Puis pleine de malice Lizette , regarda Lazare et ajouta:
il a des petits mains.....t'as vu?Il pourra tenir un crayon et faire de beaux dessins avec nous....
elle se mit à rire...
Ah.......Zean Maurice...........bien.....! euh la maîtresse , je sais pas si ça va lui plaire mais on essaye on verra bien, de toute façon regarde il va la voir, il entre dans la classe
elle ouvrait de grands yeux, restant bouche bée, attendant la réaction de la maîtresse, puis regardant Lazare, elle lui sourit et demanda:
-bein tu penses à quoi là?oohoh Lazare!
elle passa sa main devant les yeux de Lazare

--Lazare a écrit:
" Ze me demandais si Zean Maurice pouvait devenir Savant. Tu sais z'ai un Canard rien qu'a moi! Ze veux lui apprendre à faire des tours mais il veut toujours faire sa grosse tête... ze l'apporterai à l'école un zour. Si la Maîtresse veut bien! "

--Lizette a écrit:
- bein .........je sais pas Lazare, ce serait bien si on peut parler aux z'animaux, moi j'aimerais bien qu'à soit d'accord la maîtresse
elle réfléchissait à une idée qui ferait que la maîtresse soit d'accord pour que Lazare emmène son canard à l'école, ce serait drôlement bien....

Merkrynis a écrit:
Revenant d'une pêche plutôt fructueuse, je décidai de prévenir dame Fredegonde.

- Dame, dis-je en m'inclinant, je voudrais vous prévenir, que je part en mission avec l'OST dès demain. Je ne pourrai malheureusement pas assister à vos cours pendant quelques jours. Je vous prie de m'excuser.
Je vais m'en aller, car j'ai pas mal de choses à faire ce soir,
dis-je en souriant.

Fredegonde a écrit:
Je vous en prie, Messire, vaquez à vos occupations! Lorsque vous reviendrez nous reprendrons où nous en étions!

Elle sourit et salua Merkrynis.

Retournant dans la salle de classe, elle entendit les voix de ses deux petits protégés. Lazare et lizette bavardaient dans le jardin. Ils avaient l'air de très bien s'entendre.

Fredegonde entreprit de ranger ses affaires. Elle se sentait las, elle était fatiguée..
.

--Lizette a écrit:
Lizette ne voyant pas la maîtresse réagir , regarda Lazare,

puis entra dans la salle de classe et vit sa maîtresse avec l'air bizarre,
elle s'approcha doucement et demanda:


-y'a quoi maîtresse ,t'es malade?ça va pas .........?

--Lazare a écrit:
" Le Docteur il a dit qu'il faut manger des Pommes car c'est bon pour la santé... Z'en ai une dans ma poche si vous voulez. Moman me l'a donnée pour mon goûter mais faut savoir donner à qui en a besoin... ça c'est Monsieur le Curé qui le dit... "

A ce moment, Zean Maurice le Batracien fit son apparition dans la salle de classe. En quelques bon, il se plaça sur le Bureau de Fredegonde. Lazare, surpris de voir sa grenouille agir ainsi s'exclama :

" Regarde Lizette, t'as vu!! Il veut aider la Maîtresse dans son travail... ou bien..... Ou bien c'est peut être un Maître qui a été transformé en grenouille et il veut rompre le sortilège que lui a lancé une vilaine sorcière de la forêt. Ma Moman elle m'a raconté un histoire comme ça... Même que c'est vrai d'abord. Et puis... T'as bien vu, Zean Maurice il est pas comme les autres grenouilles. "

Fredegonde a écrit:
Fredegonde sourit. La logique des enfants ainsi que leurs observations réfléchies l'émerveilleraient toujours!

Je vais bien, ma lizette, ne t'inquiète pas, juste un peu fatiguée...

Une pomme! Hummmm!
Partageons-la, Lazare. Nous en profiterons pour observer à l'intérieur du trognon...
Avec ton petit Zean, s'il est sage, bien sûr
!

Velarion a écrit:
Velarion, subjugué par la beauté sans nom de la Dame, était resté quelques instants sans répondre, mais finit par reprendre le peu de conscience dont il était capable.
"Ah, alors vous acceptez, ah ça pour sûr c't'une bonne idée. Ce s'ra pour moi un plaisir de partage rla compagnie de vos form...idables élèves, pour sûr, votre cul...ture et vos sei...sains enseignements s'ront pour moi un vrai enrichissement. Mais ne voulez vous pas que je paye un petit quelque chose pour aider votre école? Je n'aimerais pas passer un moment aussi isntructif avec vous sans que ma bourse soit alégée!"

--Lazare a écrit:
" Zean Maurice aime pas les Pommes!! Lui ce qu'il adore c'est les mouches. Personnellement, z'ai goûté et bien c'est pas bon... "

Poussé par sa curiosité il interrogea sa Maîtresse.

" Dites Madame, pourquoi Zean Maurice ne veut pas manger des Pommes...? Ze lui est dit que c'était meilleur que les mouches, mais il veut pas me croire..."

--Lazare a écrit:
[Le retour de Lazare.]

Le petit avait quelque peu grandit. Il avait conservé sa curiosité et semblait toujours à l'affût de nouvelles choses à apprendre. Après cette longue période durant laquelle il n'avait pas eut classe, le petit revînt flâner sur les abords de l'école espérant que Lizette ou sa Maîtresse ne fassent leurs apparitions.

Il espérait également rencontrer de nouveaux camarades. Comme à son habitude, il avait une pomme, une ardoise et de la craie dans sa petite besace. A ses côtés, Jean Maurice le batracien, le suivait en faisant des petits bons.

--Lizette a écrit:
Lizette reprit le chemin de l'école espèrant y retrouver Lazare, Zean et la maîtresse et peut-être d'autres petits nouveaux

elle sautillait quand elle vit Lazarre, le sourire aux lèvres , elle vint le rejoindre en courant :

-bonjour Lazare , bonjour Zean , ça me fait plaisir de vous voir, vous allez bien , t'as fait quoi depuis tout ce temps? moi j'a était voir ma grand maman ....................elle est ou la maîtresse?

puis Lizette se tut laissant à lazarre le temps de lui raconter.....elle s'asseya par terre regardant Zean.....

Maegorn55 a écrit:
[Une Après-Midi après de la neige soit passée.]

La jeune femme avait entendu parler d'un endroit où certains personnes pouvait apprendre.
Un endroit autre que les universités...
Un endroit qui permettrait aux roturiers d'accéder au savoir. Enfin.
Une silhouette dans la rue, puis elle trouve "L'Ecole" comme avait dit le paysan qu'elle avait interrogé.
Sa curiosité l'avait emmenée ici. Peut-être pourrait-elle apprendre.
Peut-être pourrait-elle faire de même dans son village...
Elle voit la porte entrouverte, entre.
La voyageuse retire son capuchon, et dit tout haut :

" Y a-t-il quelqu'un ? "

Elle guette un son ou un mouvement.

--Lizette a écrit:
Lizette vit arriver une grande bein vouiii, elle était bien plus grande qu'elle a n'en pas douter, elle donna un coup de coude à Lazare:

-regarde , y'a quelqu'un qu'arrive , on va l'accueillir?

Lizette regarda la jeune femme, puis s'approcha, lui sourit

- Bonjour.................! oui y'a nous.........! Lazare,Jean maurice et moi............. Lizette, on attend noutre maitresse

Lizette salua en se présentant

-et toi .........euh tu t'appelles comment? Jean Maurice c'est la gronouille à Lazare..!

Maegorn55 a écrit:
Haute de ses 17 printemps, la jeune femme voit arriver une petite fille dont le sourire ne semblait jamais quitter les lèvres.
Elle retire son capuchon et s'agenouille devant celle petite femme, prenant le soin de cacher ses armes dans son manteau mais dévoilant son visage.
Un peu intriguée par ses paroles, elle lui dit d'une voix douce :

" Bonjour Lizette. Moi c'est Maegorn. Je viens de loin. " dit-elle devant le regard interrogateur de la jeune fille à la vue de ses vêtements.
Elle avait cité d'autres noms mais les autres enfants ne semblaient pas avoir suivi.

" Toi et tes camarades, sauriez-vous me dire comment fonctionne l'école ? "
Maegorn sourit doucement. Elle mettait Lizette au défi.

--Lizette a écrit:
Lizette regarda la jeune femme, et vit une larme couler sur son menton, de sa petite main , elle essuya, la petite goûte
-Bonjour Maegorn, tu pieures? t'es malade?ça va pas?noutre maitresse,euh.......................pffffffff je sais pas ou qu'à lé!!
mais Lazare c'est mon copain et Jean maurice c'est sa gronouille, viens t'asseoir avec nous


puis Lizette regarda la grande.........intriguée par cette larme...........elle la regarda se penchant sous sa capuche, elle sourit à Maegorn.....
pourquoi tu te caches?t'as peur on est gentil nous autres...........on te fera pas de mal.........
Lizette se gratta la tête ne sachant comment faire voir à la grande qu'elle ne risquait rien avec Lazare, Jean maurice et elle..........Lizette tendit la main à Maegorn
viens! on va s'asseoir avec Lazare et jean maurice tu veux?y sont gentils hein!!

Maegorn55 a écrit:
Maegorn ne pleurait pas. Non. Seule la neige qui s'était collée à son visage fondait dans cette bâtisse.
Ce que la petite fille avait pris pour des larmes était la neige qui fondait. La jeune femme lui sourit et dit :

" Jolie Lizette je ne pleure pas. Vois."
Elle prend de la neige de son manteau dans le creux de sa main. "C'est la Neige qui s'en va sous forme d'Eau. "
Elle écarte les doigts d'où s'échappe quelques gouttes d'eau.
Lizette lui pose une autre question. Elle lui répond :

" Si je me cache sous ce capuchon Lizette, c'est pour me fondre dans le décor, ne devenir qu'une silhouette et ainsi pouvoir agir à ma guise. "
Elle sourit lorsque cette petite fille lui dit qu'ils ne lui feront pas de mal.
Si tous les hommes pouvaient demeurer à ce stade de l'innocence et de la joie.
La main de Lizette prend celle de Mae recouverte d'une mitaine de cuir.
Amusée, elle suis Lizette auprès de son ami et de sa grenouille.

" Bonjour Lazare, Bonjour Jean Maurice. Je suis Maegorn. "
Après avoir salué le jeune homme et la grenouille, Maegorn s'assied en tailleur à même le sol près des deux enfants.
Elle les regarde, peu habituée à croiser des enfants puis lui vient une question :
" Qu'apprenez vous ici ? "

Lazare a écrit:
" Bonzour Madame... Suis Lazare ! Z'ai six ans et ma Moman elle dit que ze suis grand déjà! Ze te présente Zean Maurice. C'est mon crapaud! Il est Savant crois moi! "

Le petit lui montra le batracien.

" Il a l'air de t'apprécier on dirait... "

Comme pour créditer les dires du petit le crapaud se mit à croasser d'un ton des plus rauques. Il se permit même de sauter sur la jupe de la Dame sise à côté de Lizette

Lizette a écrit:
Lizette rit en regardant Lazare et Jean maurice

tu sais ici et bein euh.........on n'a plus noutre maitresse main'nant, alors on attend tu vois?hein Lazare on est gentils nous autres ici, qu'on va pas y faire de mal à Maegorn, a peu jouer avec nous hein?

Lizette était triste de ne plus voir la maitresse, elle l'aimait beaucoup la maitresse , mais bon parait qu'elle allait se marier et qu'elle avait plein de choses à faire

Maegorn55 a écrit:
Maegorn voit le crapaud sauter sur son manteau de cuir qui lui recouvrait les jambes.
Elle n'en avait jamais vu un de si près. Le batracien semblait bien curieux.
Savant ? Pourquoi pas.
La jeune femme glisse l'un de ses doigts fins entre les yeux de Jean Maurice.

" Il a un charme fou dis donc ! "
Elle sourit avec douceur. Puis elle voit le jour avancé.
Il lui faut reprendre les routes et suivre son chemin.

" Excusez moi les enfants mais je dois m'en aller. Les routes m'attendent."
Un regard aux deux enfants. Et elle rend le crapaud au petit garçon.
Elle passe son sac de voyage en bandoulière dans le dos et leur sourit.

" A une autre fois ? "

--Lizette a écrit:
Lizette regarda la grande caresser Zean Maurice......elle sourit, puis elle fit la moue entendant la grande dire qu'elle partait...

-aurevoir à bientôt

elle fit aurevoir de sa main

Archivé jusqu'au 28 Février 2011
Revenir en haut Aller en bas
 
(26 avril 1458 au...)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iegor 11 avril 2011
» Circuit Cycliste Sarthe - Pays de la Loire (T4) du 3 au 6 avril
» salon Montrouge 6 , 7 avril 2013
» [Vannes les bains] - le 27 Avril
» [Statistiques] Avril 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives de la ville de Bordeaux :: RP Lieux :: Ecole de Bordeaux-
Sauter vers: